Atelier d'écriture

Atelier d’écriture

© Tony Wan

Elle se tenait dans la pénombre, silencieuse. Le miroir lui renvoyait son reflet sombre. Son expression semblait impassible mais ses yeux trahissaient sa souffrance. Elle commença à enlever le maquillage blanc qui recouvrait son visage. Là où naguère la peau était laiteuse, des tâches noires apparaissaient. Le maquillage avait dissimulé jusque là la meurtrissure des coups portés. Seul un peu de sang séché sur le bord de ses lèvres trahissait la violence dont elle avait été victime. Une fois entièrement démaquillée, elle observa son visage tuméfié dans le miroir. Son œil commençait à gonfler et son nez semblait casser. La Geisha naguère si belle s’était transformée en vulgaire bout de viande entre les mains de ce riche client imbibé d’alcool. Dans la noirceur de son alcôve, elle commença à pleurer.

Soudain, la voix de son okâsan se fit entendre dans son dos. « Une geisha jamais ne pleure. » Elle se retourna vivement toujours agenouillée. Elle leva un regard implorant à la vieille femme, mais la tenancière n’eut aucune pitié. « Demain, tu te farderas plus. Le client a payé le double du prix convenu. Tu as à nouveau rendez-vous avec lui. » La jeune femme étouffa un sanglot. L’okâsan sortit sans un regard. « Une geisha jamais ne pleure ».

 

Pour lire les textes des autres participants de l’atelier d’écriture, rendez- vous sur le blog Bricabook.

Publicités
Policier/ Thriller

La Collection de Paul Cleave

9782355842764ori

La Collection de Paul Cleave, Sonatine

Pour résumer:

Des gens disparaissent à Christchurch. C’est d’abord Cooper Riley, un professeur de psychologie criminelle distingué. Puis une de ses étudiantes, Emma Green. Le père de celle-ci appelle à l’aide Theodore Tate, un ancien flic, qui vient juste de sortir de prison, où il purgeait une peine pour avoir renversé Emma alors qu’il était ivre au volant. Mû par un intense sentiment de culpabilité, Tate recommence donc à arpenter les rues brûlantes de la ville, conscient que chaque heure qui passe voit se réduire les chances de retrouver Emma vivante. Bientôt, ses pas le mènent vers l’ancien hôpital psychiatrique de Christchurch, Grover Hills, un établissement au sombre passé. Il va alors être amené à affronter deux personnages pour le moins inquiétants. Melissa X, une tueuse en série dont la police, qui possède ses empreintes, son ADN et sa photo, n’est pourtant jamais parvenue à déceler la véritable identité. Et un mystérieux individu, amateur de serial killers au point de les collectionner…

Ce que j’en pense:

Tate sort de prison et de retrouve confronté à la réalité de Christchurch. Deux disparitions vont donner du fil à retordre à cet ancien flic.

Dans ce roman, plusieurs récits s’entremêlent. Le livre est jalonné de petits rebondissements mais rien de vraiment extraordinaire. C’est dommage car l’idée de ce tueur en série qui collectionne les tueurs en série était vraiment une idée originale. J’ai trouvé que l’ensemble était un peu trop plan plan. Personnellement, j’aime les thrillers musclés et au rythme haletant. J’ai donc été un peu déçue de ce côté là…

Les personnages sont néanmoins intéressants. La psychologie de ces derniers est très fine. C’est un vrai point fort de ce livre. Par contre, l’auteur tombe par moment dans un espèce de pathos dégoulinant qui ne m’a pas vraiment plu. Le personnage de Emma qui est une des victimes est présente dans tout le texte mais seulement en fond. On dirait qu’elle fait tapisserie et je pense que le récit aurait gagné à ce que son personnage soit mieux exploité.

Malgré tous ces bémols, l’écriture de Paul Cleave est agréable.

Bref:

Je ne suis pas conquise.

Si je devais le noter:

3-plumes

Young Adult

Boom de Julien Dufresne- Lamy

9782330096854

Boom de Julien Dufresne- Lamy, Actes Sud Junior

Pour résumer:

Un jeune homme s’adresse à son meilleur ami mort dans un attentat. Un monologue pudique et fort sur la culpabilité du survivant.

Étienne était l’ami fêtard, l’incorrigible. Timothée, le garçon bien éduqué aux drôles de tics – il disait boom tout le temps. Une belle aventure de trois ans jusqu’à ce voyage scolaire à Londres. Jusqu’à ce que Timothée soit fauché par un fou de Dieu sur le pont de Westminster. Depuis la tragédie, Étienne cherche les mots. Ceux du vide, de l’absence. Étienne parle à son ami disparu en ressassant les souvenirs, les éclats de rire.

Ce que j’en pense:

C’est l’histoire d’un deuil. L’histoire d’Etienne et Timothée, deux amis dont l’un meurt injustement. C’est la vie dans toute sa cruauté qui nous saute au visage. C’est l’injustice qui nous révulse. C’est la douleur qui nous tiraille.

Julien Dufresne- Lamy tisse en quelques pages un récit poignant qui nous prend littéralement aux tripes.

Écrit en un souffle, le texte est haletant et tente de mettre des mots sur l’indicible.

C’est poétique et dramatiquement beau.

Bref:

Une vraie claque qui fait ce livre un véritable coup de cœur.

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

Y a pas que moi qui en parle:

Noukette

Jérôme

bd·Mercredi BD

Mal de mère de Roderic Valambois

17ae84a607f13ac00c86955cb68c6b25

Mal de mère de Roderic Valambois, Éditions Soleil

Pour résumer:

L’alcoolisme d’une mère.

« L’histoire relate 20 ans de notre vie.
J’en suis le témoin et je raconte comment une famille heureuse devra renoncer à tout ce qui la construisait, perdre pied, devenir peu-à-peu une famille de cas sociaux. Je rends compte de l’évolution de chacun des membres de notre famille,

 pas seulement de celui de ma mère. Mon père qui s’est rapproché de nous par nécessité. Moi qui me suis endurcis pour me protéger. Mon frère qui, plus tard, deviendra un homme assumant ses responsabilités. Ma sœur qui n’aura connu notre mère qu’en état de dépendance, contrairement à mon frère et moi-même. Ma mère qui, je ne sais pourquoi, a lâché prise, le cerveau bouffé et le corps bouffi. Et puis les autres : les tantes, grand-mères, amis, commerçants, médecins, psychiatres, policiers, ceux qui faisaient souvent mine de ne rien voir, nous tournant le dos, nous jugeant, et ceux qui, parfois, nous comprenaient et nous aidaient.
J’ai écrit cela en n’épargnant personne, mais sans acharnement. S’il y a des jugements, il n’y a pas de morale. Chacun a sa part d’ombre et d’humanité. R.V.»

Ce que j’en pense:

Avec ce roman graphique, l’auteur nous entraîne dans la longue descente aux enfers de sa mère dans l’alcoolisme. Le lecteur suit notamment le regard du 2ème fils sur ce qui arrive à sa mère. C’est donc l’alcoolisme vu par l’enfant.

Roderic Valambois signe un scénario qui prend aux tripes. Ce récit autobiographique est terriblement criant de vérité. À la fois émouvant et dérangeant, l’auteur- illustrateur signe un livre qui interroge. Il y a des moments de très fortes émotions dans ce roman graphique et le climax est tout simplement superbe.

Le personnage de la mère éveille des sentiments très ambivalents, on la comprend sans  vraiment la comprendre et on la voit peu à peu se dégrader sous nos yeux. En effet, Roderic Valambois détériore au fur et à mesure l’image de se mère. Plus elle s’enfonce dans son acoolisme, plus elle devient bouffie.

L’esthétique est en noir et blanc et même si le dessin n’est pas vraiment mon style de prédilection, j’ai aimé l’accumulation de petits détails dans les cases.

Bref:

Un roman graphique touchant.

Si je devais le noter:

4-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Noukette.

 

 

bd·Littérature de Jeunesse

La boîte à musique, Tome 1: Bienvenue de Pandorient de Carbone et Gijé, Dupuis

9782800173191-couv-m800x1600

La boîte à musique, Tome 1: Bienvenue à Pandorient de Carbone et Gijé, Dupuis

Pour résumer:

Pour son huitième anniversaire, Nola, petite fille espiègle, reçoit de la part de son père Martin la boîte à musique de sa mère, Annah, récemment décédée. Cette boîte est un symbole pour la petite fille, mais très vite, la fillette croit voir des signes de vie à l’intérieur. Oui, elle ne rêve pas : quelqu’un lui fait signe et lui demande de l’aide. Dès lors, en suivant les instructions d’Andréa, la fille de la boîte à musique, Nola rapetisse, entre dans la boîte et découvre le monde de Pandorient, un monde incroyable… Le temps presse cependant, car Mathilda, la mère d’Andréa et de son frère Igor, est gravement malade… Que lui arrive-t-il ? Aurait-elle été empoisonnée ? L’eau serait-elle contaminée ? Rapidement, les soupçons se confirment. En urgence, les enfants vont s’occuper de Mathilda puis remonter la piste du pollueur sans vergogne… avant que Nola ne regagne sa vie dans son monde, aux côtés de son père. À moins que tout cela ne fût qu’un rêve… ou pas !

Ce que j’en pense:

Nola reçoit une boîte à musique de sa maman décédée. À l’intérieur, un monde se cache: Pandorient. Nola se retrouve dans ce nouveau monde et va vivre de merveilleuses aventures.

Le scénario est superbe et très alléchant. L’histoire est prenante et appelle à une suite. Je n’ai malheureusement pas pu lire le tome 2 mais dès que je pourrai mettre la main dessus, je vais le dévorer.

Le personnage de Nola est très attachant avec une vie bien triste qui attire l’empathie du lecteur. Ce petit bout de femme a une sacrée force de caractère. Elle sait se montrer très courageuse.

L’esthétique est sublime avec de magnifiques couleurs et pleins de détails. C’est un univers très riche autant au niveau du concept qu’au niveau esthétique.

Bref:

Un vrai coup de cœur.

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

Y a pas que moi qui en parle:

Mylène

 

Roman·Service Presse

Le Concile de Merlin de Lionel Cruzille

web_merlin_t1_600

Le Concile de Merlin, Tome 1: Le Secret de Lionel Cruzille, Éditions l’Alchimiste

Pour résumer:

An 535. Les Bretons quittent massivement l’Île de Bretagne en proie aux envahisseurs Angles et Saxes. De longs mois se sont écoulés depuis la défaite et la mort d’Arthur à Camlann. Merlin s’est exilé comme beaucoup de ses compatriotes en Armorique. Gwendaëlle, sa fille, le retrouve dans sa demeure secrète au coeur de Brech El Lean. Ils discutent alors de longues heures des inquiétudes du vieux sage dont une particulièrement le préoccupe : la postérité de l’enseignement traditionnel face au pouvoir accru de l’Église. Au petit matin, le vieil homme lui demande de le suivre jusqu’à une clairière où se tiendra, le soir même, une réunion constituée de druides et de moines. Merlin y évoquera ouvertement ses craintes face à l’attitude du clergé. Il y dévoilera un trésor inestimable, depuis longtemps en sa possession et tenu secret : des manuscrits araméens sur la vie du Christ. Merlin souhaite leur partage, en guise de bonne foi, et pense créer ainsi un pont entre Chrétiens et Druides afin de trouver une issue aux crises actuelles. Mais ni l’Église romaine ni certains mages ne sont prêts à bousculer l’ordre établi. Les manuscrits représentent dès lors un danger qu’il leur faut circonscrire…

Ce que j’en pense:

Tout le monde connaît le personnage de Merlin mais dans ce roman nous le découvrons sous un nouveau jour. Il réunit un concile et révèle un lourd secret. De cette révélation tonitruante va découler une succession d’événements.

Ce roman met en avant également une autre vision de ce personnage mythique. Au- delà du magicien génial, j’ai découvert Merlin en tant que père. Le livre suit d’ailleurs le personnage de Gwendaëlle qui est la fille du mage.

Cette oeuvre est donc pleine de rebondissements et a su me tenir en haleine tout au long de ma lecture.

C’est donc une véritable plongée dans un monde mystique et magique. C’est un univers à part qui met en scène des personnages originaux et au fort tempérament.

L’écriture est simple et agréable, c’était un plaisir de lire ce roman.

Bref:

C’est une belle découverte.

Si je devais le noter:

4-plumes

Merci qui?

Merci aux éditions L’Alchimiste pour leur confiance.

Les éditions l'Alchimiste

bd·Mercredi BD

Jamais de Duhamel

9782818943816

Jamais de Duhamel, Grand Angle

Pour résumer:

Troumesnil, Côte d’Albâtre, Normandie. La falaise, grignotée par la mer et le vent, recule inexorablement de plus d’un mètre chaque année, emportant avec elle les habitations côtières. Le maire du village parvient pourtant, tant bien que mal, à en protéger les habitants les plus menacés. Tous sauf une, qui résiste encore et toujours à l’autorité municipale. Madeleine, 95 ans, refuse de voir le danger. Et pour cause. Madeleine est aveugle de naissance.

Ce que j’en pense:

Normandie, la falaise s’effrite menaçant une maison. Mais, la propriétaire, une vieille femme aveugle, refuse de quitter son domicile malgré les supplications du maire du village.

Le scénario est vraiment sympa et met en scène des personnages attachants. Même si l’idée de base m’a séduite, j’ai trouvé la fin très étrange. Bref, cela ne m’a pas convaincu…

Les protagonistes sont remplis d’humanité et chacun a son petit caractère avec lequel il faut composer. Ils font clairement la force de cette BD. Je pense que tout repose sur eux plus que sur le scénario.

L’esthétique ne m’a pas non plus séduite. J’ai été déçue par le style un peu enfantin. Les paysages en revanche sont sublimes. Il y a un tel écart entre les magnifiques décors et les traits des personnages que je me suis sentie désarçonnée. Il y a de belles couleurs et une jolie ambiance générale mais le trait m’a gêné sur certains aspects.

Bref:

Une lecture en demie teinte.

Si je devais le noter:

3-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Moka

Mes échappées livresques

Aifelle

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez