Atelier d’écriture

C’est lundi, et c’est le grand retour de l’atelier d’écriture de Bricabook. Je suis un peu rouillée alors j’espère retrouver la main assez vite. N’hésitez pas à aller voir les autres textes.

© Emma Jane Brown

Il faisait humide, elle le sentait un plus profond d’elle même. Elle était endolorie. Son dos la faisait souffrir. Un sentiment d’urgence s’éveillait en elle et pourtant elle restait là, les yeux clos. Elle sentit le soleil poindre au loin, un rayon de lumière pâle lui caressa la joue. Un air froid soufflait et chatouillait douloureusement sa narine. L’air frais semblait vouloir la transpercer de toute part, il s’insinuait sous sa peau. Et pourtant, elle ne bougeait pas. Elle pris conscience de l’herbe mouillée qui avait imbibé ses vêtements. Un goût de fer envahit sa bouche et toujours cette peur qui grandissait. Elle se décida à ouvrir les yeux. Elle reconnut le chemin de terre fumant, les arbres majestueux qu’elle aimait tant et la vérité la percuta de plein fouet comme la voiture qui l’avait hier soir laissée pour morte sur le bas côté de cette route peu fréquentée. Une larme coulait sur sa joue, insaisissable gouttelette d’eau traçant un sillon scintillant dans cette matinée brumeuse. Elle déglutit péniblement et déduisit assez rapidement que la nuit avait donné naissance au jour sans que personne ne soit venue lui porter secours. Soudain, des pas étouffés se firent entendre. Des bottes de caoutchouc se plantèrent devant son nez. Elle tourna péniblement la tête. Au prix d’une douleur à la limite de l’intolérable, elle voulait regarder celui qui allait la sauver et appeler les secours. Lorsqu’elle vit son visage, elle eut un sentiment de déjà vu. L’homme se baissa vers elle, lui toucha le cou. Elle aurait voulu lui sourire, lui dire toute sa reconnaissance mais son corps figé ne lui répondait plus. Soudain elle se rappela. Il lui exprima son profond regret. La dernière chose qu’elle vit fut la semelle de sa chaussure.

Publicités
Publié dans Atelier d'écriture | Laisser un commentaire

Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre

9782226249678-j

Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre, Albin Michel

Pour résumer:

« Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d’avantages, même après. »

Sur les ruines du plus grand carnage du XXesiècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts…

Ce que j’en pense:

Tout commence en pleine guerre 14- 18 dans une tranchée. Les soldats ont entendu parler d’un armistice imminent mais Henri D’Aulnay- Pradelle ne l’entend pas de cette oreille. Il envoie donc ses soldats en pleine offensive. C’est dans ce cadre que se rencontrent Albert Maillard et Edouard Péricourt. Leurs destins vont se heurter de façon violente et les lier à jamais.

Difficile de résumer un tel roman… L’intrigue est tellement riche qu’il faut choisir subtilement ses mots afin d’éveiller la curiosité sans pour autant gâcher la surprise de cette histoire fantastique. Car, oui, ce roman est un pur chef d’oeuvre! Vous devez vous dire que pour le coup j’en fais un peu trop? Laissez moi vous convaincre.

Lire Au revoir là- haut, c’est avant tout se plonger dans une autre époque. On y découvre une France qui panse douloureusement ses blessures. J’y ai découvert la réhabilitation des Poilus dans la vie quotidienne. Pas toujours facile après tant d’horreur de revenir tranquillement à sa vie d’avant. Avec ce roman, j’ai également découvert les Gueules Cassées. Je connaissais le terme mais je n’avais jamais été confrontée aussi directement à ces grands blessés. En effet, Edouard Péricourt, l’un des personnages principal fait partie de ces hommes qui ont perdu une grande partie de leur visage à cause d’un éclat d’obus. Les descriptions de Pierre Lemaitre m’ayant intrigué, je suis d’ailleurs allée jeter un œil sur Google et franchement… Je ne sais même pas quoi dire…

Ce roman m’aura également permis de vivre à travers les yeux d’un personnage les horreurs de la guerre. Se jeter sous la mitraille, la peur au ventre, sans savoir si on reviendra jusqu’à la tranchée… La scène d’ouverture m’a particulièrement bouleversée. Pierre Lemaitre n’y va pas par quatre chemins et il m’a littéralement téléporté dans son histoire.

L’intrigue de ce roman est donc très forte émotionnellement parlant et en même temps, il y a un petit côté barré qui ne la rend pas larmoyante. Le lecteur suit les personnages dans leurs péripéties et s’attache à eux de façon quasi instantanée.

Mon Dieu, les personnages… Ils paraissent si vivants, tellement de chair et de sang… Albert le peureux, grand angoissé de nature qui suit aveuglément Edouard un ancien bourgeois au caractère bien trempé. Ces deux là se sont trouvés par hasard mais forment un duo tragi- comique de choc! La façon dont ils interagissent est fascinante.

À ce stade de la chronique, vous avez sûrement compris que j’ai eu un coup de cœur pour ce livre. Pourtant, je ne vous ai toujours pas parlé de l’écriture en elle même… Et bien là aussi, c’est magistral! Franchement, c’est beau! C’est douloureusement sublime. Certains passages m’ont rappelés le style d’Émile Zola. Les descriptions sont travaillées mais laissent également libre cours à l’imagination du lecteur. C’est subtil et accrocheur. Certains passages descriptifs pourraient franchement rebuter, je pense notamment aux descriptions concernant la blessure d’Edouard, mais non, il n’en est rien. Par moment, je me suis surprise à relire un passage, ébahie par la beauté de la langue.

Je ne suis pas surprise que ce roman ait été primé. Je comprends qu’il ait connu une adaptation BD et cinématographique. La vraie question c’est: Ces deux adaptations seront elles à la hauteur?

Je pense que Au revoir là- haut rentrera dans les Grands Classiques de la littérature française. Pierre Lemaitre signe avec ce roman une oeuvre magistrale et bouleversante.

Bref:

J’ai eu un énorme coup de cœur comme j’en ai rarement eu.

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

 

Publié dans Roman | Tagué , , , | 2 commentaires

Le loup tombé du livre de Grégoire Mabire et Thierry Robberecht

loup-tombe

Le loup tombé du livre de Grégoire Mabire et Thierry Robberecht, Mijade

Pour résumer:

Boum… la bibliothèque est tellement pleine à craquer qu’un livre chute et que le loup de l’histoire en tombe. Seul au milieu de la pièce‚ le loup tremble car un chat veut le croquer. Vite‚ il se glisse dans un livre au hasard… le voilà dans une histoire de dinosaures qui le menacent. De livre en livre‚ le loup est plongé dans des situations loufoques et drôles… jusqu’à ce qu’il croise enfin Le Petit Chaperon rouge…

Ce que j’en pense:

Lorsque le loup tombe de son livre tout est sans dessus dessous. Pire, un chat menace de le mettre au fond de son estomac! Le loup va redoubler d’effort pour retrouver son histoire.

Une histoire fraîche et drôle qui m’a mis le sourire aux lèvres du début à la fin. Comment ne pas être amusée par ce loup qui cherche désespérément refuge dans des histoires? Je trouve que l’intrigue est idéale pour des enfants. En effet, ce petit album fait référence à d’autres histoires bien connues, l’occasion de reparler de contes populaires auprès de nos chères têtes blondes.

Le personnage du loup est hilarant. Sorti de son rôle de grand méchant, il se retrouve coursé par un gros matou gourmand. La situation donne lieu à des situations rocambolesques que compère loup n’a pas l’habitude de rencontrer. J’aime que le personnage se retrouve gentiment en difficulté. Finalement, vous vous doutez bien que le grand vilain trouvera sa place. Et personnellement, j’adore la fin de cet album.

Les illustrations sont géniales. J’aime beaucoup le style de dessin. C’est simple, tout en rondeur et très coloré. L’esthétique m’a donc tapé dans l’œil.

Bref:

Un petit coup de cœur!

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci qui?

image

Je remercie les éditions Mijade pour leur confiance.

Publié dans Album Jeunesse, Service Presse | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Ecumes d’Ingrid Chabbert et Carole Maurel

steinkis-ecumes-couv

Écumes d’ Ingrid Chabbert et Carole Maurel, Steinkis Éditions

Pour résumer:

Elles s’aiment et après des années d’attente, d’espoir et de désespoir, un bébé est annoncé. Mais la grossesse est compliquée et le pire arrive. Elles vont devoir se reconstruire et lutter contre la douleur.

L’amour, l’évasion sur les terres de leur enfant disparu et les carnets qui se remplissent vont les aider à sortir la tête hors de l’eau, loin des Écumes.

Ce que j’en pense:

Quand la situation tourne mal, quand le bonheur se transforme en cauchemar… C’est impuissant que le lecteur assiste dans cette BD au destin de ces deux femmes terriblement attachantes. Mais outre le malheur, ce que nous  montre cette magnifique BD c’est que même si la reconstruction est difficile, le bonheur peut revenir. Alors oui, il y aura toujours cette fêlure mais la volonté et la détermination amènent peu à peu à une certaine paix.

Le scénario est tellement sublime que je peine à trouver les mots. C’est à la fois plein d’émotions et de pudeur. C’est un petit bijou qui nous happe et nous entraîne dans la vie de ces femmes.

Les personnages sont forts. Ils sont émouvants, à fleur de peau et profondément humains. Leur histoire a fait un douloureux écho en moi. Les personnages se complètent et leur amour est beau à voir.

L’esthétique est sublime. J’aime le trait du dessin. La métaphore de la noyade est magique. Les moments en noir et blanc reflètent parfaitement le désarroi des femmes. La façon dont les dessins sont cadrés, toujours avec beaucoup de pudeur est judicieux. Les couleurs sont sublimes. L’ambiance et l’atmosphère de cette BD sont uniques.

Bref:

Un vrai coup de cœur.

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Noukette

Moka

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Cette semaine chez Stephie.

 

Publié dans bd, Mercredi BD | Tagué , , , , | 21 commentaires

La fille du professeur de Guibert et Sfar

9782800149493-couv-m800x1600

La fille du professeur de Guibert et Sfar, Dupuis

Pour résumer:

Liliane, fille de l’archéologue Bowell, a besoin de liberté. Elle embarque donc pour une virée dans les rues du Londres de ce début du XXe siècle avec Imhotep IV, la momie du pharaon égyptien conservée par son père et revenue à la vie. Après une altercation fatale avec un policier, le couple se retrouve en fuite, en procès, en prison, et va devoir affronter le père d’Imhotep, lui aussi momie, avant de pouvoir vivre librement son amour.

Ce que j’en pense:

Liliane Bowell est amoureuse d’Imhotep IV que son père archéologue a retrouvé. La momie est vivante. Lors d’une absence du professeur, un malheur se produit. Liliane empoisonne malencontreusement un policier et un gentleman. Suite à cet événement, les situations rocambolesques vont se succéder. Le scénario est loufoque et très comique, bien du genre de Sfar.

Le personnage de Liliane est rebelle mais peu attachante par son côté bourgeoise et demoiselle en détresse.

Imhotep IV est un peu atypique avec le caractère d’un héros romantique avec un petit côté Égypte Antique que j’apprécie.

L’esthétique de l’ensemble est troublante. Les personnages semblent se mouvoir derrière un écran de fumée. Les dessins sont sympathiques et j’aime beaucoup les couleurs et l’atmosphère générale qui se dégage de la BD. Néanmoins, je trouve que l’esthétique un peu sérieuse et brumeuse et en décalage avec le ton très humoristique du scénario.

Bref:

Une BD décalée.

Si je devais le noter:

4-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publié dans bd | Tagué , , , | 1 commentaire

Angèle et Lucas de Stibane

9782211222037

Angèle et Lucas de Stibane, Pastel

Pour résumer:

Aujourd’hui, Angèle n’est pas venue à l’école. Elle a attrapé une méchante maladie et on a dû la conduire à l’hôpital. Les journées sont longues pour Angèle. Lucas décide de la «désennuyer». C’est ainsi que les jours suivants, on voit Lucas courir à travers les prés ou le long du ruisseau en tenant un bocal bien haut, au-dessus de sa tête. Et lorsque il va voir Angèle, il dépose les bocaux en souriant : «Tiens, ouvre celui-là !»

Ce que j’en pense:

Angèle est malade et elle s’ennuie sur son lit d’hôpital. Lucas son ami décide de la distraire en allant lui chercher des bouts de paysages.

Ce petit album est vraiment très poétique avec une notion sur la poésie et l’amitié. C’est un petit livre aux belles valeurs. Lily a beaucoup aimé ce livre. Très touchée par l’état d’Angèle, elle a trouvé très gentil le geste de Lucas.

Les illustrations sont également vraiment sympas. Les couleurs sont douces et pastels. Très agréable à regarder. Ce petit album tout doux a su séduire tout le monde.

Si je devais le noter:

4-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Publié dans Album Jeunesse | Tagué , , | Laisser un commentaire

A quoi rêvent les crayons le soir au fond des cartables? de Zidrou, David Merveille et Françoise Robert

crayons-merveille

À quoi rêvent les crayons le soir au fond des cartables? de David Merveille, Zidrou et Françoise Robert, Mijade

Pour résumer:

À quoi rêvent les crayons‚ le soir‚ au fond des cartables?
Tous les enfants rêvent de devenir grands.
Tous les crayons rêvent de devenir petits.
Ils rêvent d’écrire des mots d’amour‚ de dessiner le sourire d’un enfant‚ le chant d’un oiseau.

Ce que j’en pense:

J’avoue, de prime abord, c’est le nom de Zidrou qui a attiré mon regard. J’aime beaucoup son travail et je suis toujours avide de découverte. Puis, vint le deuxième effet Kiss Cool: le titre. Un peu long il faut le dire mais accrocheur et qui éveille la lectrice curieuse que je suis.

Autant vous dire que je n’ai pas été déçue de ce voyage. Le texte est poétique et donne littéralement vie aux crayons. C’est beau, bien écrit, bien rythmé et le texte sonne comme une douce musique à mes oreilles.

Les illustrations sont superbes, inventives et originales. Mélangeant le noir et blanc et quelques touches de couleurs, chaque partie du crayon est exploité et mis en avant. J’ai aimé le mélange des matières et la complémentarité du texte et de l’esthétique.

Ce petit album dégage une atmosphère douce et onirique qui fait du bien.

Bref:

Un vrai bel album.

Si je devais le noter:

5-plumes

Merci qui?

Je remercie les éditions Mijade pour leur confiance.

image

 

Publié dans Album Jeunesse, Service Presse | Tagué , , , , , | 2 commentaires