Sweet Tooth de Jeff Lemire

518k6jwgfnl-_sx195_

Sweet Tooth, Tome 1 de Jeff Lemire, Vertigo

Pour résumer: 

Il y a une dizaine d’années Le Malheur a fait rage comme une feu de forêt, tuant des milliards de gens, et les seuls enfants nés depuis sont d’une nouvelle race hybride humain/animal. Gus est un de ces gamins en danger, un garçon avec une âme douce, et un palais encore plus doux (sweet tooth = dent sucrée=passion pour les sucreries) – et les bois d’un cerf.

Mais les gosses comme Gus ont leurs têtes mises à prix. Quand de vicieux chasseurs arrivent jusqu’à sa maison isolée dans les bois, un homme mystérieux et violent appelé Jepperd, sauve Gus. Le vagabond costaud promet à Gus de l’emmener à la « Préserve », un paradis de sécurité de légende pour les enfants hybrides.

Pendant que tous deux traversent cette nouvelle dangereuse frontière Américaine, Jepperd arrivera-t-il à corrompre « Dent sucrée », comme le tueur l’a surnommé, ou est-ce le coeur de Gus qui parviendra à changer Jepperd ?

Ce que j’en dis:

Il y a de ces BD qui nous frappe par leur couverture, qui nous attire sans savoir pourquoi. C’est sur le Blog de Jérôme D’une Berge à l’autre que j’ai découvert ce comics.

La couverture m’a tout simplement fascinée. Ce jeune garçon aux bois de cerf. Cette tâche de chocolat au bord de ses lèvres (que j’ai d’abord pris pour du sang) et ce regard, ce p***** de regard effrayé, perdu. Un comics plein de promesses en somme.

L’histoire est celle de Gus, une jeune garçon mi- homme, mi- cerf qui vit caché dans les bois avec son père depuis qu’une mystérieuse épidémie tue tout le monde sur la Terre. Si cela vous rappelle The Walking Dead, c’est normal. L’intrigue est top, pleine de rebondissements. Ce tome 1 prend un bon rythme et donne le ton de la série.

Ici, pas de zombie! Juste des enfants hybrides nés après l’apparition de la fameuse épidémie. Les personnages sont donc plutôt atypiques. Gus est attachant mais très naïf (on sent qu’il a vécu dans les bois bien à l’abri). Personnellement, j’ai préféré le personnage de Jepperd. Ce personnage renferme une part d’humanité cachée sous une grosse couche de violence et d’alcool.

Parlons en de l’humanité tiens? Les « méchants » dans ce Comics sont finalement les êtres humains car les hybrides eux, ne demandent qu’à vivre leur vie! Et si je pousse ma réflexion à la mort moi le nœud jusqu’au bout, dans The Walking Dead les « méchants » sont aussi les Hommes et non pas ces pauvres zombies contaminés qui ne demandent qu’à se nourrir et n’avaient rien demandé à personne?! Bon, je referme ma parenthèse philosophico je sais pas quoi et je reviens au Comics.

En ce qui concerne l’écriture, j’ai trouvé les dialogues brefs mais efficaces. La narration est judicieuses. L’esthétique est typique des comics avec des traits marqués et des couleurs sombres. Il y a néanmoins beaucoup de violence et le budget hémoglobine en vue de l’adaptation d’un éventuel film pourrait être conséquent (âme sensible s’abstenir). Ce Comics est d’ailleurs pensait comme un film au niveau du découpage des plans et des scènes.

Bref:

Un début prometteur, affaire à suivre.

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Si je devais le noter:

4-plumes

Y a pas que moi qui en parle:

Jérôme

Mo du Bar à BD

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Cette semaine chez Steph FT

 

Publié dans Comics, Mercredi BD | Tagué , , , , | 14 commentaires

Oliver Twist de Charles Dickens

cvt_oliver-twist_3955

Oliver Twist de Charles Dickens, Livre de Poche

Pour résumer:

Dans un orphelinat de l’Angleterre victorienne, Oliver Twist survit au milieu de ses compagnons d’infortune. Mal nourri, exploité, il est placé dans une entreprise de pompes funèbres où, là encore, il ne connaît que privations et mauvais traitements. Oliver endure tout, jusqu’au jour où une provocation de trop le pousse à s’enfuir vers Londres.
Epuisé, affamé, il est recueilli par une bande de jeunes voleurs qui travaillent pour le vieux Fagin. Entre Dodger, Bill, Nancy et les autres, Oliver découvre un monde cruel où seules comptent la ruse et la force.
Arrêté pour une tentative de vol qu’il n’a pas commis sur la personne de Mr. Brownlow, Oliver ne trahit pas sa bande et s’attire la bienveillance du brave homme. Mais Fagin et Bill ne tardent pas à remettre la main sur lui et l’obligent à participer au cambriolage de la demeure de son bienfaiteur…

Ce que j’en pense:

Je n’avais jamais lu de Charles Dickens avant et j’ai donc voulu tenter ma chance avec Oliver Twist. Je me suis donc attaquée à ce monument de la littérature avec beaucoup d’excitation.

Oliver Twist a vraiment une vie affreuse. Orphelin, battu, martyrisé, sa vie est un véritable enfer que nous dépeins Charles Dickens. Pour le coup, dépressif s’abstenir (quoi que cela peut faire relativiser). Ce roman est une succession de malheurs sans fin! Personnellement, je n’ai pas du tout adhéré à l’histoire qui m’a profondément déprimée. Trop de négatif et pas assez d’espoir!

Habituellement, j’adore les classiques mais là, je suis restée véritablement hermétique à ce roman. J’ai trouvé les personnages fades. Oliver Twist est un pleurnichard et j’ai trouvé tous les gens qui l’entouraient pas intéressants. Oui, j’ai la dent dure! Comment peut-on trouver des personnages fades?! Et bien, j’ai trouvé tout trop manichéen! Les personnages ne semblent pas donner dans la demie mesure et cela me dérange un peu. Oliver Twist ne m’a pas du tout séduit non plus. Bref, j’ai eu beaucoup de mal….

L’écriture m’a plutôt emballée. Très facile à lire et simple, j’ai trouvé l’ensemble agréable mais sans réel plus. Je me suis surprise à me dire que même des enfants pourraient lire ce texte. Effectivement, le texte n’est pas hermétique, il est accessible à tous, ce qui est un point positif.

Vous l’aurez compris, je n’ai pas du tout adhéré à Oliver Twist.

Bref:

Une grosse déception.

Si je devais le noter:

1-plume

Cette lecture s’inscrit dans le challenge « Un classique par mois » hébergé par le Pr. Platypus.

challenge-ophelia-1

 

 

 

Publié dans Challenges classiques 2017, Classique | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Le somnambule de Sébastien Fitzek

cvt_le-somnambule_5818

Le Somnambule de Sébastien Fitzek, l’Archipel

Pour résumer:

Adolescent, Leo Nader était en proie à de terribles crises de somnambulisme. Si intenses, qu’on l’avait contraint à suivre un traitement psychiatrique auprès d’un spécialiste, le Dr Volwarth.
Bien des années plus tard, Leo se croit guéri. Mais, un matin, il découvre que sa femme Nathalie a été blessée pendant la nuit et qu’elle s’apprête à le quitter.
Quand il essaie de la rattraper, elle s’enfuit avant de mystérieusement disparaître. Perturbé, Leo, qui se croit coupable sans en avoir conservé le moindre souvenir, décide de retourner voir le Dr Volwarth.
Celui-ci lui conseille de s’équiper d’une petite caméra pour enregistrer ses déplacements nocturnes. Ce qu’il va découvrir ira bien au-delà de tout ce qu’il pouvait imaginer…

Ce que j’en dis:

J’avais apprécié la lecture de Thérapie du même auteur et c’est donc avec beaucoup d’impatience que je me suis penchée dans la lecture de ce livre.

L’intrigue de ce thriller est vraiment bonne. Parfois difficile à suivre, j’ai peu à peu pris mon rythme de croisière et c’est avec avidité que j’ai découvert les nombreux rebondissements de ce roman. On va pas se mentir, l’intrigue est WOUAH! Je suis une habituée des thrillers et j’avoue que j’ai souvent le flair pour deviner ce qui va arriver. Pour le coup, je ne me suis pas du tout doutée du dénouement et je me suis vraiment laissée surprendre par l’auteur.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, Sébastien Fitzek est un psychiatre et il faut avouer que ses romans sont trèèèèèès influencés par son expérience professionnelle. Alors quand il construit son personnage principal Léo, il l’affuble d’un somnambulisme à vous faire frissonner par chaleur caniculaire. Le lecteur suit Léo au fil du livre mais sans savoir à quel moment il dort et à quel moment il est éveillé. Comme tout est vu par les yeux du personnage, la confusion est totale. Je me suis laissée prendre par les méandres du somnambulisme et je m’y suis perdue totalement pour finalement être réveillée par un électrochoc qu’est la fin du roman.

Le suspens est donc bel et bien présent dans ce roman. Rondement mené,cette histoire que je qualifierai de « freak story » m’a vraiment emballée. J’ai vraiment flippé par moment et désormais lorsque mon mari a une conversation avec moi alors qu’il dort à poing fermé, je le regarde d’un autre œil.

Seul petit bémol (mais tout petit mini riquiqui…quoi que…), comme nous ne savons jamais si le personnage rêve ou pas, j’ai parfois eu un sentiment de confusion. Ce sentiment peut gêner la lecture de certains je pense. Personnellement, j’ai trouvé que cela rajouté du « charme » car au final, on se sent aussi confus que le personnage principal.

Bref:

Un excellent thriller.

Si je devais le noter:

5-plumes

Merci qui?

270

 

Publié dans Policier/ Thriller, Service Presse | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Médée de Nancy Peña et Blandine Le Callet

Médée, Tomes 1, 2 et 3 de Nancy Peña et Blandine Le Callet, Casterman

Pour résumer:

Médée la scandaleuse. Médée la sorcière, la meurtrière. Médée le monstre. Voilà ce qu’on dit de moi.
Les gens ne veulent retenir que ce qui les arrange. Au milieu des voix qui m’accablent, il est temps que je fasse entendre la mienne: il est temps que je raconte mon histoire. Pour rétablir la vérité.

Ce que j’en dis:

Attention, attention!!!! Gros coup de cœur!!!! Je vais pas vous créer un suspens de dingue et je vais droit au but en vous disant combien j’ai aimé, adoré, adûlé cette BD.

L’histoire on la connaît tous. Médée, jeune femme intelligente et rebelle qui épousera Jason et l’aidera à voler la toison d’or (pas forcément dans cet ordre d’ailleurs). Le scénario n’a rien de surprenant lorsqu’on connaît la légende du personnage et il faut avoir du courage pour s’attaquer à ce gros morceau mais là franchement j’applaudis des deux mains (et des deux pieds aussi tiens!).

Les personnages sont sublimissimes! L’élément central qu’est Médée est charismatique et envoûtante. Elle se pose en tant qu’héroïne dès les premières planches et emplit de sa présence tous les tomes! Dans le tome 3, un autre personnage commence à prendre du relief, Jason. Aaaaaaaaah Jason, ce héros mythique qui vole la toison d’or, ses muscles saillants, sa jupette qui vole au vent… Bref, un personnage qui commence à prendre de l’importance mais qui montre aussi de nombreuses failles. Comment se montrer à la hauteur face à la belle Médée à la fougue sans limite?

L’écriture est bien documentée (y avait plutôt intérêt avec un sujet pareil) et très agréable. L’esthétique est juste magnifique, les dessins superbes. Les traits sont fins, il y a pleins de petits détails notamment dans les tenues. Les plissés des robes sont hallucinants par exemple. Le choix des couleurs est top et donne une ambiance solaire à toute la BD.

Par contre, il y a un tome 4!!!!!! Donc petits bonds de joie et double salto arrière! Je n’ai pas trouvé de date de sortie et ça m’angoisse un peu mais bon, je vais attendre sagement que la suite arrive dans ma médiathèque… ou bien je serai vilaine et j’irai l’acheter dès la sortie…

Bref:

UN GROS COUP DE CŒUR!

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Moka- Au milieu des livres

Si je devais le noter:

5-plumes

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Cette semaine chez

Publié dans bd, Mercredi BD, Non classé | Tagué , , , , | 1 commentaire

Atelier d’écriture

C’est lundi! Imagination en mode turbine!

emma jane brown

© Emma Jane Brown

Un sentiment de vide absolu m’envahit. Quittée, laissée, abandonnée… Seule… Je déambule dans les rues telle une âme en peine. Rien ne m’avait préparé à ça, ni ses baisers,ni ses sourires. Je regarde le bout de mes chaussures élimées comme une gosse prise en faute. Une goutte de pluie vient s’écraser sur mon orteil. Je vagabonde sans but, l’esprit noir, le cerveau embrouillé sous la pluie de la ville. Puis l’averse devient plus forte et sans réfléchir je pousse une porte et me retrouve à l’abri. Je regarde autour de moi. Une église… Notre église… Je me revois remontant la nef dans ma petite robe de satin blanc. Lui à côté de l’autel en jean et tee- shirt, le sourire aux lèvres. Nous étions heureux. Nos amis étaient là mais aucun membre de nos familles respectives. Je m’avance dans l’allée centrale. J’observe les statues, l’autel, les cierges. L’humidité ambiante me fait frissonner. Je m’assieds sur un bout de banc. Cette église, c’est la goutte d’eau. Soudain, un homme apparaît. Il va vers l’autel arrange quelque chose, puis tourne son regard vers moi. Il s’avance et me dit: « Je vous reconnais vous savez! ». Je le regarde de plus près et reconnais le prêtre qui m’avait marié il y a de cela un an. « Vous êtes la mariée à la petite robe blanche et au mari en jean. » Je hoche la tête et avant même que j’ouvre la bouche il ajoute « Il ne vous aime pas… ». Surprise et comme assommée, je me sens vaciller sur ce bout de banc.  » Lorsqu’il a dit oui, ce n’est pas vous qu’il regardait, c’est l’autre. » Prise d’une envie de vomir, je me lève brusquement et sort de l’église en courant.

Rien ne m’avait préparé à ça… Ni les traces de rouge à lèvres sur son col, ni ce parfum enivrant de vanille, ni les regards tendres échangés alors qu’ils pensaient qu’on ne les voyait pas. Dieu sait depuis le début… Mais lui aussi semble m’avoir abandonnée…

Les autres textes sont sur le blog Bricabook.

Publié dans Atelier d'écriture | Tagué , , , , , | 3 commentaires

Stabat Murder de Sylvie Allouche

9782748523416

Stabat Murder de Sylvie Allouche, Syros

Pour résumer:

Valentin, Matthis, Mia et Sacha étudient le piano au Conservatoire national supérieur de musique depuis trois ans. Trois années de perfectionnisme et d’acharnement entièrement tournées vers un concours qui déterminera leur avenir. Ils sont inséparables, se comprennent mieux que personne, mais ils sont aussi en compétition et n’ont rien d’adolescents normaux. Lorsque, du jour au lendemain, Valentin, Matthis, Mia et Sacha sont tous les quatre portés disparus, La commissaire, Clara Di Lazio s’interesse de plus près à leurs familles…

Ce que j’en dis:

Les zamis, attention, ce livre est un véritable page turner!

Vous allez mettre votre nez dedans et ne plus le lâcher. En tout cas, c’est ce qui m’est arrivée. Vous commencez à connaître mon amour pour les thrillers (du moins vous le savez si vous me suiviez déjà sur l’ancien blog), du coup, vous savez aussi que je suis très exigeante en ce qui concerne ce genre et qu’il est souvent difficile de me berner ou de me contenter. Oui, car le soucis, c’est que quand on aime les thrillers et qu’on a compris comment ça fonctionne, on se lasse vite (du moins c’est mon cas).

Pour le coup, j’avoue ne pas avoir été déçue par ma lecture.

Dans un premier temps, l’intrigue est très prenante. Il y a du suspens et un bon rythme de texte. Alors si tu aimes le thriller aux multiples actions ben c’est pas trop ça hein. Néanmoins, sans qu’il y ait à bloc de péripéties, il n’y a pas de réel temps mort.

Les personnages sont peu nombreux mais très attachants. J’ai adoré les quatre jeunes ados. Ils ont chacun leur caractère, leur secret. On ne sait quasiment rien de leur apparence physique et pourtant je jurerai que je pourrai reconnaître un de ces personnages en le croisant dans la rue. J’ai apprécié que l’auteure ne tombe pas dans les stéréotypes (ce qui est parfois compliqué notamment avec les personnages de policier). Bref, aucun faux pas à ce niveau.

L’écriture est quant à elle très agréable et sans fioriture. Le texte se déroule tranquillement sous nos yeux. C’est un vrai plaisir. le choix de la narration est judicieux et permet une bonne installation du suspens. Car, le point fort de ce roman, c’est le suspens qui y réside. Je n’ai eu de cesse de comprendre et de chercher qui était le coupable. C’est seulement lorsque l’auteure nous balance l’information que l’on comprend et que tout soudain se met en place.

Bref:

Un thriller au top! A lire!

Si je devais le noter:

5-plumes

 

Je tiens à remercier les éditions Syros pour leur confiance.

resized_4864_1322569931

Publié dans Policier/ Thriller, Service Presse, Young Adult | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Groenland Manhattan de Chloé Cruchaudet

bm_8333_1606346

Groenland Manhattan de Chloé Cruchaudet, Delcourt Mirages

Pour résumer:

Extrême Nord du Groenland, 1897. Une fois de plus, l’Américain Robert Perry n’a pas réussi à planter son drapeau au pôle Nord malgré l’aide de ceux qu’on appelle encore les Esquimaux. Mais pour l’explorateur, pas question de rentrer les mains vides. L’idée lui vient alors de ramener des souvenirs vivants, de vrais sauvages polaires en chair et en os. L’un d’entre eux, Minik, n’est encore qu’un enfant quand il embarque à destination de New York. Leur succès dès leur arrivée est immense. L’exotisme fascine. Muséum d’histoire naturelle, dont la cave sert d’hébergement de fortune aux hommes du Nord, sera quelques années plus tard le théâtre d’un drame qui trouvera un large écho dans la presse et dans la population. Car le destin de Minik est à bien égards symptomatique des cruels bouleversements du siècle qui commence.

Ce que j’en dis:

J’adore Chloé Cruchaudet et je suis rarement déçue par son travail. Pourtant, j’avoue que Groenland Manhattan m’a plutôt désarçonné.

L’histoire en elle même est simple. Il s’agit de Robert Perry qui ramène du Groenland des Esquimaux. La BD prend l’apparence d’un journal de bord. On suit donc Perry durant son expédition, puis les mésaventures de Minik le jeune Esquimaux. On ne va pas se mentir, le pauvre Minik va sérieusement en baver. Il sera d’abord étudié par des scientifiques et verra ensuite son père mourir. Son adaptation à la société américaine sera compliquée et il se verra totalement laissé tomber par Perry. Bref, c’est pas de la grande rigolade.

Le personnage principal qu’est Minik est très attachant. On le suit durant toute sa croissance et surtout on voit tout ce qu’il peut subir. Ce pauvre garçon ne trouve finalement sa place nulle part. On ressent très vite son malaise puis sa rancune envers Perry. Tous ces sentiments qui traversent Minik font de lui un personnage très émouvant.

Là où le bas blesse (en ce qui me concerne) c’est au niveau de l’esthétique. Je ne sais pas… Quelque chose m’a véritablement dérangé tout le long de ma lecture. Pourtant, les dessins comportent de multiples détails qui rendent le dessin d’une précision bluffante. Le choix des couleurs renvoie à une atmosphère lourde et sombre que j’apprécie beaucoup moins.

Bref:

Je me suis sentie quelque peu perdue…. Je suis ressortie de ma lecture avec une sensation mi-figue mi-raisin…Je vous livre donc un avis en demie- teinte.

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Le grenier à livres

Si je devais le noter:

3-plumes

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Cette semaine chez

Publié dans bd, Mercredi BD | Tagué , , , , | Laisser un commentaire