Album Jeunesse·Littérature de Jeunesse·Service Presse

L’enfant renard

L’enfant renard de Laure Van Der Haegen, Hong Fei, 44 pages

Dans une petite maison à l’orée du bois, une maman souffre : son petit s’y sent à l’étroit. Il est renard ; elle le laisse partir. Quand ils se voient, elle lui dit qu’elle fut renarde. Un jour, il revient : il a faim, froid, besoin de réconfort ; elle l’accueille. Il grandit, se transforme. Maman, elle sait qu’il repartira. En attendant, tendrement, patiemment, elle écoute son fils lui raconter ses aventures futures.

Décidemment, les éditions Hong Fei m’ont gâté avec ce deuxième service presse. Je les remercie.

Logo du site Hongfei Culture

Ce petit album interroge tout simplement son lecteur sur la socialisation et sur ce que la société attend de nous. Alors que le petit renard veut vivre sa propre vie, sa mère s’inquiète mais lui laisse le champ libre. De lui même, l’animal sauvage deviendra un petit garçon.

Vous l’aurez compris, la métaphore et la symbolique sont des éléments centraux de cette lecture. La maman humaine incarne la société et ses attentes, alors que le petit renard incarne l’enfant fougueux qui peine et souffre des codes que la société veut lui imposer. 

La mère laisse le champ libre à son enfant, elle lui laisse le temps de comprendre, de s’accepter. Malheureusement, notre société actuelle n’est pas aussi clémente. Néanmoins, cet album nous montre que sans forcer, avec un peu d’amour, de temps et de patience, tout arrive.

J’ai beaucoup aimé cette histoire qui par certains aspects est presque un petit conte philosophique.

Le texte est accompagné de très belles illustrations dans des tons pastels créant une ambiance douce et rassurante. 

S

Service Presse

Voyages dans mon jardin

Voyages dans mon jardin de Nicolas Jolivot, HongFei, 216 pages

200 ans tout juste, c’est l’âge du jardin de Nicolas Jolivot.
« Son » jardin familial qui n’est le sien, dit-il, que par « la somme des moments où [il s]’y retrouve ». A l’occasion de cet anniversaire, c’est par le biais du temps que Nicolas trace le portrait de ce lopin de terre et de tout ce qui l’habite, vivants ou souvenirs. Car c’est bien dans une boucle du temps que le carnettiste fait glisser son lecteur. Remontant en 1821, aux origines d’un jardin singulier et au plus loin d’une mémoire familiale, Nicolas égrène jusqu’à nos jours quelques dates majeures de l’histoire du lieu. Simultanément, il déroule une année de vie et d’activités de la nature en ce jardin. Alors, il nous emporte au plus près de ce qui survient à ras de terre ou depuis le ciel, le long d’un arbre ou dans le bassin, sous son pas de voyageur au jardin ou sous son outil de jardinage.

Merci aux éditions Hong Fei pour cet envoi!

Logo du site Hongfei Culture

Ce carnet est une délectation pour les yeux. Au fil des pages, le lecteur découvre un jardin. Un jardin aux mille recoins, où chaque herbe, chaque plante et chaque insecte est chéri. Le carnet est partagé entre les différents mois de l’année. Avec son texte poétique, Nicolas Jolivot décrit la beauté de la nature qui l’entoure. Il narre la vie d’un jardin qui s’épanouit mais fane aussi à certains moments. Avec délicatesse, le carnettiste choisit ses mots. L’ensemble résonne comme une douce musique. Lire ce livre, c’est véritablement voyager dans un autre univers qi pourtant nous est si proche.

Nicolas Jolivot joue aussi bien des mots que du crayon. Ses illustrations sont d’une délicatesse rare. Les traits sont fins. Les couleurs sont dans des tons doux qui semblent patiner l’ensemble du livre. Les dessins fourmillent de détails subtils et on sent que Nicolas Jolivot a un regard pointu et curieux sur le monde qui l’entoure.

Si vous êtes amateurs de la nature et que vous aimez les beaux livres, je vous conseille vivement cette lecture enchanteresse.

S

bd

Tanz!

Allemagne, 1957. Uli est un jeune homme de 19 ans, élève d’une prestigieuse école de danse moderne. Sa fougue contraste avec la mélancolie de l’Europe d’après-guerre. Il est passionné de comédies musicales mais cette passion est moquée par ses camarades qui jugent cette discipline trop commerciale. Lors d’un voyage à Berlin, il rencontre Anthony, un jeune danseur afro-américain. Ce dernier suggère à Uli de venir tenter sa chance à Broadway…