Roman

Gardez l’œil ouvert

Gardez l’œil ouvert de Victoria Charlton, Editions de l’Homme, 224 pages

La youtubeuse Victoria Charlton, connue pour ses vidéos consacrées au True Crime, nous entraîne sur la piste des 15 disparitions les plus énigmatiques des 100 dernières années, de la France aux États-Unis, en passant par le Québec. Reconstitution des faits, décryptage des éléments de l’enquête, anecdotes de recherche et théories personnelles: Victoria propose des récits haletants, empreints de suspense et d’émotions. Qui sait, peut-être avez-vous déjà croisé Johnny, Timmothy, Laureen ou Diane? Une chose est sûre: après avoir refermé ce livre, vous penserez toujours à garder l’œil ouvert. Parce que toute personne disparue mérite d’être retrouvée.

Pour ceux qui ne la connaîtrait pas, Victoria Charlton est une YouTubeuse canadienne spécialiste du True Crime. C’est à dire, qu’elle raconte de vraies histoires de meurtres ou de disparitions.

Dans ce lire, Victoria Charlton nous raconte 15 disparitions. Avec minutie, elle nous narre les faits et retrace ce qu’il a pu se passer. Bien documentée, elle n’hésite pas à également donner son point de vue sur l’affaire, ce qui donne un autre éclairage.

15 disparitions, donc 15 personnes dont la vie a basculée et dont nous n’avons toujours pas de nouvelles. Les récits sont angoissants mais Victoria Charlton tente aussi de nous dépeindre la victime le plus précisément possible car selon elle, en gardant l’œil ouvert, on pourrait bien un jour les retrouver. Une photo ouvre d’ailleurs chaque récit.

J’ai trouvé ce livre passionnant mais également angoissant. Le style d’écriture est très oral et j’avais la sensation d’entendre la voix de Victoria Charlton ainsi que son accent dans ma tête…

Si vous aimez le True Crime, je vous conseille vivement cette lecture. Sinon, vous pouvez toujours aller faire un tour sur la chaîne de Victoria Charlton.

 

bd

Freaky Mouse, Tomes 1 et 2

Après s’être attaqué à l’univers d’Harry Potter, Alexandre Arlène revient avec un recueil parodique des dessins animés des studios Disney. Retrouvez vos héros préférés dans des positions délicates ou carrément absurdes, mais toujours hilarantes. Avec au dessin, Gyom, Freaky Mouse s’amuse à détourner les codes des plus célèbres films avec juste ce qu’il faut d’impertinence et d’humour noir.

Pour ceux qui ne seraient pas au courant, j’adore l’univers de Disney. J’avais déjà entraperçu cette BD dans des librairies mais, je n’avais pas cédé à la tentation. Alors, quelle ne fut pas ma surprise en voyant que mon mari les avait commandées. A peine arrivés, à peine lus! J’ai dévoré les deux tomes!

Freaky Mouse est en fait un recueil de plusieurs petits sketchs mettant en scène des personnages de l’univers de Disney. Bien évidemment, les noms ont été transformés mais, les codes sont bels et bien là. J’ai adoré retrouvé mes personnages favoris! Mais ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est l’esprit complètement barré qui se dégage de cette BD! J’ai ri, j’ai souri, bref, j’ai passé un agréable moment! 

J’ai également apprécié l’esprit graphique, qui reprend les fondamentaux de chaque personnage mais les rend un peu plus cartoonesques. J’ai aussi beaucoup aimé l’esprit très coloré.

En somme, j’ai vraiment passé un super moment avec Freaky Mouse. Mention spéciale pour les dédicaces de début de volume qui donnent le ton et m’ont fait mourir de rire.

20210415_170346_0000

bd·Mercredi BD

Malgré tout

Malgré Tout de Jordi Lafebre, Dargaud, 152 pages

C’est l’histoire d’un amour à rebours. Une passion platonique mais éternelle entre deux êtres. D’un côté, il y a Ana. Sexagénaire charismatique, ancienne maire tout juste retraitée, mariée et maman. Une battante au grand coeur qui impose le respect. De l’autre, il y a Zeno. Célibataire endurci, libraire proche de la retraite et doctorant en physique qui aura mis quarante ans pour terminer sa thèse. Un esprit libre et voyageur, aussi séduisant que mystérieux.

Au fil des années, ils ont tissé ensemble un amour impossible et intarissable. Tout en égrainant les excuses qui ont empêché qu’elle ne prenne forme, on remonte le temps de cette romance et de ses méandres… jusqu’à sa source.

Jordi Lafebre pour moi c’est avant tout Les beaux étés mais aussi La Mondaine. Deux séries que j’ai terriblement adoré. J’attendais avec énormément d’impatience de lire Malgré Tout. Les avis lus sur la blogosphère étaient très positifs et les visuels entraperçus me faisaient de l’œil.

Je me suis donc lancée dans cette lecture, découvrant l’histoire de Ana et Zeno. La BD commence par le chapitre 20. Les deux protagonistes se retrouvent, plus amoureux que jamais. Et puis, l’histoire commence, mais à rebours. Le scénario commence donc par ce que l’on pourrait appeler la fin. L’originalité de l’écriture a su me séduire. J’ai été désarçonnée au départ mais après, j’ai de suite accroché. Alors que dans toutes les histoires d’amour, on veut savoir comment cela se termine, ici on veut absolument savoir comment cela a commencé. Avec délectation, on découvre chaque pan de la vie des protagonistes. Chaque chapitre croque un moment de leurs vies. En quelques pages, on entraperçoit la complicité d’Ana et Zeno, la force de leurs sentiments. 

L’intrigue est donc très prenante et c’est un véritable page turner qui s’offre à nous. Les personnages sont juste magnifiques. Jordi Lafebre a une certaine sensibilité de laquelle je suis plutôt proche. Il nous offre donc une Ana au fort caractère mais très attachante et un Zeno un peu bohème et aux multiples vies. Les protagonistes sont très émouvants, ils sont humains et touchants. 

L’esthétique quant à elle est superbe. C’est toujours un plaisir de retrouver le travail de Jordi Lafebre. Les traits sont fins. Il y a beaucoup de détails. Les personnages ont cette espèce de dynamique que j’adore. J’aime particulièrement le travail sur les expressions. On ressent les émotions des personnages. Les couleurs sont superbes et j’adore l’ambiance qui se dégage.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré cette lecture que j’ai dévoré. J’avoue que je voyais arriver la fin avec appréhension car j’étais très bien avec les personnages. Et puis finalement, ce qui devait arriver, arriva, la dernière planche, les derniers mots …Et, ce qui pour moi est la fin de ma lecture, devient finalement le début de toute l’histoire d’Ana et Zeno.

20210415_170346_0000

 

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Stéphie.

Policier/ Thriller·Roman

Le Chasseur de regards

Le Chasseur de regards de Franck Thilliez, Livre de Poche, 456 pages

Alexander Zorbach, reporter dans un grand quotidien berlinois, a déjoué les plans du tristement célèbre Voleur de regards, un psychopathe ayant assassiné plusieurs enfants avant de leur prélever l’œil gauche. Mais ce dernier s’est évaporé dans la nature. Avec une nouvelle proie : Julian, le propre fils de Zorbach… Dans le même temps, l’un des meilleurs ophtalmologues du monde est soupçonné d’avoir pour le plaisir découpé les paupières de plusieurs femmes. Qui sont ces monstres ? Pourquoi une telle fascination morbide ? Zorbach, s’il veut retrouver son fils, va devoir se muer en chasseur…

Le Chasseur de regards est en fait la suite de Le Voleur de regards. Néanmoins, il n’est pas nécessaire d’avoir lu le premier tome pour comprendre ce second opus. Le roman peut donc se lire de façon indépendante.

Sébastien Fitzek nous livre encore une fois une histoire pleine de suspens et de rebondissements. Dès les premières lignes, aucun doute, nous sommes bien dans un thriller. L’intrigue se divise en deux pans. Celui de Alexander Zorbach qui est à la recherche de son fils et celui de Alina qui est une médium aveugle. J’avoue avoir préféré l’histoire d’Alina pour son originalité mais aussi pour la force de caractère du personnage. J’ai trouvé que son histoire était vraiment prenante et j’avoue que je languissais les passages où elle apparaissait. Sa détermination et son courage pousse à l’admiration. J’ai aimé ce personnage de femme forte plutôt que celui du journaliste en détresse.

L’intrigue est menée de main de maître. On sent que l’auteur maîtrise totalement l’exercice. L’ensemble est bien écrit et c’est vraiment très agréable à lire. Comme dans la plupart des thrillers, certains passages sont un peu « gores ». Les descriptions sont précises et chirurgicales. Si vous êtes un peu sensibles et que vous craignez tout ce qui touche aux yeux, je vous conseille de passer votre chemin car certains passages risquent de vous donner la chair de poule.

Bref, un vrai bon thriller à découvrir.