bd·Mercredi BD

Brigade Verhoeven, Tome 1: Rosie

Brigade Verhoeven, Tome 1: Rosie de Bertho et Corboz, Rue de Sèvres

Pour résumer:

Une série policière tirée des romans à succès de Pierre Lemaître : « La bombe a convenablement fonctionné ; sur ce plan, il a tout lieu d’être satisfait. Les rescapés tentent déjà de secourir les victimes restées au sol. Jean s’engouffre dans le métro. Lui ne va secourir personne. Il est le poseur de bombes. » Jean Garnier – pour l’état civil, il est John Garnier, n’a plus rien à perdre dans la vie : sa mère est en prison, sa petite amie a été tuée et il n’a plus de travail. Ce qu’il veut est bien simple : un passeport et des billets d’avion pour sa mère et lui pour l’Australie et cinq millions d’euros. Il ne parlera en outre qu’au commissaire Camille Verhoeven, sinon il fait sauter les six autres obus qu’il a disséminés un peu partout… Camille Verhoeven né hypotrophique, ne mesure que 1,45 m. C’est un homme solitaire, discret, et appliqué. L’expérience lui a permis de réunir une équipe hétéroclite et efficace, composée de Louis, le riche élégant, d’Armand, le radin méticuleux et de Jean-Claude, le joueur, coureur de jupons.

Cette singulière brigade parviendra-t-elle à déjouer le piège tendu ?

Ce que j’en pense:

Ceux qui aiment Pierre Lemaitre ne peuvent que trouver leur compte avec cette super BD!

J’ai donc suivi avec attention la Brigade Verhoeven sur la piste d’un poseur de bombes, Jean, qui demande désespérément que sa mère Rosie sorte de prison.

Le scénario est top top top et m’a tenu en haleine jusqu’au bout. L’enquête est rondement menée, bref, j’ai pris un véritable plaisir à suivre cette histoire. Le tout a un bon rythme et laisse les situations s’installer sans pour autant tirer en longueur.

J’ai adoré les personnages de cette BD. Verhoeven est très charismatique et emplit toute la BD de sa présence. Il a une réelle aura. 

Il faut dire que avec des personnages tirés d’un polar de Pierre Lemaitre, il ne pouvait en être autrement. En effet, l’auteur aime peaufiner les personnalités de ses personnages et cela se ressent dans cette BD.

Comble du bonheur, l’esthétique a su me séduire. C’est très coloré, pleins de détails, dans un style graphique que j’affectionne particulièrement.

Bref:

J’ai adoré!

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Y a pas que moi qui en parle:

Stephie

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Noukette.

 

Publicités
Littérature de Jeunesse·Service Presse

Elsa

Elsa de Marie F

Pour résumer:

Elsa jeune fille de 17 ans, découvre sa mère gravement malade. À son chevet, grâce à son grimoire, elle trouve la recette pour la guérir et part à la recherche des ingrédients. Au cours de son voyage, elle fera des rencontres pour le moins surprenantes et prendra connaissance d’un secret au fil de ses aventures. 
Réussira-t-elle à sauver sa mère ?
Quelles révélations découvrira-t-elle ?
Comment Elsa fera-t-elle face à la vérité ? 
Parviendra-t-elle au bout du périple ?

Ce que j’en pense:

Ce roman jeunesse au pitch alléchant m’a de suite accroché l’œil, alors lorsque l’autrice m’a proposé de le découvrir, je me suis jetée avec ravissement dans cette lecture.

L’histoire est plutôt simple, la jeune Elsa va devoir se surpasser et se montrer courageuse afin de sauver la vie de sa mère malade. J’ai trouvé que l’intrigue allait un peu trop vite. Les situations n’ont pas le temps de s’installer que déjà nous sommes passés à la suite. J’aurai préféré que tout se déroule un peu plus lentement, j’aurai aimé savourer un peu plus.

Avec ce roman, j’ai découvert un univers inédit. Effectivement, Marie F a crée un monde féerique où les personnages de contes de fées se côtoient. L’autrice a donc le mérite de mettre en place une atmosphère qui lui est spécifique.

Le personnage principal de Elsa est au centre de tout le récit. C’est une jeune fille de 17 ans qui n’a peur de rien. Son seul défaut selon moi, poser mille questions à la minute. Elsa ne cesse de se questionner et de questionner les autres, j’ai trouvé cela un peu…pénible.

Le style de l’auteur est adapté au public visé, simple et efficace. Il n’y a pas trop de descriptions qui peuvent vite lasser le jeune public et les actions s’enchaînent dans un univers qui séduira les plus jeunes lecteurs.

Bref:

Une lecture en demie- teinte.

Si je devais le noter:

3-plumes

Merci qui?

Merci à Marie F pour sa confiance.

bd

L’âge d’or

L’âge d’or, Volume 1 de Cyril Pedrosa et Roxanne Moreil, Dupuis/ Aire Libre

Pour résumer:

La légende parle d’un « âge d’or, où vallées et montagnes n’étaient entravées d’aucune mu-raille. Où les hommes allaient et venaient librement… » 
Mais ce temps lointain est bien révolu. 
Le royaume est accablé par la disette et les malversations des seigneurs de la cour. À la mort du vieux roi, sa fille Tilda s’apprête à monter sur le trône pour lui succéder. Avec le soutien du sage Tankred et du loyal Bertil, ses plus proches conseillers et amis, elle entend mener à bien les réformes nécessaires pour soulager son peuple des maux qui l’accablent. Mais un complot mené par son jeune frère la condamne brusquement à l’exil.

Guidée par des signes étranges, Tilda décide de reconquérir son royaume avec l’aide de ses deux compagnons. Commence alors un long périple, où leur destin sera lié à « L’âge d’or » ; bien plus qu’une légende, bien plus que l’histoire passée des hommes libres et de leur combat, c’est un livre oublié dont le pouvoir est si grand qu’il changera le monde.

Ce que j’en pense:

Dans un univers Moyen-Âgeux, Tilda est l’héritière du royaume de son père. Hélas, un complot la condamne à l’exil. Grâce à Tankrel et Bertil, deux chevaliers, elle arrive à fuir. J’ai donc suivi sa fuite effrénée avec beaucoup d’attention. Durant son périple, elle et ses acolytes vont découvrir le texte de L’âge d’or qui prône l’égalité entre les Hommes peu importe leur rang.

Le scénario est bien construit. La quête de Tilda nous livre une vraie réflexion autour de l’égalité. L’ensemble monte en puissance tout au long du récit. La fin du scénario renferme un véritable climax et renforce le suspens. Forcément, tout cela m’a donné envie de découvrir le volume 2.

Les personnages sont vraiment bien élaborés. Tankrel joue le rôle du fidèle serviteur qui incarne la sagesse. Il est d’une grande importance dans l’aventure. Tilda qui est l’héroïne est une princesse très humaine. Beaucoup de mystères planent autour d’elle. Elle a des visions étranges et des phénomènes inexpliqués se produisent. De plus, le personnage devient de plus en plus sombre tout au long de la lecture. Elle qui était si bonne devient véritablement mauvaise, vile et rancunière. Le personnage éveille forcément la curiosité. Quant à Bertil, il est très attaché à Tilda. La relation de ces deux là est un peu ambiguë. Il se montre très sensible au discours de L’âge d’or et n’hésitera pas à prendre des décisions surprenantes.

Les illustrations quant à elles sont magnifiques. Les couleurs sont sublimes, le style est onirique et les décors féeriques. J’ai apprécié les dessins tout en courbes et volutes. C’est juste sublime!

Bref:

Un véritable coup de cœur!

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Y a pas que moi qui en parle:

Noukette

Mo

Jacques

Roman

Gravé dans le sable

Gravé dans le sable de Michel Bussi, Presses de la Cité

Pour résumer:

Quand on s’appelle Lucky, qu’on a la chance du diable, alors peut-être la mort n’est-elle qu’un défi. Un jeu. Ils étaient cent quatre-vingt-huit soldats sur la péniche en ce jour de juin 1944. Et Lucky a misé sa vie contre une hypothétique fortune.
Alice, sa fiancée, sublime et résolue, n’a plus rien à perdre lorsque vingt ans plus tard, elle apprend l’incroyable pacte conclu par Lucky quelques heures avant le Débarquement.
De la Normandie aux Etats-Unis, elle se lance à la quête de la vérité et des témoins…  au risque de réveiller les démons du passé.

Ce que j’en pense:

J’avais adoré Nymphéas Noirs du même auteur et je m’étais jurée de renouveler l’expérience avec Michel Bussi assez rapidement. Malheureusement, les lectures s’enchaînant, je n’ai pas tenu ma promesse. Et voilà que je pars en Normandie pour les vacances de Pâques. Comme j’aime beaucoup assortir mes lectures à mon lieu de vacances (comment ça j’ai un problème psychologique?!), je me suis dit que Gravé dans le sable serait le roman idéal pour accompagner mes escapades.

Je me suis donc plongée avec délectation dans cette lecture et j’ai découvert l’histoire de Alice, une espèce de beauté vengeresse qui veut à tout prix rendre justice à feu son fiancé Lucky, mort durant le débarquement. Une enquête se met rapidement en route, des ponts sont faits entre le présent et le passé. Alice ne lâche rien et je l’ai suivie avec assiduité. L’intrigue est rondement menée. Sournoisement, Michel Bussi dissémine du suspens mais également m’a fait douter. Résultat, les pages se tournent à une vitesse folle et j’ai dévoré le livre…

J’ai adoré les personnages. Alice et son côté guerrière, Lison et son caractère, Lucky et sa folie, Nick et sa petite voix intérieure accompagnent ce récit et l’alimentent de leurs personnalités.

Michel Bussi a une écriture très agréable qui a l’avantage de mettre le lecteur à l’aise (du moins, il m’a mis à l’aise). C’est un plaisir de le lire. J’ai eu la sensation que tout glissait naturellement.

Et que dire des dernières pages? L’auteur nous mène par le bout du nez jusqu’au bout et nous livre une fin qui ne peut que faire sourire le lecteur.

Bref:

Une vraie régalade! Je promets que je n’attendrai pas aussi longtemps pour relire Michel Bussi.

Si je devais le noter:

5-plumes

Album Jeunesse

La petite souris qui a perdu une dent

La petite souris qui a perdu une dent de Clair Arthur et Marc Boutavant, Père Castor

Pour résumer:

Noisette, la souricette, est très pressée. Zaza, la petite chipette à couettes, a perdu sa dent de devant… Mais voilà, ce soir rien ne se passe comme prévu. Car Noisette, à son tour, perd sa dent. Qui lui apportera une petite pièce ? Une jolie boîte est fournie avec ce livre pour ranger ses dents de lait et aider la petite souris à les trouver sous son oreiller.

Ce que j’en pense:

Nous sommes en pleine période où les dents bougent à la maison. Forcément, la petite souris a pointé le bout de son nez. Mon mari a donc eu la bonne idée d’emprunter cet album à la médiathèque.

Le début nous montre le travail de Noisette, la petite souris. Mais voilà que cette dernière perd elle aussi une dent. Mais, qui amène une pièce à la petite souris lorsque c’est elle qui a perdu une canine?

L’album prend le contre- pied en mettant la petite souris dans le rôle de l’enfant. Du coup, c’est plutôt drôle. Un petit suspens s’installe car nous avons attendu avec impatience de voir qui allait venir faire le travail. La surprise fut totale et les filles ont adoré. Je ne veux pas vous spoiler l’album donc chut, je ne dirai pas un mot de plus.

Les illustrations sont plutôt sympas. Le trait est fin et l’ambiance est très colorée.

Lily (6 ans) a beaucoup aimé l’histoire même si elle a eu un peu peur que la petite souris n’ait pas sa pièce.

Faustine (3 ans) quant à elle, a trouvé très rigolo le personnage qui remplace la petite souris. Par contre, elle n’a pas aimé les images (« C’est beurk! »).

Bref:

L’histoire a fait l’unanimité mais pas les illustrations.

Si je devais le noter:

3-plumes

Un petit aperçu:

Résultat de recherche d'images pour "la petite souris quia perdu une dent"

bd·Mercredi BD

Loup

Loup de Renaud Dillies, Dargaud

Pour résumer:

Il a tout oublié. D’où il vient, qui il est, pourquoi il erre, seul. Tout… jusqu’à son nom. Sur le chemin de l’institut qui est censé le recueillir, il passe devant un cabaret et y entre instinctivement, comme guidé par la musique. Le voilà participant malgré lui à une audition. Il s’invente un prénom, « Loup ». Et là, comme par miracle, ses mains se souviennent, et la guitare entre ses doigts révèle un musicien magique. Embauché pour rejoindre le groupe de la jolie miss Ti, il connaîtra les concerts, l’amitié, l’amour, la célébrité, mais retrouvera-t-il la mémoire ?

Ce que j’en pense:

Loup se réveille mais ne sait plus qui il est. Alors qu’il ne sait rien de lui, il se découvre des talents de musicien.

Le scénario est simple. Néanmoins, je n’ai pas vraiment accroché à l’histoire. À mon sens, l’intrigue de base est vraiment riche mais selon moi, la quête de l’identité n’a pas été assez exploitée. Cela manque cruellement de ce point de vue, surtout que passé les premières planches, je m’attendais vraiment à ce que le sujet soit un peu plus fouillé.

Le personnage principal, Loup, est très énigmatique. Forcément, il ignore son identité, tout comme le lecteur. Rien ne laisse deviner sa personnalité, rien ne transparaît et c’est très frustrant. Pour le coup, je trouve que le personnage manque de consistance.

La fin relève néanmoins le niveau général de ce one- shot. Renaud Dillies dissémine un peu de poésie et cela fait franchement du bien.

En revanche, j’ai adoré l’esthétique tout en douceur avec des couleurs aux multiples nuances.

Bref:

Pas totalement conquise.

Si je devais le noter:

1-plume

Un petit aperçu:

Y a pas que moi qui en parle:

Noukette

Mo’

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Moka.

Young Adult

Trois de tes secrets

Trois de tes secrets de Julie Buxbaum, PKJ

Pour résumer:

Nouvelle dans un lycée huppé de Los Angeles, Jessie ne se sent pas à sa place. Alors qu’elle songe à rentrer à Chicago, elle reçoit un mail providentiel et… anonyme : un expéditeur inconnu lui prodigue de précieux conseils pour s’intégrer et éviter les pièges de Wood Valley. Jessie ignore tout de son ange gardien mais décide de lui faire confiance. Pour faire tomber le masque, elle l’incite toutefois à lui révéler trois de ses secrets…

Ce que j’en pense:

Encore un young adult sur le blog! Que voulez- vous, en ce moment, je n’ai envie de lire que ça… J’avais noté ce roman depuis un petit moment sur je ne sais quel blog et voilà qu’enfin ma médiathèque se le procure. C’est donc avec délice que je me suis plongée dans cette lecture. 

Commencer ce livre est en fait tout simplement tomber dans un piège. En effet, dès les premiers chapitres, j’ai complètement accroché à l’histoire. Alors, concrètement de quoi ça parle me direz- vous? Et bien, dans ce roman, nous suivons Jessie, dont la mère est morte il y a un an et dont le père vient de se remarier. Issue d’un milieu plutôt modeste, la voici propulsée dans un univers bourgeois impitoyable. Ajoutez à cela que pour suivre son cher père, elle a dû abandonner toutes ses amies et ses habitudes. Jessie va devoir prendre de nouveaux repères et essayer de survivre aux dures règles qui régissent son nouveau lycée. Heureusement, elle peut compter sur un inconnu qui via sa messagerie va lui confier quelques précieux conseils.

Vous l’aurez sûrement compris, le but du jeu, c’est d’essayer de savoir qui est cet inconnu! Et… Je me suis prise carrément au jeu et je me suis même mise à espérer que ce soit certains personnages qui endossent le rôle quitte à être déçue (je n’ai peur de rien ma bonne dame!). Bref, j’ai adoré suivre Jessie dans cette histoire. Alors ok, ce n’est pas non plus rempli de rebondissements, le suspens n’est pas haletant et les moments où Jessie s’épanche sur ses états d’âme son nombreux mais j’ai tout de même A-DO-RÉ.

Jessie est une jeune adolescente qui est complètement paumée, elle est peu sûre d’elle, elle adore lire, bref, c’est une fille bien. Certes, elle se confie à un inconnu qui la contacte sur internet (c’est pas bien ça!) mais elle fait aussi preuve de beaucoup de courage dans cette aventure qu’est le lycée. Bien évidemment, autour de ce personnage principal gravitent de nombreux personnages: la meilleure amie super sympa, le sportif populaire, la pompon girl hyper populaire et hyper garce, le garçon mystérieux et rempli de noirceur, le geek, l’homosexuel fashion victime et j’en passe… Une belle palette de clichés qui là aussi n’a pas gâché ma lecture.

Je suis entrain d’écrire cette chronique et je me dis « Mon Dieu, mais ce livre c’est tout ce que tu détestes en fait! ». Et pourtant… Julie Buxbaum a réussi à me séduire avec son écriture agréable, avec cette façon simple de présenter les choses. Elle ne tombe pas dans le gnangnan, ni le pathos et arrive avec un ton juste à nous raconter l’histoire de son personnage.

Bref:

J’ai adoré!

Si je devais le noter:

5-plumes