Policier/ Thriller

Millénium: Ce qui ne me tue pas

Ce que j’en pense:

Millenium est sans conteste un des grands succès littéraire de ces dernières années. Malheureusement, suite à la mort de Stieg Larsson, la trilogie a pris fin au grand désespoir des fans. Preuve du succès de ces romans, la série a connu plusieurs adaptations au cinéma. S’attaquer à la suite de ce best seller, c’est donc avoir de nombreuses attentes, c’est avoir l’espoir de retrouver l’esprit de l’auteur, cette ambiance si spécifique et ces personnages emblématiques. 

David Lagercrantz a donc eu le courage de se lancer dans cette aventure plutôt casse gueule. Mais saura t’il relevé le défi qui l’attend?

Description de cette image, également commentée ci-après

Ce tome 4 nous plonge dans l’après trilogie. Le lecteur retrouve donc les personnages emblématiques de la série. Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander renouent donc pour une intrigue mêlant service secret et scandale public. Toujours à la recherche d’un scoop pour son journal d’investigation Millenium, Mikael a tôt fait de s’intéresser à l’histoire d’un chercheur en intelligence artificielle qui détiendrait des secrets sur les services secrets américains. Mais au moment, de rencontrer cet imminent savant, ce dernier est assassiné sous les yeux de son fils autiste, August. Une chasse à l’homme sous fond de complot international démarre alors. Comme à son habitude, Mikael va se tourner vers Lisbeth Salander, hackeuse de génie au sens de la justice plutôt musclé.

L’intrigue de ce tome nous embarque donc dans une enquête au rythme effréné. Les rebondissements s’enchaînent et attisent le lecteur. Les pages se tournent facilement et en un rien de temps, on se retrouve pris dans la toile de l’histoire. Pourtant, les premières pages n’étaient pas si prometteuses et j’avoue avoir eu peur d’être déçue. Mais, très vite, David Lagercrantz prend ses marques et se montre à l’aise dans l’exercice.

L’ambiance générale est là. Le froid de la Suède, l’atmosphère mystérieuse, la noirceur derrière l’humain et le passé qui refait surface. Les personnages emblématiques sont présents mais ont-ils changé? De manière personnelle, j’ai trouvé que Mikael Blomkvist était un peu fade. Lui qui se montrait comme un journaliste pugnace apparaît ici un peu plus mou et j’avoue que son mordant m’a quelque peu manqué. En revanche, c’est avec délice que j’ai retrouvé le personnage de Lisbeth Salander. De mon point de vue, c’est LE personnage du roman. Même lorsque on ne parle pas d’elle, on ressent sa présence. C’est le maillon qui maintient l’ensemble. Avec sa trilogie, Stieg Larsson nous avait livré un personnage féminin quasiment mythique. Les attentes étaient donc énormes en ce qui la concernait. David Lagercrantz a le mérite d’avoir répondu de façon honorable, négligeant peut -être le pendant masculin du roman.

D’un point de vue stylistique, l’auteur nous livre une écriture punchy qui entraîne le lecteur dans son sillage. Se lancer dans cette lecture, c’est se lancer à corps perdu dans une enquête palpitante. C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’ai retrouvé l’univers de Millenium.

La chronique en podcast:

ici

La chronique en vidéo:

Policier/ Thriller·Roman

Intimidation

Ce que j’en pense:

Aujourd’hui, je vous présente le roman Intimidation d’Harlan Coben paru en octobre 2017 aux éditions Pocket.

Harlan Coben signe avec ce thriller son dix septième roman. Écrivain à succès, l’auteur s’est fait connaître avec ses nombreux best-seller parmi lesquels Ne le dis à personne, Une chance de trop ou encore Juste un regard. Le romancier s’impose donc comme le boss du genre, mais Intimidation s’inscrit-il dans la lignée de ces précédents opus?

L'auteur de polar Harlan Coben vient faire frissonner Strasbourg

Pour commencer, je vous livre la quatrième de couverture:

Dans un bar d’une banlieue huppée du New Jersey, Adam Price, un avocat sans histoire, est abordé par un inconnu qui lui souffle que Corinne, sa femme depuis dix-huit ans, lui a menti sur sa grossesse. Cette révélation contient des détails suffisamment précis pour instiller le doute comme un poison dans la vie d’Adam. Sa tranquillité, son bonheur et son sentiment de sécurité se dissolvent soudainement dans l’air printanier. Partagé entre inquiétude et sentiment de trahison, Adam décide de découvrir la vérité. Mais jusqu’où peut-on aller lorsqu’on a été trahi par les siens ?

Le ton est donné! Commencer à lire ce thriller, c’est se laisser happer par une intrigue à la mécanique impeccable. Dès les premières lignes, je me suis sentie emporter dans cette histoire de secret. Au fil des pages, Harlan Coben tisse sa toile, nous emprisonnant dangereusement dans les méandres de son histoire diabolique. Très vite, tout prend une dimension plus grande et l’on sent que ces secrets n’ont pas seulement une dimension familiale. Jusqu’au dernier moment, Harlan Coben nous tient en haleine. Le suspens bien présent nous pousse à tourner les pages à une vitesse folle. En un éclair, je me suis retrouvée propulsée à la fin du roman. Mais la force de l’auteur est de nous surprendre jusqu’aux derniers mots. En effet, le dernier chapitre nous fait une révélation retentissante, nous laissant pantois.

Pour porter cette histoire, l’auteur s’appuie sur des personnages forts. Ici Adam Price, avocat, découvre un terrible secret sur sa femme. À la suite de cette révélation, celle- ci disparaît mystérieusement. Le personnage n’aura alors de cesse de vouloir la retrouver et va se lancer à corps perdu dans une enquête qui le poussera dans ses retranchements. Harlan Coben met donc en avant un personnage qui n’est aucunement un policier. Par ce procédé, il permet aux lecteurs de s’identifier plus facilement à Adam Price. En effet, cet homme lambda pourrait être n’importe qui. Ainsi, j’ai eu beaucoup d’empathie pour cet avocat à la poursuite de la vérité, ce qui a contribué à finir de me séduire.

Harlan Coben maîtrise donc à la perfection l’art du thriller et son écriture simple et efficace fait encore une fois mouche. Preuve qu‘Intimidation fait honneur aux nombreux best-seller jalonnant sa carrière, le roman a été adapté en une série Netflix en 2020. 

Intimidation (2020) - Netflix | Flixable 

La bande annonce:

Mon avis en vidéo:

Policier/ Thriller

Ragdoll

Ce que j’en pense:

Avec Ragdoll, Daniel Cole signe un thriller au suspense prenant. Les rebondissements multiples créent un rythme effréné et l’intrigue nous happe littéralement. L’atmosphère est presque étouffante et nous prend aux tripes. Ragdoll est un roman avec un subtil équilibre entre le policier et le thriller qui saura séduire les amateurs des deux genres. Le personnage de Wolf campe un inspecteur sans tomber dans la caricature. C’est un personnage attachant et qui sait se démarquer. Il crée un duo avec Baxter. La relation qui lie ces deux protagonistes est vraiment spéciale et connaît des hauts et des bas. Le style de l’auteur est simple et clair. C’est agréable à lire. Daniel Cole trouve le bon équilibre entre le côté glauque et le policier classique.

Mon avis en vidéo:

Policier/ Thriller

Le saut de l’ange de Lisa Gardner

Chronique roman: « Le saut de l’ange » de Lisa Gardner. Lisa Gardner signe un thriller palpitant à l’intrigue bien construite. Le suspens est bien présent et jusqu’au bout, l’auteur nous mène en bateau. Les personnages sont bien construits et bien que l’enquêteur soit un peu plus effacé, je trouve que pour une fois, on ne tombe pas dans le stéréotype. Le style est simple mais efficace. Une lecture que je vous conseille.

Mon avis en vidéo:

https://youtu.be/Q1IYxEBcfrA

Policier/ Thriller·Prix des Lectrices Elle 2020·Service Presse

La fille sans peau

La fille sans peau de Mads Peder Nordbo, Actes Sud

Pour résumer:

Nuuk, Groenland, 2014. Une découverte sensationnelle fait frémir la petite communauté : le corps d’un Viking est extrait de la glace, en parfait état de conservation. Mais le lendemain, le cadavre a disparu et on retrouve l’agent de police qui montait la garde nu et éviscéré comme un phoque. L’épouvantable procédé résonne funestement avec des affaires de meurtres non élucidées datant de plus de quarante ans.

Le journaliste danois Matthew Cave s’immerge dans ces cold cases, révélant le destin terrible de tant de fillettes de la communauté. Mais sa quête menace clairement les intérêts malsains de certaines personnalités importantes de l’île, et il comprend assez vite que sa curiosité risque de s’avérer fatale. Étrangement, la seule à qui il ose faire confiance est une jeune chasseuse de phoques groenlandaise récemment libérée de prison.

Ce que j’en pense:

Enfin un policier digne de ce nom dans cette sélection ! Grande fan de policier et de thriller, j’avoue avoir été très majoritairement déçue par les policiers proposés par la sélection. En effet, ce roman rassemble, selon moi, tous les ingrédients d’un bon thriller. Il faut dire que les écrivains nordiques ont le vent en poupe en ce qui concerne le genre et on comprend très vite pourquoi en ouvrant ce livre.

D’abord, il y a l’ambiance générale du roman. L’intrigue se déroule au Groenland, l’atmosphère est glaciale. Les paysages sont blancs de neige. La froideur environnante confère à l’ensemble du récit une ambiance toute particulière. Ce froid nous enveloppe et nous prend au piège. Le suspens gagne en intensité au fil de la lecture et la tension monte. Le mystère semble s’épaissir pour finalement déboucher sur un final qui m’a vraiment surprise. Le rythme est haletant et alterne les aller retour dans le temps. Nous partageant entre deux personnages emblématiques du roman.

Matthew incarne un journaliste qui enquête sur de mystérieux meurtres. Son récit est le plus récent. Il fait preuve de beaucoup de courage. Le personnage est bien construit. Il cache des fêlures et son passé et sa personnalité sont très réalistes. Jakob incarne un flic du passé qui enquêtait sur des viols d’enfants. Son personnage est beaucoup moins détaillé que celui de Matthew mais je l’ai trouvé vraiment intéressant et très en relief.

Au milieu de ces deux personnages masculins, se trouve un personnage féminin que j’ai adoré : Tupaarnaq. Cette jeune fille qui sort de prison est juste fascinante. Lorsqu’elle rentre dans une pièce, elle attire l’attention. Son physique atypique et son caractère revêche mais généreux m’a fait penser au personnage de Lisbeth Salander de Millénium.

Quant au style de l’auteur, je l’ai adoré. Le ton est juste, les mots sont simples. L’ensemble est sobre mais percutant et c’est un véritable plaisir de lecture.

Bref:

Un policier comme je les aime.

Si je devais le noter:

5-plumes

gpl_1098x768