bd·Littérature de Jeunesse

Les Carnets de Cerise et Valentin

Les Carnets de Cerise et Valentin de Aurélie Neyret et Joris Chamblain,, Collection Métamorphose

Pour résumer:

Premier album spin-off desCarnets de Cerise, Les Carnets de Cerise et Valentin  propose une histoire à deux niveaux de lecture autour de la peur de l’inconnu. Valentin – tout comme Cerise, sa maman et le papa de Valentin – s’apprête à partir pour un long voyage autour du monde. Mais il n’a que sept ans et ce voyage lui fait un peu peur.
Pour tenter d’apaiser cette angoisse, Cerise et lui ont imaginé une histoire d’extraterrestres : dans la nuit du 18 août, Toloh-Tim a atterri dans le jardin. Il veut fuir une mission spéciale qu’il devait accomplir. Mais laquelle ? C’est ce que les agents spéciaux Cerise et Valentin devront découvrir.

 

Ce que j’en pense:

J’avais tellement aimé Les Carnets de Cerise que c’est toute confiante, que je me suis plongée dans la lecture de son spin-off.

Malheureusement, la déception fut grande… Alors que la série d’origine avait une intrigue prenante et bien construite, ici, j’ai trouvé le scénario faiblard voire inexistant. J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire et à adhérer complètement. Mais histoire y a t’il? Car franchement, j’ai trouvé l’ensemble si mal construit que j’y ai perdu mes repères. Pour le coup, je me suis ennuyée, lisant sans réellement apprécier le contenu.

J’ai également trouvé que les personnages ne connaissaient aucune réelle évolution. C’est inintéressant au possible…

En revanche, gros point fort pour l’esthétique toujours aussi belle. Les couleurs sont chatoyantes, les dessins délicats. Malheureusement, cela ne suffit pas…

Bref:

Une vraie déception.

Si je devais le noter:

1-plume

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
Littérature de Jeunesse·Roman

Les affreusement sombres histoires de Sinistreville

Les affreusement sombres histoires de Sinistreville de Christopher William Hill, Flammarion Jeunesse

Pour résumer:

Hubert naquit un mardi, dans une famille respectable qui résidait dans un recoin obscur de Sinistreville. Ses parents, qui rêvaient d’élever un génie, accueillirent avec une allégresse non dissimulée la tête aux dimensions impressionnantes et le front haut du petit Hubert.
– Je ne serais pas surpris que votre garçon devienne l’habitant le plus intelligent de notre grande ville, annonça le docteur.
Ainsi commença son histoire…
Hubert ne tarda en effet pas à le montrer d’une manière tout à fait singulière….
Des histoires pour les enfants qui n’ont pas peur du noir…

Ce que j’en pense:

Ce tome 1 présente Hubert et nous fait découvrir Sinistreville. C’est donc tout un univers qui s’est offert à moi.

Hubert est un petit garçon très intelligent et qui étudie à l’Institut. Malheureusement, la bienveillance n’est pas vraiment le fort de ses professeurs… Et comme Hubert est également très doué, il aura tôt fait d’attiser les convoitises. À Sinistreville, cela se traduit par une expulsion sans de réelles raisons valables de l’Institut. Mais, Hubert ne va pas se laisser faire. Il va se venger méticuleusement de chacun de ses professeurs.

L’histoire est bien menée. Je me suis prise au jeu de Hubert et j’ai éprouvé un plaisir sadique à le voir réaliser sa vengeance avec tant de brio! Chapeau bas l’artiste!

Bien que pas très sympa, Hubert est attachant. J’ai apprécié son côté à la fois enfantin et très mature sur certains aspects.

L’écriture est simple mais très agréable. J’ai également beaucoup aimé découvrir tout un univers. Cela m’a un peu fait penser à du Tim Burton par certains aspects.

Bref:

Une lecture sympathique.

Si je devais le noter:

4-plumes

bd·Littérature de Jeunesse

Yin et le dragon

Yin et le dragon de Richard Marazano et Yao Xu, Rue de Sèvres

Pour résumer:

Shanghai 1937. L’armée impériale japonaise a fait main basse sur une large partie de la côte chinoise. En ces temps de tristesse, la menace de l’antique prophétie plane, celle de l’invincible dragon noir Gongong qui doit venir anéantir les hommes quand le désespoir et la haine règneront.

Yin, petite fille d’une dizaine d’années est élevée par son grand-père pêcheur, Liu. Un soir, alors que Liu sort en mer, Yin se faufile sur le bateau. Soudain une bête puissante se débat dans ses filets : un dragon d’or, blessé, que Yin convint son grand-père de cacher et de soigner… Une décision qui les emmènera bien plus loin qu’ils ne le pensaient.

Ce que j’en pense:

Mon petit cœur d’artichaut a complètement fondu devant cette sublime couverture! La couleur, le trait, tout m’a conquis. Alors, en ouvrant la BD, l’attente était énooooorme!

Parlons d’abord du scénario… Yin vit avec son grand- père pêcheur depuis que ses parents sont morts. Alors qu’elle s’incruste sur le bateau de son papi, elle ramène dans les filets un magnifique dragon d’or.

L’intrigue est envoûtante.Je suis très vite rentrée dans l’histoire et je me suis attachée à la petite Yin d’emblée. Le scénario nous tient en haleine et se déroule dans un contexte historique sombre. L’ensemble est bien construit. On en veut toujours plus!

Les personnages sont attachants. Yin est une petite fille qui a déjà vécu beaucoup de malheurs dans sa jeune vie. Pourtant, malgré l’adversité, elle reste joyeuse et intrépide. Bon… Parfois, elle m’a un peu agacée j’avoue! J’ai aimé la relation de tendresse entre ce grand- père complètement dépassé et sa petite fille.

Le tout est servi par une esthétique sublime! C’est juste tout ce que j’aime. Les couleurs, les traits, l’ambiance… Je n’ai rien à dire de ce côté là. C’est visuellement magnifique.

Bref:

Un coup de cœur!

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci qui?

Merci à ma super collègue et à sa fille pour m’avoir fait découvrir cette superbe BD!

bd·Littérature de Jeunesse

Momo

Momo, Tome 1 de Jonathan Garnier et Rony Hotin, Casterman

Pour résumer:

Avec Momo, Jonathan Garnier et Rony Hotin recomposent le parfum inoubliable de l’enfance.
 
« Hey le bon dieu ! Dis à mon papa qu’il faut qu’il rentre vite ! Et dis-lui que je lui fais des gros bécots ! Et mamy aussi, elle lui fait des bécots ! … Même si elle pique un peu… »

Avec Momo, Jonathan Garnier et Rony Hotin recomposent le parfum inoubliable de l’enfance. Le temps des copains, des découvertes, des petites bêtises, des grands bonheurs et des gros chagrins. Le temps aussi d’un émerveillement constant que contrarient parfois les réalités du monde adulte.

Ce que j’en pense:

Quand j’ai regardé cette magnifique couverture, je me suis d’emblée sentie attirée par cette BD. Momo, son petit short, sa tignasse hirsute et surtout ses grands yeux… Je n’ai pu m’empêcher de me demander ce que cachait ce regard.

Momo est une petite fille qui vit avec sa grand- mère lorsque son père part en mer. Le scénario est très touchant. On découvre cette petite fille mal dans sa peau et qui a du mal à se sociabiliser. Un peu étrange aux yeux des autres enfants, Momo souffre de son image. L’intrigue nous fait suivre les pas de cette petite fille si émouvante. On ne peut que être émue par ce personnage que l’on a envie de prendre dans ses bras et de rassurer. Et que dire de la fin de ce tome? Elle relance complètement l’intrigue et ouvre tout un panel de possibilités pour le tome 2.

J’ai aimé le côté espiègle de Momo, sa fragilité, sa sensibilité. J’ai aimé cette grand- mère qui tente de faire que sa petite fille se sente bien dans sa peau. ce duo est tout en émotion et leur lien m’a énormément touché.

J’ai été surprise par le dessin au tout début de ma lecture. Mais, finalement, je me suis laissée séduire. C’est une véritable explosion de couleurs qui s’offre à nous. Les traits sont fins et délicats et rappellent par certains côtés le style de dessin des mangas.

Bref:

Un coup de cœur.

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Littérature de Jeunesse·Young Adult

L’Apprenti Epouvanteur

L’Apprenti Epouvanteur de Joseph Delaney, Bayard Jeunesse

Pour résumer:

 » L’Epouvanteur a eu de nombreux apprentis, me dit maman. Mais peu ont achevé leur formation. Et ceux qui y sont parvenus sont loin d’être à la hauteur. Ils sont fragiles, veules ou lâches. Ils se font payer fort cher de bien maigres services. Il ne reste que toi, mon fils. Tu es notre dernière chance, notre dernier espoir. Il faut que quelqu’un le fasse. Il faut que quelqu’un se dresse contre les forces obscures. Tu es le seul qui en soit capable.  » Thomas Ward, le septième fils d’un septième fils, devient l’apprenti de l’Epouvanteur du comté. Son maître est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire… Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l’horreur commence…

Ce que j’en pense:

J’avais entendu parler de cette série de romans depuis bien longtemps. En amenant mes élèves à la Médiathèque du village, je suis tombée sur la série complète! J’avoue que au départ, je voulais prendre les trois premiers tomes mais ayant eu peur d’être un peu trop gourmande, je me suis contentée de prendre le tome 1.

Et me voilà, de retour chez moi, un thé chaud à la main et un plaid sur les genoux entrain d’entamer ma lecture… (Je vous vois bouillonner, mais qu’a-t-elle pensé de ce livre bon sang!).

Tom est le 7ème fils d’un 7ème fils et peut donc prétendre au poste d’Apprenti Épouvanteur. Alors… Il PEUT y prétendre mais n’en n’a pas vraiment ENVIE. C’est sous l’impulsion de sa mère que Tom va se retrouver à suivre l’Épouvanteur dans ses aventures.

On comprend très vite pourquoi Tom n’était pas vraiment tenté par le poste. Couard et parfois un peu trop naïf, le personnage a tôt fait de se mettre dans de beaux draps. Sa formation s’annonce donc plutôt mouvementée.

C’est donc dans un univers fantastique, rempli de monstres et de sorcières en tout genre que nous découvrons ce personnage attachant. L’intrigue ainsi que les personnalités prennent le temps de s’installer. Il y a quand même beaucoup d’informations et c’est plutôt dense.

L’écriture est simple, agréable et accessible aux plus jeunes.


Bref:

Bien qu’ayant apprécié la lecture du tome 1, j’attends de découvrir les tomes suivants afin de me faire une idée plus claire sur la série.

Si je devais le noter:

4-plumes

bd·Littérature de Jeunesse

Les souvenirs de Mamette

Les souvenirs de Mamette, Tome 1: La vie aux champs de Nob, Glénat

Pour résumer:

Mamette n’a pas toujours eu 80 ans ! Avant d’être la grand-mère gentille et souriante que tout le monde aimerait avoir dans sa famille, elle a été une petite fille, avec un sacré caractère ! C’était il n’y a pas si longtemps, et pourtant ? c’était dans un monde où il n’y avait ni téléphone portable, ni Internet, où l’on écoutait les feuilletons à la radio et où l’on récitait des leçons de morale à l’école? La préhistoire ! Une époque difficile pour la jeune Marinette que sa mère confie à ses grands-parents, dans la ferme familiale, à la campagne. Entre les moissons d’été et l’élevage des chèvres, elle va se faire de nouveaux amis et rencontrer le futur grand amour de sa vie. Autour d’eux, même si on va bientôt profiter des premiers congés payés, une guerre se prépare…

Ce que j’en pense:

Mamette n’a pas toujours eu 80 ans. L’ayant adoré dans son grand âge (chronique ici), je me suis demandée qu’elle avait été sa jeunesse, sa vie. Cette BD est donc une plongée dans l’enfance de l’héroïne de Nob.

Le scénario sent bon l’enfance. J’ai adoré découvrir la jeunesse du personnage. Il faut dire que Mamette n’a pas eu que des moments tout roses. On découvre donc tout un pan de la personnalité de notre petite vieille préférée. Vous verrez si vous lisez ce tome que la demoiselle a déjà son petit caractère.

Avec un titre comme La vie aux champs, on ne pouvait s’attendre qu’à une ambiance champêtre, et bien le contrat est largement rempli. La BD fleure bon la campagne et l’atmosphère générale est sublime.

Le tout se joue dans une ambiance aux belles couleurs. Les dessins sont tout en rondeur et en finesse. Un dessin délicat pour une enfance tendre.

Bref:

J’adore.

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

bd·Littérature de Jeunesse·Mercredi BD

Sorceline

Sorceline, Tome 1: Un jour, je serai fantasticologue de Sylvia Douyé et Paola Antista, Vents d’Ouest

Pour résumer:

Sorceline vient d’entrer à l’école de cryptozoologie pour développer sa passion : l’étude des animaux légendaires ! Analyses de comportements, soins magiques ou dressage sont au menu. Mais les places sont chères et la compétition rude pour obtenir le précieux diplôme. En plus des gorgones, vampires et autres griffons, Sorceline va devoir apprendre à mieux connaître ses nouveaux camarades. Certains deviendront ses amis ; d’autres, ses rivaux.

Ce que j’en pense:

J’ai croisé Sorceline de nombreuses fois sur les blogs et j’avoue qu’elle me faisait de l’œil. Je l’avais noté dans un coin de carnet et c’est lorsque je suis allée à la Médiathèque pour mes élèves, qu’elle s’est rappelée à moi. Comme par magie, je suis tombée sur elle. Coup du sort ou sortilège? Mystère… Je l’ai jalousement gardée pour moi durant un week-end pour enfin la livrer à mes loulous (21 CE2/ CM1 en ébullition).

Sorceline porte bien son nom, ce petit bout de fille au caractère bien trempé va vivre d’incroyables aventures magiques durant ce premier tome très prometteur pour la suite. Les rebondissements tiennent le lecteur en haleine. Des personnages disparaissent, se transforment en verre et… se brisent. Sorceline mène l’enquête et en cherchant le coupable, elle se trouvera elle- même. Le scénario est rondement mené et la fin laisse une jolie ouverture pour un tome 2 dans lequel je m’engouffrerai volontiers.

Vous l’aurez compris, je suis ressortie de ma lecture complètement séduite. Sorceline est un personnage très attachant qui grandit tout au long du tome. L’esthétique est au combien sublime avec pleins de couleurs et de détails. C’est un vrai délice pour les yeux, c’est tendre et savoureux comme un gros loukoum.

Et mes élèves dans tout ça? Et bien, ils ont adoré! Plus de la moitié de ma classe l’a lu et ils m’ont tous réclamé le tome 2 à corps et à cris en disant que je les torturais… Vous m’en direz tant…

Bref:

Un coup de cœur unanime.

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

bd_de_la_semaine_big_red

La rentrée se fait chez Noukette!

BONNE ANNÉE 2019 À TOUS!

new year GIF