Littérature de Jeunesse·Roman·Service Presse

La Cité des squelettes

La Cité des squelettes de Richard Petitsigne, Gulf Stream Editeur

Salut ! Moi, c’est Jacinthe. J’adore raconter ma vie même si, le plus souvent, seul mon chien Ventouse m’écoute.
Mais cette fois, c’est le truc le plus fou que tu entendras dans ta vie. Mes parents et moi, on vient d’emménager à la Cité des Squelettes. Et elle porte très bien son nom, crois-moi !
Mes voisins sont de véritables squelettes, bien vivants, faits d’os… et d’os.
Je te vois venir : les squelettes, on les trouve sous terre ou bien en déco pour Halloween. Ici, ils sont professeurs, musiciens, boulangers, écoliers… et sont même victimes de vol.
Lorsqu’on accuse mon gros toutou, je perds patience : qui que soit le responsable, il aura désormais Jacinthe Matagot-Pantoute à ses trousses !

J’ai découvert ce roman grâce aux éditions Gulf Stream qui m’ont gentiment envoyé un exemplaire.

logo-fonce

Dans ce livre, nous découvrons l’histoire de Jacinthe. C’est une petite fille qui ne cesse de déménager à cause du travail de ses parents. Cette fois ci, la famille s’installe au cœur de la Cité des squelettes. Mais très vite, Jacinthe s’aperçoit que le quartier est à part. En effet, les êtres humains cohabitent avec des squelettes. Et lorsque des os se font mystérieusement volés, c’est son chien Ventouse qui se voit accusé.

L’intrigue de ce petit roman commence par mettre en place les personnages. Très vite, on s’attache au personnage de Jacinthe qui est la narratrice. A travers son regard, le lecteur va vivre une aventure palpitante. Très vite, la jeune fille qui n’aime pas les injustices, va mener l’enquête pour disculper son toutou. Le suspens ainsi que les rebondissements sont au rendez- vous et raviront de façon certaine les lecteurs les plus jeunes (mais aussi les plus…matures).

Vous l’aurez compris, l’histoire a su me séduire. Mais au-delà de l’intrigue, c’est le personnage de Jacinthe qui donne tout son charme au récit. En effet, la petite fille a une sacrée personnalité. Étant la narratrice, tout est vu avec son regard d’enfant et l’ensemble est traité avec beaucoup d’humour. Le personnage principal de ce roman est attachante et elle m’a donné envie de la suivre dans de futures aventures. 

D’un point de vue stylistique, nous sommes clairement dans du roman jeunesse (ce qui n’est aucunement péjoratif). J’ai trouvé que les tournures de phrases ainsi que le vocabulaire étaient bien adaptés au public visé. Je ne connaissais pas le travail de Richard Petitsigne mais l’on sent à la lecture que l’auteur s’est amusé en écrivant le livre. Le ton est rafraîchissant et plein de touches d’humour. Cela rend la lecture véritablement agréable.

La Cité des squelettes est certes un roman, mais je ne pouvais pas en parler sans aborder les illustrations de Romane Poch. L’illustratrice nous offre une sublime couverture mais également plusieurs dessins tout au long de la lecture. Le trait est fin et précis. Il y a de multiples détails et le dessin est tout doux. Les illustrations intérieures sont en noir et blanc et je les ai trouvées vraiment sublimes.

Pour conclure, La Cité des squelettes est un bon roman jeunesse qui allie suspens, aventure et humour.

S

 

bd·Littérature de Jeunesse·Mercredi BD·Service Presse

Céleste la licorne

Céleste la licorne, Tome 1: Rallumons les étoiles de Geneviève Guibault, Lisette Morival et Jérémy Parigi, Kennes Editions

Le jour de son anniversaire, LunaBelle voit enfin son vœu se réaliser. Du moins, presque… Ce n’est pas un cheval qui atterrit dans sa chambre, mais une licorne ! Et la jolie bête a besoin de sa petite humaine pour une mission dans l’espace. Attention ! Prêts ? Volez !

Grâce aux éditions Kennes, j’ai pu découvrir Céleste la licorne!

Kennes Éditions

Pour ceux qui me connaissent un peu, vous devez savoir que les licornes sont pour moi une passion! J’ai donc découvert avec beaucoup de curiosité ce premier tome. Côté licorne, je n’ai pas été du tout déçue! Tout commence avec l’anniversaire de LunaBelle qui veut comme cadeau un cheval! Mais, c’est sans compter sur ses parents qui refusent encore une fois. Mais LunaBelle ne désespère pas! Elle fait donc un vœu et BIM! Voilà une licorne qui débarque dans sa chambre. Céleste (c’est le nom de la licorne) vient chercher LunaBelle car elle a besoin d’elle pour sauver son univers. Nous voilà donc transporter dans une aventure extraordinaire. Le scénario est bien rythmé, on découvre tout un univers. J’avoue qu’il y a beaucoup d’informations dans ce premier tome qui vise à installer le décor qui sera sûrement le fil conducteur dans les prochains tomes. L’ensemble est rempli d’humour, ce qui donne le ton de la BD.

LunaBelle qui partage la couverture avec Céleste, est une petite fille au caractère bien trempé et qui sait ce qu’elle veut. Elle n’a pas froid aux yeux et est très attachante. Céleste est une licorne qui remplit le contrat de l’animal extraordinaire tout en déboulonnant quelques idées reçues. Cela permet de ne pas rendre ce personnage trop cliché et c’est plutôt agréable. 

D’un point de vue esthétique, les traits sont ronds et fins. Les personnages ont de grands yeux expressifs. Les vignettes fourmillent de détails dans les décors, les vêtements, les expressions faciales etc. Les couleurs sont acidulées. Cette BD est un vrai bonbon. J’ai adoré tourner ces pages qui sont un vrai régal pour les yeux!

S

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Moka.

 

Littérature de Jeunesse·Roman·Service Presse

Le doux murmure du tueur

Le doux murmure du tueur de Nadine Monfils, Mijade, Zone J

Jack a 15 ans. Il vit un amour dévorant pour Nina, mignonne petite rouquine au sourire ravageur, un brin pimbêche. Mais quand il a fait une tentative d’approche, celle-ci l’a rabroué. Elle lui préfère un mystérieux inconnu. Jack reste obnubilé par Nina. Plus encore depuis qu’il a ouvert le funeste livre noir confié par une voisine un peu sorcière. Ce livre souffle à ses lecteurs les drames futurs…Jack a ainsi eu la vision de Nina, portant des ballerines rouges, morte étranglée par un ruban rouge. Simple délire d’un amoureux éconduit ou prémonition ? Son trouble augmente encore lorsque Nina arrive à l’école avec de nouvelles ballerines rouges. Comment arrêter le tueur ?

Le doux murmure du tueur est un roman qui nous plonge dans l’histoire de Jack, 15 ans. Ce jeune homme lambda va se retrouver embarqué dans une drôle d’histoire à cause d’un livre. Ce dernier lui a été offert par sa voisine et a le pouvoir de lui montrer l’avenir. Mais lorsqu’il l’ouvre, c’est son béguin, Nina, qu’il voit se faire assassiner. Jack n’aura alors de cesse d’essayer de déjouer cette vision. Pour cela, il va devoir se dépasser mais aussi mener l’enquête afin de contrecarrer les plans de l’assassin.

L’intrigue de ce roman est vraiment prenante. Dès les premières lignes, je me suis prise au jeu. Les points de vue alternent et au fil des pages, on en découvre un peu plus sur chacun. Cette multiplication des points de vue n’éclaire en rien l’intrigue bien au contraire. Elle éveille chez nous plusieurs questions tout en divulguant savamment de minuscules indices. Nadine Monfils manie donc savamment son intrigue, menant son lecteur vers un dénouement surprenant. Cette intrigue m’a rappelée un roman de Stephen King, Gwendy et la boîte à boutons.

Le personnage de Jack est central, ce sont ses actions qui font avancer l’intrigue. Il est un peu le maître du jeu. Ce jeune garçon de 15 ans a un sacré caractère et est très attachant. Il passe d’un jeune adolescent timide à un jeune garçon qui s’affirme. Contrairement à lui, Nina ,qui est la jeune fille dont il est amoureux, est exécrable! Nadine Monfils nous livre donc des personnages au caractère très marqué.

D’un point de vue stylistique, la plume de l’auteure est simple et efficace. J’ai littéralement dévoré ce roman qui m’a fait passé un agréable moment.

Je tenais à remercier les éditions Mijade pour cet envoi qui m’aura permis de découvrir le travail de Nadine Monfils.

La rentrée des éditeurs 2020 : les éditions Mijade - Mes premières lectures

S

bd·Littérature de Jeunesse·Service Presse

Raven et l’ours

Raven et l’ours, Volume 3 de Bianca Pinheiro, La Boîte à Bulles

Pour résumer:

Après les événements survenus dans la ville de Méthodique, trois mois ont passé et Raven et Dimas, redevenu un ours adulte, sont toujours à la recherche des parents de la petite fille…
Dans ce nouveau chapitre, les deux amis seront confrontés à une rivière triste d’avoir perdu son sceptre et dont le lit a débordé. Pour le retrouver, ils vont devoir quitter se lancer dans une (en)quête sous-marine ! Dans l’océan, ils feront la rencontre de Djair, le prince des requins, contraint de quitter son royaume du fait de l’arrivée d’un mystérieux usurpateur…
Ainsi, afin de retrouver le sceptre de la rivière et d’aider leur nouvel ami à récupérer son trône, nos deux compères vont devoir vivre de drôles de péripéties telles que rejoindre l’armée des océans ou encore faire face à une méduse mutante bodybuildée…

Ce que j’en pense:

La Boîte à Bulles m’a fait l’immense honneur de m’envoyer le volume 3 de Raven et l’ours.

Je n’ai pas du tout lu les volumes 1 et 2, mais en tout début de BD, il y a un résumé détaillé qui permet de facilement se situer dans l’histoire et de savoir où en sont les personnages. Dans ce nouveau volume, Raven et l’Ours vont devoir se confronter au monde sous- marin afin d’avancer dans leur quête. Le scénario est vraiment bien construit et bien rythmé. Je ne me suis pas ennuyée une minute. J’ai juste eu un peu de mal avec certains personnages car il me manquait les références des deux précédents tomes. Néanmoins, j’ai passé un très agréable moment.

Cette BD met en scène Raven et un ours (un indice s’est glissé dans le titre). Les deux personnages sont très attachants. Leur relation fait sourire.  Raven a un sacré caractère et l’ours essaie désespérément de la canaliser mais en vain. Les personnages de cette BD ont tous beaucoup d’humour et il y a de nombreuses références que j’ai adoré!

D’un point de vue esthétique, j’ai totalement adhéré. Les dessins sont remplis de tendresse. J’ai trouvé que les personnages avaient une bonne bouille notamment Raven. L’ambiance générale est aquatique et il y a une multitude de petits détails. J’ai particulièrement aimé les couleurs tendres. Cette BD vise un public jeunesse mais a su sans conteste me séduire.

Bref, je ne peux que vous conseiller cette lecture dont le scénario est trépidant et dont l’esthétique est toute douce. Néanmoins, je vous incite à lire les deux volumes précédents.

Un petit aperçu:

Ma chronique en vidéo:

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Stéphie.

Documentaire·Littérature de Jeunesse·Service Presse

Vive La Fontaine!

Vive La Fontaine! de Dominique Brisson et Géraldine Doulbeau, Cours Toujours

Ce que j’en pense:

Lorsque les éditions Cours Toujours m’ont proposé de découvrir Vive La Fontaine!, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que je me suis plongée dans ma lecture, espérant en apprendre plus sur l’écrivain des fameuses Fables.

Je ne fus aucunement déçue par cette escapade dans la vie de Jean de La Fontaine. Le lecteur découvrira donc de nombreux aspects de la vie de l’auteur mais également des éclaircissements sur la vie à son époque. Les Fables sont également abordées (comment faire autrement). 

Ce livre destiné aux plus jeunes, fourmillent donc d’informations. L’ensemble est donc très ludique afin de maintenir l’attention du lectorat visé. Les passages documentaires et explicatifs alternent avec de petits jeux qui permettent d’en apprendre plus et ainsi d’approfondir le sujet. Les illustrations sont pleines de couleurs et égaient les pages, ce qui rend l’ensemble très agréable à regarder.

Bref, Vive La Fontaine! est un livre instructif et ludique qui plaira sans conteste aux jeunes lecteurs, mais aussi aux plus grands.

Un petit aperçu: