Album Jeunesse

Olivia

Olivia d’Ian Falconer, Seuil Jeunesse

Pour résumer:

Olivia est une petite cochonne très douée, surtout pour épuiser tout le monde, y compris elle-même. Découvrez Olivia dans son quotidien, entourée de ses parents, de son frère Ian et de Perry et Edwin le chat et le chien de la famille.

Entre essayage, bain de soleil, sieste et visite au musée, avec Olivia, pas le temps de s’ennuyer!

Ce que j’en pense:

Ma rencontre avec Olivia s’est faite complètement au hasard et quelle rencontre!

Il faut dire qu’Olivia est un sacré personnage! Cette petite fille qui prend les traits d’une cochonne a un fort caractère et elle n’hésite pas à faire tourner en bourrique toute la maisonnée. Dans ce premier opus, j’ai surtout découvert le personnage, son entourage et sa façon de fonctionner.

J’ai aussi découvert l’écriture très sympathique de Ian Falconer. Des répliques drôles et des situations plutôt cocasses qui rythment toute la lecture.

L’esthétique est en noir et blanc, seul le rouge reste présent. Le trait est fin. J’aime ce style de dessin.

Dans la foulée, j’ai également découvert d’autres albums de la série Olivia et j’avoue qu’ils sont tous autant délicieux que celui- ci.

Ce qu’en pense Lily et Faustine:

Les filles ont vraiment apprécié Olivia. Faustine a adoré car le personnage ne se laisse pas faire et Lily a été beaucoup plus sensible à l’esthétique. Elles ont bien ri durant la lecture et en ont redemandé.

Bref:

La famille a adopté Olivia!

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Publicités
Album Jeunesse

La petite souris qui a perdu une dent

La petite souris qui a perdu une dent de Clair Arthur et Marc Boutavant, Père Castor

Pour résumer:

Noisette, la souricette, est très pressée. Zaza, la petite chipette à couettes, a perdu sa dent de devant… Mais voilà, ce soir rien ne se passe comme prévu. Car Noisette, à son tour, perd sa dent. Qui lui apportera une petite pièce ? Une jolie boîte est fournie avec ce livre pour ranger ses dents de lait et aider la petite souris à les trouver sous son oreiller.

Ce que j’en pense:

Nous sommes en pleine période où les dents bougent à la maison. Forcément, la petite souris a pointé le bout de son nez. Mon mari a donc eu la bonne idée d’emprunter cet album à la médiathèque.

Le début nous montre le travail de Noisette, la petite souris. Mais voilà que cette dernière perd elle aussi une dent. Mais, qui amène une pièce à la petite souris lorsque c’est elle qui a perdu une canine?

L’album prend le contre- pied en mettant la petite souris dans le rôle de l’enfant. Du coup, c’est plutôt drôle. Un petit suspens s’installe car nous avons attendu avec impatience de voir qui allait venir faire le travail. La surprise fut totale et les filles ont adoré. Je ne veux pas vous spoiler l’album donc chut, je ne dirai pas un mot de plus.

Les illustrations sont plutôt sympas. Le trait est fin et l’ambiance est très colorée.

Lily (6 ans) a beaucoup aimé l’histoire même si elle a eu un peu peur que la petite souris n’ait pas sa pièce.

Faustine (3 ans) quant à elle, a trouvé très rigolo le personnage qui remplace la petite souris. Par contre, elle n’a pas aimé les images (« C’est beurk! »).

Bref:

L’histoire a fait l’unanimité mais pas les illustrations.

Si je devais le noter:

3-plumes

Un petit aperçu:

Résultat de recherche d'images pour "la petite souris quia perdu une dent"

Album Jeunesse

Ma soeur, je la déteste!

Ma soeur, je la déteste! de Christine Davenier, Ecole des Loisirs

Pour résumer:

Ma sœur, c’est la plus douée, la plus gâtée, la plus intelligente et tout le monde la préfère. 
Moi, je la déteste !!

Ce que j’en pense:

Les relations entre frères et sœurs, ce n’est pas toujours simple… Dans ce petit album, ce sont les relations entre sœurs qui sont mises en avant. J’ai moi même une sœur. Bien que je m’entende très bien avec elle, cela n’a pas toujours été le cas. Et aujourd’hui, je dois gérer mes deux filles: pas toujours d’accord, pas toujours à l’écoute l’une de l’autre, tour à tour cul et chemise et ennemies mortelles.

Nous nous sommes donc installées toutes les trois pour l’histoire du soir et nous avons découvert ces sœurs qui se détestent. En fait, l’album nous présente le point de vue d’une seule des deux filles. Durant la première moitié, la petite fille se plaint que sa sœur est meilleure en tout et elle se montre jalouse. Dans la seconde partie, c’est toujours la même petite fille qui raconte mais elle explique qu’elle fait de son mieux pour s’améliorer et on voit ses parents la féliciter et la câliner. La première partie est plutôt explicite mais la seconde est beaucoup plus subtile. Les illustrations montrent la deuxième petite fille en colère et triste que ses parents félicitent sa sœur. Comme très souvent dans les albums, le texte complète l’image et vice versa.

J’ai trouvé l’histoire intéressante. L’idée de mettre en avant ce conflit et cette compétition dans la fratrie est bien exploitée. Les mots sont simples, les phrases courtes et percutantes.

Les illustrations sont très épurées avec des couleurs toutes douces et un trait tendre.

Ce qu’en pense mes filles:

Lily (6 ans) était très emballée par l’histoire et surtout interpellée par le fait que ces sœurs se détestaient. Sur la première partie de la lecture, elle a trouvé drôle que la petite fille soit jalouse de sa sœur mais la seconde partie l’a questionnée. Elle a bien compris que la deuxième sœur était aussi jalouse. À la fin, elle a conclu avec un « c’est dommage qu’elles ne s’aiment pas! ».

Faustine a adoré les conflits entre les deux petites filles. Elle n’a pas bien compris la subtilité du message (en même temps, elle a 3 ans) et a fini la soirée en refusant de dire bonne nuit à sa sœur en criant « caca boudin »…

Bref:

Une lecture intéressante.

Si je devais le noter:

4-plumes

Un petit aperçu:

Album Jeunesse·Littérature de Jeunesse

L’ours qui sentait mauvais

L’ours qui sentait mauvais de Mark Chambers, Kimane Editions

Pour résumer:

L’ours Bruno se trouve très propre mais… Pouah ! Ce n’est pas l’avis de ses amis ! 
Non, il sent vraiment trop mauvais ! Cela ne peut plus continuer ! 
Une solution ? Oui ! Il faut passer à l’action !

Ce que j’en pense:

On va pas se mentir, Bruno sent mauvais alors, il faut trouver des solutions.

Ce petit album se déroule en deux temps. Le premier nous montre Bruno bien dans ses baskets et très serein à propose de son odeur mais qui a l’évidence a des problèmes d’hygiène et d’odorat. La deuxième partie montre les autres animaux qui sont excédés par cette odeur affreuse et qui veulent absolument trouver une solution.

J’ai aimé cette petite histoire remplie d’humour et qui finit bien. Oui, je vous rassure Bruno ne sera pas mis au pilori pour sa mauvaise odeur ambiante (ouf!).

Les illustrations sont sympas et colorées et mes filles ont apprécié l’histoire. Il faut dire que la petite dernière est dans sa période « caca prout » donc un ours qui sent mauvais, forcément, ça lui plaît!

Bref:

Une lecture drôle et agréable qui régalera les plus jeunes.

Si je devais le noter:

4-plumes

Un petit aperçu:

Album Jeunesse·Service Presse

La bonne soupe de l’ogre

La bonne soupe de l’ogre de Catherine Tamain et Marjorie Béal, Beurre Salé

Pour résumer:

Tu as faim, l’ogre ? Pars avec moi à la découverte des légumes du potager. On va cuisiner une bonne soupe ! Troisième aventure de l’ogre et de son amie Margotte, après « L’ogre, Margotte et la galette » et « Le carnaval de l’ogre ».

Ce que j’en pense:

Ce petit album est une véritable bouffée de fraîcheur. L’histoire de cet ogre qui a terriblement faim mais ne veut pas manger de soupe, est très sympathique. Avec ce personnage au grand cœur et son amie Margotte, les plus jeunes lecteurs partent à la découverte des légumes. On y apprend que les légumes ne sont pas tous verts et que pour les rendre plus beaux, il faut utiliser du caca de vache (éclat de rires assurés). Le récit est ponctué par des références à des comptines enfantines dont les paroles sont retranscrites à la fin de l’album.

L’esthétique est très colorée. De mon point de vue, les dessins sont un peu trop « carrés ». Je préfère les dessins plus en rondeurs. En revanche, mes deux filles ont adoré et nous le lisons tous les soirs depuis une semaine.

Bref:

Un petit album tout mignon qui séduira les petits comme les grands.

Si je devais le noter:

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mots d’enfant:

Viens maman, on chante toutes les chansons!

Merci qui?

Je tiens à remercier Babelio et les éditions Beurre Salé pour leur confiance.

Album Jeunesse·Littérature de Jeunesse

Glouton, Le Croqueur de Livres d’Emma Yarlett

9782324012327ori

Glouton, Le Croqueur de Livres d’Emma Yarlett, Gründ

Pour résumer:

Glouton, le croqueur de livres, a grignoté un trou pour s’enfuir de son livre. Maintenant, il sème la pagaille dans les autres histoires. Vite ! Il faut le rattraper !
Un album plein de surprises, avec des livres dans le livre, des découpes, et un petit monstre en fuite !

Ce que j’en pense:

Glouton est un affreux petit monstre qui dévore littéralement les livres. Ce petit être rigolo mais insatiable s’incruste donc dans les histoires créant des catastrophes en tout genre.

L’histoire est simple mais efficace autant pour les enfants que pour les adultes. J’ai aimé cet esprit léger et les différentes références aux contes traditionnels.

Le gros bonus de ce petit album coloré est qu’il est vraiment ludique. Mes filles ont véritablement adoré passer d’une page à l’autre et découvrir les différentes découpes et surprises. Jusqu’au dernier moment, Glouton nous fait rire.

L’esthétique est très coloré et le dessin simple et en rondeur tout comme j’aime. Quant à mes filles, étant donné que j’ai lu une bonne dizaine de fois l’histoire, je pense qu’elles seront d’accord pour dire que cet album est super.

Bref:

Une lecture qui fait l’unanimité.

Si je devais le noter:

5-plumes

Mots d’enfants:

« Moi j’ai aimé Glouton parce qu’il passe dans les trous. » Faustine (3 ans)

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Album Jeunesse

Crictor de Tomi Ungerer

9782211204804

Crictor de Tomi Ungerer, Lutin Poche de l’École des Loisirs

Pour résumer:

Il était arrivé par la poste. C’était le cadeau que son fils, explorateur en Afrique, envoyait à Madame Bodot pour son anniversaire. Ça, un cadeau, un serpent ?
Oui, car Crictor n’était pas un vulgaire serpent. Bien soigné, bien nourri, bien élevé, il devint capable de prodiges. Quand il apprenait à lire et à compter, il formait les chiffres et les
lettres avec son corps. Il servait de jeu aux enfants. Mais son plus bel exploit était encore à venir. Car un cambrioleur hantait les rues de la petite ville…

Ce que j’en pense:

Tomi Ungerer sait me régaler avec ses histoires. Avec Crictor, il fait naître un personnage haut en couleur et très attachant. Crictor le boa constrictor a tout pour être effrayant, mais au contraire c’est un amour.

L’histoire est vraiment sympa et m’a fait sourire. Lily (5 ans) a aimé mais sans plus. Elle a apprécié le passage où Crictor apprend les lettres et les chiffres car elle a pu participer à la lecture à ce moment là. Faustine (2 ans et demi) est complètement passée à côté. L’histoire ne l’a pas du tout intéressée. Il faut dire que du moment qu’elle a compris qu’il s’agissait d’un serpent, elle n’a eu de cesse de dire « Beurk »…

Les illustrations sont vraiment sympas et fidèles au style de Tomi Ungerer. Des dessins fins et précis avec des couleurs toutes douces et des rappels de vert un peu partout pour rappeler le personnage principal.

Bref:

Une lecture qui n’a pas convaincu tout le monde.

Si je devais le noter:

4-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.