Roman·Young Adult

La tête sous l’eau

La tête sous l’eau d’Olivier Adam, Robert Laffont

Pour résumer:

Quand Léa a disparu, ils ont tous arrêté de respirer. La tête sous l’eau. D’un coup.
Elle s’ennuyait à Saint-Lunaire, Léa, c’est sûr. Quitter Paris pour ce bled breton, sur le coup de sang d’un père dépressif, ça n’a fait plaisir à personne. Mais de là à fuguer ? A-t-elle vraiment fugué d’ailleurs ? Son frère, Antoine, n’y croit pas. Ses parents non plus. Ils ont tout envisagé, même le pire.
Et puis comme la marée, Léa est revenue. En ramenant de loin des horreurs et des silences. On a sorti la tête de l’eau. Et la tempête est arrivée. Déferlante sur déferlante. La vie comme un esquif.

Ce que j’en pense:

Le décor est planté. Tout au long des pages, le mystère s’épaissit laissant l’imagination du lecteur vagabonder sur ce qu’il a bien pu arriver à Léa, cette jeune fille disparu. Le début du roman met en place la nouvelle vie de la famille suite à la disparition de la jeune adolescente. Antoine, le jeune frère, raconte quelles répercutions douloureuses, cet évènement tragique a eu sur toute leur vie. Puis vint le retour de Léa. Un retour qui va s’avérer tout aussi douloureux. La reconstruction, les silences pesants, le regard des autres sont autant de choses à affronter. La tête sous l’eau narre avec brio cette histoire tragique où les personnages semblent se noyer au détour de chaque phrase. J’ai eu l’impression qu’ils surnageaient tout au long du roman, luttant tant bien que mal contre les courants tumultueux de la vie. J’ai été bouleversée par cette intrigue et par ces personnages remplis d’humanité et de fragilités. En effet, comment ne pas être ému par Antoine, ce jeune adolescent qui tente de se construire dans l’ombre de la tragédie et il y a Léa… Léa si fragile, si sensible, pleine de secret, de peur et de colère enfouis.

Olivier Adam signe avec La tête sous l’eau un roman troublant, qui a su m’émouvoir et me toucher au plus profond. Son écriture simple et efficace sert à merveille ce récit rempli de sensibilité. C’est subtil, les mots sonnent juste et c’est un véritable plaisir à lire.

5-plumes

Ma chronique en vidéo:

Young Adult

Le premier qui pleure a perdu

Le premier qui pleure a perdu de Sherman Alexie, Albin Michel

Pour résumer:

Voici les péripéties poignantes et drôles de Junior, un jeune Indien Spokane, né dans une Réserve. Rien ne lui sera épargné – il a été le bébé qui a survécu par miracle, l’enfant dont on se moque et il est désormais l’adolescent qui subit en soupirant coups de poings et coups du sort. Jusqu’au jour où cet éternel optimiste réalise qu’un déplorable avenir l’attend s’il ne quitte pas la Réserve. Admis à Reardan, une école prestigieuse surtout fréquentée par les Blancs, Junior se sent devenir un Indien à temps partiel…

Ce que j’en pense:

Le Premier qui pleure a perdu nous plonge dans l’histoire de Junior, ce jeune indien qui ne souhaite qu’une seule chose se démarquer et vivre sa vie en dehors de la Réserve où il est né.  Souffrant d’un handicap, sujet de raillerie, Junior essaie de se trouver une place dans la société et le moins que l’on puisse dire c’est que sa force de caractère ne peut que nous laisser admiratif. Avec ce roman jeunesse, c’est une vraie leçon de vie qui nous est donnée. Junior nous montre qu’avec du courage et de la volonté, on peut se rapprocher de ce que nous souhaitons le plus.

L’intrigue est véritablement addictive. J’ai dévoré ce roman d’une seule traite. Je voulais absolument savoir comment Junior allait faire face à sa vie hors de la réserve. Il faut dire que très vite, on s’attache à ce personnage un peu gauche mais aux sentiments purs. Sa volonté de fer et sa persévérance font de lui un protagoniste que l’on a envie de voir réussir. Junior rêve de se démarquer et de sortir du carcan que lui imposent les traditions familiales. Il veut montrer qui il est vraiment quitte à se mettre à dos de nombreuses personnes.

Outre ce personnage, j’ai également beaucoup aimé la famille de Junior qui se montre inquiète mais néanmoins ouverte d’esprit. Mine de rien, le roman interroge, questionne et nous interpelle sur de vrais problèmes notamment ceux de l’identité.

L’écriture de Sherman Alexie est très agréable. Le style est simple et est accessible aux lecteurs adolescents. Les mots sonnent juste et traduisent une certaine sensibilité sans pour autant basculer dans la sensiblerie. J’ai donc adoré cette lecture.

5-plumes

Ma chronique en vidéo:

Roman·Service Presse·Young Adult

Rumeurs, tu meurs!

Rumeurs, tu meurs! de Frank Andriat, Mijade

Pour résumer:

Un baiser et tout s’emballe. Alice devient la cible de Lena… qui était sa meilleure amie. Les moqueries‚ les mensonges‚ les insultes pleuvent sur son téléphone.
Elle ne peut rien contre la haine qui répand ses métastases sur les réseaux sociaux‚ partout dans sa vie. Tous ces inconnus semblent si bien la connaître et clament au monde combien elle est nulle.
Elle ne contrôle plus sa vie. Quelle est l’issue? Mourir? Tuer?
Un récit important‚ écrit à la demande des élèves rencontrés dans les classes‚ pour ouvrir le débat dans les écoles‚ mettre des mots sur les dérives des réseaux sociaux‚ les souffrances que traversent des ados devenus des cibles.

Ce que j’en pense:

Rumeurs, tu meurs ! est un livre qui s’ancre vraiment dans l’air du temps. À travers l’histoire d’Alice, nous découvrons les effets néfastes des rumeurs mais également des réseaux sociaux. Cette histoire pourrait arriver à n’importe qui. Un bruit commence à courir, c’est faux mais vous avez beau vous en défendre que ce bruit devient vrombissement pour devenir assourdissant et finalement vous envelopper complètement quitte à vous digérez. Ce roman qui se lit d’une traite, met le doigt sur un problème qui malheureusement avec les réseaux sociaux prend une toute autre dimension.

L’intrigue tourne autour de Alice, une jeune fille lambda qui alors qu’elle aidait le petit copain de sa meilleure amie se retrouve à l’embrasser. Rongée par la culpabilité, elle décide d’en parler à Lena mais le garçon est passé avant et sa version n’est pas tout à fait la même. Lena a tôt fait de faire des raccourcis et en un coup de clavier tactile, elle bâtit la pire des rumeurs sur le dos de son ancienne amie. Alice fait face mais très vite, la rumeur enfle. Les réseaux sociaux font leur travail sournois. Le mur de Alice se couvre d’insultes, son téléphone ne cesse de sonner et elle sombre peu à peu.

Autant vous dire que cette histoire m’a profondément touchée. Comment ne pas être émue face à Alice qui perd pied alors qu’elle essaie de garder la tête haute. La tension monte au fur et à mesure que la rumeur enfle. Certains personnages deviennent de vraies têtes à claques. Et plus on avance dans la lecture et pire c’est.

L’auteur a donc su construire une intrigue forte en mettant le doigt sur un vrai problème de société. Mais il va au-delà de cela en exposant également les « bons réflexes » à avoir en cas de harcèlement. Il essaie de mettre en avant la lueur d’espoir au bout du tunnel. C’est donc un roman fort que nous livre Frank Andriat. Grâce à ces personnages forts et à son écriture simple mais efficace, cet auteur trouve les mots pour toucher le plus grand nombre de lecteur. Selon moi, ce roman est à mettre entre toutes les mains car il délivre un constat alarmant mais également un message fort.

5-plumes

Merci aux éditions Mijade pour leur confiance!

Mijade

Ma chronique en vidéo:

Service Presse·Young Adult

Pierre le Voleur

Résumé:

Dans un village cévenol pas encore trop corrompu par la modernité, Pierre est voleur. Il fauche tout ce qui l’attire mais, comme les villageois le savent, ils vont rechercher leur bien chez lui, puisqu’il ne se cache pas et rend toujours. Adopté tel quel par les autres habitants, même la gendarmerie laisse faire. Mais, un jour, les choses deviennent plus graves, et ce sont des résidents secondaires, moins compréhensifs, qui sont cambriolés. Or, pour la première fois, Pierre nie être ce cambrioleur. Tout le monde enquête, notamment la jeune Rosy-Rosette, la plus maline du village.

Ce que j’en pense:

Avec ce roman young adult, Yves Frémion nous plonge dans le monde de la ruralité. Nous y découvrons le personnage de Pierre qui est un voleur compulsif. Il vole tout et rien, surtout les choses dont il a besoin. Les villageois sont plutôt sympas avec lui et savent le prendre. Finalement, Pierre n’est pas si méchant. Il n’est même pas dangereux. Jusqu’au jour où, de nouveaux résidents ne vont pas le prendre aussi bien que cela…

Ce roman rural se lit avec une facilité déconcertante. Ni une ni deux, on se retrouve plongé dans ce village. Très vite, on a la sensation de connaître tous les habitants. Tout nous semble familier et l’on fait partie de cette petite communauté. Il faut dire que Yves Frémion a vraiment eu le truc. Avec son écriture agréable et fluide, on ne peut que se prendre dans l’histoire. Certes, l’intrigue en elle-même n’est pas très complexe. Il n’y a pas de grands rebondissements, ni de suspens. Le rythme est lent, les choses prennent le temps de se mettre en place. Et paradoxalement, en un rien de temps, on arrive à la fin du livre. On se dit « déjà ?! ». C’est presque trop court. On a envie d’en savoir plus et de continuer à suivre Pierre. Il y a un petit goût amer dans cette fin.

Le personnage de Pierre est terriblement attachant. Il paraît fragile et on a envie de le protéger, de l’écouter.

Yves Frémion et son écriture toute en douceur ont donc su me charmer et livrer un récit émouvant qui a un goût de trop peu.

4-plumes

Ma chronique en vidéo:

Young Adult

Les 7 Vies de Léo Belami

Les 7 vies de Léo Belami de Nataël Trapp, Versilio

Pour résumer:

Demain je vais mourir… et cela ne sera pas la première fois

Léo, 17 ans, jeune homme solitaire et sans histoires, compte les heures avant la fin des cours. Il se prépare pour la fête du lycée, organisée cette année en hommage à Jessica Stein, une élève assassinée trente ans auparavant. 

Mais lorsqu’il se réveille le lendemain matin, c’est dans la vie d’un autre, dans la maison d’un autre… en 1988. 

Au gré d’allers-retours entre 1988 et 2018 dans des corps différents, Léo va tout tenter pour empêcher ce meurtre et découvrir l’identité du tueur.

Mais peut-il changer le destin ?

Ma chronique en vidéo:

Ma chronique en podcast: