Atelier d'écriture

Atelier d’écriture

© Hannes Wolf

Combien de temps avait-elle passé dans cette clairière ? Elle s’était endormie trois fois et trois fois à son réveil, elle avait trouvé du pain et de l’eau à sa disposition. Rien ne se passait, même les feuilles semblaient s’être figées. Pas un bruissement d’air, pas un bruit aux alentours. Aujourd’hui, Vengeance ne se sentait pas au mieux de sa forme. Le régime strict qu’on lui avait imposé amenuisait ses forces. Sa tête la faisait souffrir et elle avait beau se masser les tempes, rien n’y faisait. Elle entendit un léger bruit. Cela était inhabituel dans cet environnement. Elle perçut un bruissement de feuilles. Les sens en alerte, elle se leva précipitamment. Sa tête de mit à tourner, son regard se brouilla et sa tête heurta le sol.

Lorsqu’elle se réveilla, Vengeance n’était plus dans la clairière mais dans une pièce toute en béton. Une douleur transperça son épaule. Elle observa la pièce exigüe. Pas d’issue visible au premier abord. Dans un coin de la pièce, un bout de pain, un verre d’eau, un petit couteau et un étrange objet. Vengeance étancha sa soif. Enfin, elle saisit le petit objet et le rapprocha de ses yeux. Elle vit que l’objet était composé de petites lettres déplaçables. Le texte était écrit à l’envers et ne voulait strictement rien dire. Elle remercia mentalement le Maître qui lui avait appris patiemment à lire et à écrire. Elle déplaça plusieurs lettres sans succès. Après quelques minutes d’effort, elle jeta l’éponge. Son épaule la faisait souffrir, elle avait dû se blesser en chutant. Elle saisit rageusement le morceau de pain et croqua dedans. Elle sentit une chose dans sa bouche. Au milieu de la simple tranche, était caché un minuscule bout de papier sur lequel il était écrit « La réponse est en toi ». Un indice. Un infime indice. Elle comprit que la première épreuve avait commencé. Elle observa à nouveau le minuscule objet et entreprit de passer au peigne fin la petite pièce. Elle décela rapidement les contours d’une porte et juste au pied de cette dernière un orifice de la taille du mystérieux objet. L’esprit vif, elle inséra le petit rectangle dans le trou mais rien ne se passa. Le mécanisme ne s’enclenchait pas. Il fallait avant reformer la bonne phrase. Vengeance forma la phrase de l’indice mais cela ne fonctionna pas non plus. Elle retourna la phrase dans sa tête. La douleur à son épaule la rendait folle. Elle essaya de se masser et sentit une chose dure sous sa peau. Elle palpa fébrilement son épaule. « La réponse est en toi ». Son regard se posa sur le couteau et un haut le cœur la saisit. Agir et ne pas trop réfléchir. Quelques secondes lui suffirent pour prendre le couteau et s’entailler profondément la peau. Un cri s’échappa de ses lèvres. Elle lâcha la lame sanglante et fouilla avec ses doigts dans la plaie. Elle trouva une minuscule plaque métallique. Vengeance s’effondra contre le mur, épuisée par un tel effort. La plaque sanguinolente était gravée d’une phrase « Horus est mon maître ». Elle s’empressa de remettre les lettres dans l’ordre et inséra l’objet. Un clic se fit entendre et un mécanisme s’enclencha. La porte qu’elle avait sentit sous ses doigts s’ouvrit sur une obscurité angoissante.

 

Ce texte s’inscrit dans le sillage de plusieurs textes. Je pense que cette idée va voler de ses propres ailes bientôt mais j’hésite car j’aime le challenge des photos qui dictent la suite de mon histoire…

Texte 1

Texte 2

Texte 3

Texte 4

Pour découvrir les autres textes, il suffit de se rendre sur le blog Bricabook.

Publicités
Roman

La Tresse de Laetitia Colombani

9782253906568-001-t

La Tresse de Laetitia Colombani, Livre de Poche

Pour résumer:

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est réservé et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.
Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Ce que j’en pense:

Si vous avez circulé un minimum sur la Toile ces derniers mois, vous avez dû tomber sur ce petit roman à la couverture jaune. La plupart des avis que j’ai lu sont plutôt positifs mais pourtant, je n’étais pas vraiment pressée de le lire. Ce livre est tombé entre mes mains complètement par hasard. Il était sur le bureau de ma collègue et je lui ai gentiment demandé de me le prêter mais en fait, il était à une autre collègue à qui elle l’avait offert… Bref, finalement, mon autre super collègue me l’a prêtée. Je clos le chapitre où je raconte ma life et je rentre dans le vif du sujet.

Trois destins de femmes qui se mêlent: Smita l’indienne, Giulia la jeune italienne et Sarah la Canadienne dynamique. Un jour, leurs destins basculent mais qui aurait pu penser que si éloignés, leurs destins allaient se rencontrer.

L’intrigue est très prenante et embarque le lecteur dans une vraie belle histoire. J’ai donc suivi tour à tour chaque personnage et partagé un bout de leur vie. J’ai très vite compris où voulait en venir l’auteure et c’est sans surprise que j’ai vu le dénouement arriver.

Les personnages sont clairement la force de ce roman. Ces trois femmes sont attachantes et ont une vraie force de caractère. Elles se battent contre l’adversité et se relèvent de chaque épreuve. J’ai été très admirative de ces protagonistes qui évoluent dans un monde hostile. Elles m’ont également ému par leurs moments de faiblesse et de doute. Ces femmes, ce sont toutes les femmes.

J’ai trouvé le style de l’auteure simple et efficace. Il n’y a pas de fioriture, c’est très agréable à lire. La narration qui alterne entre les trois personnages tressent donc l’histoire de ce roman de façon brillante. C’est donc un vrai petit bijou qui a le mérite de nous remettre les idées en place tout en nous bouleversant.

Bref:

Une vraie belle lecture.

Si je devais le noter:

5-plumes

Y a pas que moi qui en parle:

Stephie

Saxaoul

L’irrégulière

Leiloona

 

 

Album Jeunesse·Littérature de Jeunesse

Glouton, Le Croqueur de Livres d’Emma Yarlett

9782324012327ori

Glouton, Le Croqueur de Livres d’Emma Yarlett, Gründ

Pour résumer:

Glouton, le croqueur de livres, a grignoté un trou pour s’enfuir de son livre. Maintenant, il sème la pagaille dans les autres histoires. Vite ! Il faut le rattraper !
Un album plein de surprises, avec des livres dans le livre, des découpes, et un petit monstre en fuite !

Ce que j’en pense:

Glouton est un affreux petit monstre qui dévore littéralement les livres. Ce petit être rigolo mais insatiable s’incruste donc dans les histoires créant des catastrophes en tout genre.

L’histoire est simple mais efficace autant pour les enfants que pour les adultes. J’ai aimé cet esprit léger et les différentes références aux contes traditionnels.

Le gros bonus de ce petit album coloré est qu’il est vraiment ludique. Mes filles ont véritablement adoré passer d’une page à l’autre et découvrir les différentes découpes et surprises. Jusqu’au dernier moment, Glouton nous fait rire.

L’esthétique est très coloré et le dessin simple et en rondeur tout comme j’aime. Quant à mes filles, étant donné que j’ai lu une bonne dizaine de fois l’histoire, je pense qu’elles seront d’accord pour dire que cet album est super.

Bref:

Une lecture qui fait l’unanimité.

Si je devais le noter:

5-plumes

Mots d’enfants:

« Moi j’ai aimé Glouton parce qu’il passe dans les trous. » Faustine (3 ans)

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

bd·Mercredi BD

Secrets, L’Angélus de Homs et Giroud

9782800160092-couv-m800x1600

Secrets, L’Angélus, Intégrale de Homs et Giroud, Dupuis

Pour résumer:

Rien ne prédestinait Clovis à ressentir l’intense bouleversement qu’a suscité en lui la découverte de L’Angélus de Millet, au musée d’Orsay. Père de famille sans histoire, au quotidien enlisé dans la routine, il se sent d’un coup submergé par une émotion inconnue qui le pousse à découvrir ce qui se cache derrière l’image. Troublé par les versions qu’en a faites Dali, il se convainc que là réside la clé du mystère. Parallèlement, il explore les souvenirs personnels que cette toile a fait ressurgir inopinément, au risque de mettre en cause l’équilibre, même bancal, sur lequel reposaient toutes ses relations familiales. Confronté à l’incompréhension de son entourage, il décide de poursuivre sa quête, quel qu’en soit le prix. C’est l’autre moitié de ce chemin semé d’embûches et de révélations que parcourt Clovis dans le second volet de cette histoire fondée sur un authentique secret de famille, celui du peintre Dali.

Ce que j’en pense:

Avec ce diptyque, j’ai directement plongé dans le monde de la peinture. Amoureux des arts, bienvenus!

Lorsque Clovis Chaumel va dans un musée alors que ce n’est pas du tout son habitude, il tombe sous le charme de L’Angélus de Millet. Dès lors qu’il a vu cette peinture, une véritable obsession s’empare de lui. Pourquoi cette toile éveille t’elle tant de sentiment en lui? C’est en cherchant à comprendre son ressenti que Clovis va se découvrir lui même.

Cette BD m’a offert un véritable récit initiatique. Le scénario est drôlement bien mené. Il y a du mystère et l’auteur est arrivé à me surprendre. Franchement, j’ai été conquise par cette histoire si émouvante. Vous connaissez désormais mon goût pour les secrets de famille, et bien avec cette BD, j’ai été largement servie.

Le personnage de Clovis qui vit cette obsession fulgurante est terriblement attachant. Il est profondément humain et moi, j’adore ça. Alors, oui, c’est vrai, son obsession va trèèèès loin mais son sentiment est tellement fort, qu’il a le mérite d’aller jusqu’au bout de sa recherche quitte à y perdre quelques plumes. Sa quête de la vérité devient une véritable bouffée d’oxygène pour lui.

Toute cette magnifique histoire est accompagnée d’une esthétique que j’ai beaucoup apprécié. Les personnages sont pleins de détails et les expressions faciales sont très réalistes. L’ambiance générale est visuellement très agréable.

Bref:

J’ai adoré!

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais encore?

Résultat de recherche d'images pour "l'angélus de millet"

L’Angélus de Jean-François Millet, 1859

Résultat de recherche d'images pour "l'angélus de dali"

L’Angélus de Salvador Dali, 1935

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Moka.

Atelier d'écriture

Atelier d’écriture

© Tyler Dozier

Elle fit mine de ne pas l’avoir vu, mais la jeune femme s’avança vers Sia l’air de rien et se plaça à ses côtés.

– Grand Maître, si vous le permettez, je désirerai faire visiter à Vengeance le Temple. Demanda-t-elle en baissant les yeux.

Le vieillard approuva. La jeune femme prit la main de Sia et l’éloigna du groupe. Les personnes qui la croisaient lui souriaient ou lui touchaient le poignet. Sa guide possédait le même tatouage qu’elle comme toutes les personnes de l’assemblée, mais son bras était également orné de dessins de feuillages. Sa longue chevelure châtain balayait son dos nu et son corps svelte était moulé dans une robe au tissu finement brodé. Lorsqu’elles se furent éloignées suffisamment, elle se tourna vivement vers elle.

– Que fais-tu ici ? N’as-tu pas retenu la leçon ?

– Moi aussi je suis ravie de te retrouver Sonia.

– Ne prononce jamais ce mot ici ! Je suis Lotus. Chuchota t’elle en la tirant par le bras.

Elles se trouvaient désormais à l’orée de ce qui ressemblait à une forêt. Sia ne put masquer son admiration face à autant de verdure. L’extérieur du Temple était d’une sécheresse sans nom, y faire pousser des céréales était un véritable miracle. Mais ici, tout était différent. Les Hommes ne semblaient pas mourir de faim et la nature poussait avec luxuriance. Lotus vit l’air subjugué de Vengeance.

– C’est toujours impressionnant la première fois que l’on entre dans la Serre.

Sia lui lança un regard interrogateur.

– Tu es désormais une Vestale de Horus. Horus est un Dieu aux pouvoirs ancestraux qui enrichit notre Terre et en tant que prêtresse, tu vas devoir le servir. Tu dois t’oublier, oublier ton ancien toi. Sia n’existe plus, désormais tu es Vengeance.

La jeune femme hocha la tête en signe d’assentiment.

– Je serai ton guide pendant un certain temps mais ensuite, tu devras voler de tes propres ailes. Ne te plains jamais, ne refuse jamais une corvée et tu gagneras vite en respect. Plains toi ou rebelle toi et ta vie deviendra un véritable enfer.

Elles s’avancèrent ensemble dans la touffeur des feuilles. Sia repoussait avec délicatesse les branches qui lui barraient le chemin. Sa tête était enivrée par des senteurs inconnues.

– Ton initiation ne fait que commencer, d’autres épreuves vont se présenter à toi. N’échoue pas sinon tu finiras comme Sam.

L’évocation de sa sœur aînée la fit tressaillir. Elle revit le corps démantibulé gisant au pied des murs grisâtres.

– Ne regarde jamais le Grand Maître dans les yeux, sauf si il te le demande.

Lotus semblait nerveuse. Elle caressa la joue de Vengeance. Son regard était emplit de tendresse.

– Tu resteras ici jusqu’à ce que je vienne te chercher. Ne sors pas de la clairière avant. Tu dois simplement rester là.

Elle écarta des feuillages et Vengeance découvrit une petite clairière de terre au milieu de la forêt. Un sac de toile se trouvait en son centre.

– Combien de temps ?

– Je ne peux pas te le dire. Seul le Grand Maître a le pouvoir de décision.

Sia hésita une seconde, puis elle se dirigea vers la plaine. Lorsque son pied nu toucha la terre, elle entendit le feuillage se refermer dans son dos et n’entendit plus qu’un murmure.

– Sois forte petite sœur.

Ce texte est la suite de l’histoire de Sia que vous pouvez retrouver en suivant les liens ci- dessous:

Texte 1

Texte 2

Texte 3

Les autres textes sur le Blog Bricabook.

Policier/ Thriller·Service Presse

La frileuse de Nicole Buresi

9782367951263_1_75

La Frileuse de Nicole Buresi, Chèvre Feuille Étoilée

Pour résumer:

Hubert de Vérangis s’effondre sans crier gare à l’heure de l’apéritif.
Jean, son secrétaire, est dans la pièce voisine. Principal suspect, il entreprend d’écrire une sorte de journal de l’enquête menée par le commissaire Letonner.
Témoin et acteur du drame à huis clos où les personnages révèlent peu à peu leurs secrets, Jean a aussi ses ambiguïtés, ses pulsions, ses zones d’ombre.
Très inquiet sur son sort, trouvera- t-il auprès de son cousin Paul le soutien qu’il en attend ?
Sur fond de magouilles politiques, le jeu, le sexe, l’argent, l’amour tirent les ficelles. Qui manipule qui ? Qui est victime, qui est innocent ?
Au centre de la grande maison, immobile, se tient la statue de La Frileuse. Tous tournent autour d’elle, comme autour de la fascinante Clarisse. Est-ce uniquement par amour de l’art ?

Ce que j’en pense:

Hubert de Vérangis meurt brutalement. Le commissaire Letonner mène l’enquête. Nous suivons Jean le fidèle secrétaire du mort. Jean a un regard incisif sur ce qui l’entoure et s’avère être un personnage trouble.

Cette narration en « je » savamment construite constitue un roman noir au suspens haletant. L’ambiance de huis clos vient rajouter de la tension à ce récit. L’intrigue renferme de multiples rebondissements qui donnent un bon rythme à l’ensemble.

L’écriture est agréable et très finement construite. L’auteure use de divers subterfuges pour perdre son lecteur et brouiller les pistes. Mais à trop vouloir tenir son public en haleine, on risque de tomber dans de vilains travers. Nicole Buresi use et abuse des rebondissements jusqu’à la toute fin du roman. Malheureusement, cela m’a lassé et j’avoue que la fin m’a paru bien trop longue.

Bref:

Un roman inégal qui ne m’a pas complètement conquise.

Si je devais le noter:

1-plume

Merci qui?

Je remercie Babelio et Chèvre Feuille Étoilée pour leur confiance.

Babelio

alt-icon

 

 

bd·Mercredi BD

Dolor de Catel et Philippe Paringaux

9782203015913

Dolor de Catel et Philippe Paringaux, Casterman

Pour résumer:

Libre et farouchement indépendante, Dolor, 38 ans, journaliste, virevolte entre les amants, menant sa vie à la hussarde. Pourtant, cette jeune femme au caractère bien trempé dissimule une blessure : la disparition soudaine de son père, Paco, qui les a abandonnées, elle et sa mère, alors qu’elle était encore enfant.
Or voilà que le souvenir de Paco se ravive brusquement. Dolor vient d’être avisée de son décès et, lors de l’enterrement, se voit remettre une mystérieuse enveloppe contenant de nombreux documents : des photos, des souvenirs et, surtout, un journal intime. Dolor part alors sur les traces de ce père qu’elle a si peu connu.

Ce que j’en pense:

Dolor vient de perdre son père qui l’avait abandonné il y a des années. Le jour de l’enterrement, elle récupère une enveloppe qui va l’amener sur le chemin de son père. Cette BD nous livre donc une quête autour d’un secret de famille.

Le scénario est bien ficelé et rythmé. Cela a été un vrai plaisir de découvrir l’histoire de Dolor. Cette dernière est un personnage complexe qui va découvrir un grand secret qui va complètement la bouleverser. Il est difficile de ne pas en dire trop, donc je ne vais pas trop m’étaler.

En revanche, j’ai eu un peu de mal avec l’esthétique. Ce n’est pas forcément le dessin qui m’a dérangé mais plutôt le traitement des couleurs.

Bref:

Une BD agréable mais au visuel qui ne m’a pas entièrement séduit.

Si je devais le noter:

3-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Stephie.