Damnés de Chuck Palahniuk

41gwjvbazpl-_sx210_

Damnés de Chuck Palahniuk, Points

Pour résumer:

Madison, 13 ans, est la fille d’une star du cinéma et d’un producteur milliardaire. Élevée dans la religion du fun et de la culture pop, elle passe un Noël ennuyeux seule dans son pensionnat en Suisse, tandis que ses parents se consacrent à leurs projets professionnels et à l’adoption d’orphelins du tiers-monde. Mais un événement inattendu va venir illuminer ses vacances : sa mort subite. Débarquée en enfer, elle y fait la connaissance d’une bande de jeunes marginaux, une jolie fille, un sportif, un geek et un rocker, soit la version Six Feet Under de Breakfast Club. Alors qu’elle se lance dans l’exploration de ce nouvel environnement, qui lui réserve de multiples surprises, Madison se remémore sa courte existence pour essayer de comprendre ce qui a bien pu la mener à la damnation. Pour découvrir, aussi, les raisons de sa mort.

Ce que j’en pense:

Je ne me rappelle plus pourquoi j’avais noté ce roman mais lorsque j’ai trouvé le livre à ma médiathèque, je m’en suis emparée curieuse. J’ai relu le synopsis et je me suis dit « Ouais pourquoi pas? ».

Mais quelle erreur ai je faite? J’ai souffert pendant plusieurs centaines de pages… L’histoire est barbante et sans rebondissement. Il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup de descriptions qui sont pour la plupart écœurantes. Bref, il n’y a pas de réelle histoire, j’ai trouvé tout cela trop monotone. Néanmoins, quelques retours dans le passé de Madison sont intéressants mais sans plus.

Les personnages sont caricaturaux au possible. Il y a la bimbo écervelée, le joueur de foot populaire, le geek… Madison, le personnage principal est la fille de parents richissimes à l’éducation quelque peu discutable. Il y avait quelque chose à faire avec ce personnage mais j’ai eu la sensation que ce n’était pas forcément abouti.

L’univers de l’auteur est très spécial. C’est très quitsh et scato. Pour vous dire la vérité, certains passages m’ont donné la nausée. D’ailleurs, c’est au bout d’un énième hauts le cœur que j’ai pris la décision d’arrêter là ma lecture. C’est vraiment très spécial et il vaut mieux avoir l’estomac bien accroché. C’est dommage car l’écriture en elle même est sympa et agréable. Je n’ai pas adhéré à l’esprit global du roman et à l’atmosphère générale.

Bref:

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRGGGGGG

Si je devais le noter:

giphy1

Y a pas que moi qui en parle:

Mes Nouvelles Lectures

Culturez- vous

Publié dans Roman | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Terriblement vert! d’Hubert Ben Kemoun et François Roca

9782092535004

Terriblement vert! d’Hubert Ben Kemoun et François Roca, Nathan

Pour résumer:

À la grande joie de Samuel, son oncle Julius est de retour. Mais cet explorateur chevronné n’est pas revenu les mains vides ! Il a rapporté des graines de « Galéaparsos », un arbre exotique rarissime. Tout serait parfait si Lionel, le meilleur ami de Samuel, n’en avait pas mangé quelques-unes et si une étonnante transformation n’était pas à l’oeuvre ! Car Lionel se métamorphose ni plus ni moins… en arbre !

Ce que j’en pense:

L’intrigue de ce petit roman est vraiment sympa. C’est plein d’énergie et poétique. Je ne me suis pas ennuyée une minute. C’est peut être même passé un peu trop vite.

Les personnages sont très attachants. Samuel est un petit garçon avec un grand sens de l’amitié et transmet de vraies valeurs.

Le texte est bien écrit et a une consonance très poétique que j’apprécie particulièrement.

Au- delà de l’histoire, ce petit roman tente de sensibiliser à la nature, à l’écologie et au respect de l’environnement.

Bref:

Une belle lecture poétique.

Si je devais le noter:

5-plumes

 

 

Publié dans Littérature de Jeunesse | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

L’adoption, Qinaya de Zidrou et Monin

9782818936030

L’adoption, Qinaya de Zidrou et Monin, Grand Angle

Pour résumer:

Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

Ce que j’en pense:

Alain et Lynette vont faire entrer Qinaya dans la vie de Gabriel. Peu à peu, la petite fille et le vieux s’apprivoisent. Mon dieu, rien que de reparler du scénario, j’en ai des frissons! C’est un vrai beau scénario qui m’a ému aux larmes. Suivre cette relation est juste magique. La fin est ouverte et m’a laissé pantelante, comme assommée.

Qinaya est très attachante. C’est un petit bout de femme venue de l’autre côté du monde. Gabriel quant à lui est un grand- père un peu bourru mais au grand cœur et qui va s’habituer à la présence de la petite, jusqu’à créer un lien indéfectible. C’est beau de voir que la méfiance fait place à un véritable amour.

La BD est vraiment très forte en émotion.

Ce scénario déjà magnifique, et complété par une esthétique sublime. Les illustrations sont colorées et réalistes. Il y a beaucoup de détails. Les expressions faciales sont saisissantes. Les prises de vue sont belles, émouvantes et attendrissantes. Le dessinateur s’arrête sur des regards échangés, des mains qui se frôlent. Même sans mot, les illustrations parlent d’elles même.

Bref:

Gros gros gros coup de cœur.

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Un amour de BD

Jérôme

Noukette

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

 

Publié dans bd, Mercredi BD | Tagué , , , , | 2 commentaires

L’épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur de Gauthier et Lefevre

8905f3eb7e04a04f053dbd418f7127b6

L’épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur de Gauthier et Lefevre, Collection Métamorphose

Pour résumer:

Une histoire savoureuse et pleine d’humour autour des peurs enfantines.

Épiphanie Frayeur est une petite fille qui grandit en même temps – mais moins vite – que sa peur.

Ses cheveux sont constamment dressés sur sa tête. Elle a peur de tout, tout le temps. Cette peur – une énorme masse noire qui prend.

Ce que j’en pense:

Épiphanie cherche à se libérer de sa peur qui la suit comme son ombre. Pour cela, elle va consulter plusieurs spécialistes. Le scénario est plutôt sympa. L’intrigue m’a un peu fait penser à Alice aux pays des merveilles pour le côté légèrement barré.

Épiphanie est un personnage atypique. C’est une petite fille angoissée qui fait un véritable voyage initiatique. Le personnage connaît une vraie évolution psychologique. C’est très intéressant de suivre Épiphanie et de voir comment elle change.

Il y a beaucoup de jeux de mots autour des expressions sur le thème de la peur. Les expressions sont prises au 1er degré. Cette BD est très riche d’un point de vue du langage.

Les illustrations sont très riches et très belles. Les couleurs sont douces et reflètent bien l’univers un eu décalé d’Épiphanie Frayeur.

Bref:

Une belle BD.

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Moka

Un petit bout de Bib

 

 

 

Publié dans bd | Tagué , , | Laisser un commentaire

Flora Banks d’Emily Barr, Casterman

9782203122208

Flora Banks d’Emily Barr, Casterman

Pour résumer:

DIX
L’âge que j’avais quand mon cerveau s’est détraqué.

HUIT
Années de validité de mon passeport.

SIX
Le nombre de personnes qui me cherchent au Spitzberg, dans l’Arctique.

QUATRE
L’âge auquel j’ai rencontré ma meilleure amie.
Je ne dois plus jamais l’appeler, ni lui envoyer de SMS.

DEUX
Deux cailloux noirs. L’un m’appartient, l’autre est à Drake.
Je le rejoindrai, où qu’il soit.

UN
Un souvenir. C’est tout ce qu’il me reste.

Ce que j’en pense:

Ami Terrien, attend toi à prendre une claque magistrale en lisant ce roman!

Tu découvriras l’histoire de Flora Banks. C’est une jeune fille de 17 ans et elle est victime d’une amnésie antérograde. Ce qui signifie qu’elle ne se souvient de rien depuis l’âge de ses 8 ans. Elle vit dans l’angoisse permanente, oubliant au bout de quelques heurese ce qu’elle vient à peine de faire… Mais un jour, elle se souvient. Elle se souvient de Drake et de leur baiser sur la plage.

Ce roman à la première personne est une plongée en pleine amnésie. On se retrouve dans la tête de Flora. Elle se répète énormément les choses pour ne pas oublier. Personnellement, j’ai angoissé pour elle. On suit son état d’esprit, son sentiment de confusion, ses doutes, ses émotions… C’est beau, c’est fort et criant de réalité.

Je me suis complètement laissée prendre à ce page turner. C’est accrocheur et addictif. Le procédé qui vise à répéter sans cesse les faits est vraiment anxiogène mais donne une certaine crédibilité au récit.

La fin est surprenante! Mais, j’aurai aimé suivre un peu plus Flora…

Bref:

Un petit bijou et un coup de cœur.

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

Y a pas que moi qui en parle:

Noukette

Laure

Publié dans Young Adult | Tagué , , , | Laisser un commentaire

La famille trop d’filles, Tome 1: Anna de Susie Morgenstern et Clotka

anna

La famille trop d’filles, Tome 1: Anna de Susie Morgenstern et Clotka, Nathan

Pour résumer:

Chez les Arthur, il y a sept enfants… dont six filles! Entre les devoirs, les grandes tablées,  les copines, le garçon au pair, les coups  de cœur et les petites crises, il y a beaucoup de bruit dans cette maison. Et dans la famille trop d’filles,  je demande… l’aînée, la sérieuse, la jolie Anna!

Ce que j’en pense:

Mes élèves m’ont parlé de cette série de livres durant toute l’année scolaire. Chaque fois que l’on allait à la médiathèque, elles me disaient qu’il fallait absolument que je l’emprunte. Et comme je suis une instit super sympa… J’ai décidé de le lire pendant mes vacances pour savoir enfin de quoi il retourne vraiment. Et puis comme ça, à la rentrée, je pourrai me la péter un peu en leur disant que moi aussi je lis La famille trop d’filles.

Alors, comme son titre l’indique, dans cette famille, il y a beaucoup trop de filles. En fait, il y en a six! Et un pauvre garçon tout seul. Je vous fais le topo. La famille Arthur est une famille nombreuse. Les parents ne sont jamais à la maison car ils bossent beaucoup et pas toujours dans notre pays. Ils ont quand même réussi à faire sept enfants dont ils laissent la garde à un garçon au pair. J’espère qu’ils ont bien vérifier son CV… Bref, passée l’envie d’appeler les services sociaux, je me suis rendue compte que tout ce petit monde vit finalement de façon très équilibrée dans le meilleur des mondes (ça m’a presque donné envie de faire pleins de bébés et de partir au bout du monde en laissant quelqu’un d’autre s’en charger).

L’histoire du tome 1 se focalise sur Anna. C’est l’aînée de la fratrie et c’est la petite maman. Elle a beaucoup de responsabilités et en plus elle rentre au collège. Pour couronner le tout, elle est amoureuse et bien sûr Martin (l’objet de son désir) est aussi amoureux d’elle.

Vous l’aurez compris, c’est gentillet tout plein, remplie de pensées positives et de bons sentiments. J’ai été surprise de ne croiser aucun lapin arc en ciel dans ce roman.

Blague à part, je comprends pourquoi mes élèves adorent ce livre. Il idéalise la vie de famille et surtout il montre des filles sympas et très réfléchies. Je reste persuadée que certaines ce sont imaginées à la place de Anna et je suis sûre que si j’avais eu le roman dans mes mains à leur âge cela aurait été pareil.

De plus, l’écriture est sympa et accessible au public visé.

J’avoue être assez curieuse et je lirai sûrement la suite.

Bref:

Je vais tout déchirer à la rentrée!

Si je devais le noter:

3-plumes

 

Publié dans Littérature de Jeunesse | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Portugal de Pedrosa

couv_136421

Portugal de Pedrosa, Aire Libre

Pour résumer:

Quand un retour aux sources imprévu devient renaissance à soi-même.Plus vraiment d’inspiration, plus d’envies et pas de projets, l’auteur de BD Simon Muchat végète doucement dans son boulot d’animateur scolaire, et exaspère Claire, sa compagne, qui le voudrait plus investi. Invité à passer quelques jours au Portugal, dont sa famille est originaire et où il n’était plus allé depuis l’enfance, il va y découvrir une autre façon d’exister et d’être ? et peut-être le début d’une nouvelle inspiration ?

Ce que j’en pense:

Cette BD nous livre la vie de Simon qui se retrouve à un tournant de sa vie et décide de partir faire des recherches sur ses racines.

Le scénario est juste superbe. Le thème des racines est vraiment idéal pour se plonger dans cette découverte du Portugal. C’est un véritable voyage initiatique qui nous est offert. J’ai vraiment cette enquête baignée de soleil.

Toute la BD tourne autour du personnage de Simon. Simon, est un dessinateur pleins de questions et qui se cherche. Il est en quête d’identité. Il est peu bavard et très observateur. C’est un personnage attachant et émouvant.

Autour de lui gravitent de nombreux personnages tous aussi humain les uns que les autres. C’est tout un panel de personnalités que nous présente Pedrosa.

Cette BD est emprunte de mélancolie et de poésie avec une ambiance particulière. L’atmosphère qui se dégage est véritablement solaire et on sent presque les rayons du soleil nous caresser la peau.

L’esthétique est vraiment magnifique. Le trait est léger et fondu dans des couleurs chaudes. C’est juste magnifique. J’en ai pris plein les yeux.

Cette BD donne envie de découvrir le Portugal. Je me suis sentie comme transportée ailleurs. J’ai été très émue à la fin et c’est avec la boule au ventre que j’ai refermé ce magnifique BD.

Bref:

Un coup cœur.

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Mo

Oliv’

Yvan

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Publié dans bd, Mercredi BD | Tagué , , , , | 1 commentaire