Policier/ Thriller

Famille Parfaite

Famille Parfaite de Lisa Gardner, Livre de Poche

Pour résumer:

Les Denbe semblaient sortir des pages des magazines glamours  : un mariage modèle, une belle situation, une ravissante fille de quinze ans, une demeure somptueuse dans la banlieue chic de Boston… Une vie de rêve. Jusqu’au jour où ils disparaissent tous les trois. Pas d’effraction, pas de témoin, pas de motifs, pas de demande de rançon. Juste quelques traces de pas et des débris de cartouches de Taser sur le sol de leur maison. Pour la détective privée Tessa Leoni, l’enlèvement ne fait aucun doute. Mais que pouvait donc bien cacher une existence en apparence aussi lisse  ?

Ce que j’en pense:

La famille Denbe est à première vue la famille parfaite. Aisée, une belle maison, une jolie adolescente, un couple qui s’aime… Mais ne vous fiez pas aux apparences. Lorsque la famille entière se fait enlever, le vernis craque et les secrets les plus sordides de la famille sont alors mis à jour.

L’intrigue est prenante et se referme lentement comme un piège autour de la famille mais également du lecteur. L’engrenage de ce thriller est calculé au millimètre près et forcément, l’intrigue nous met mal à l’aise.

Lisa Gardner a fait le choix d’une alternance des points de vue dans la narration. Choix stratégique qui permet ainsi de créer une réelle tension et un suspens à couper au couteau.

Les personnages sont diaboliquement bien construits et ils ont tous une double facette. Chacun tombe un peu le masque et le lecteur découvre très souvent surpris la véritable personnalité du personnage pour lequel il s’était pris d’affection. Le récit est très intéressant d’un point de vue psychologique. Là aussi, de ce point de vue, c’est fin et très bien pensé.

La mécanique d’écriture est donc impitoyable!

Lisa Gardner m’épate toujours autant avec ses romans à suspens. Jusqu’au dernier moment, elle nous tient en haleine, avec elle, rien n’est acquit!

Bref:

Une super lecture!

Si je devais le noter:

5-plumes

Merci qui?

Un grand merci à ma très chère Eva pour m’avoir offert ce livre!

Publicités
Service Presse·Young Adult

Pointe Noire, Mordue

Pointe Noire, Mordue de Florence Cabre

Pour résumer:

Kasandra Lovim est élevée par sa grand-mère, Anne Coussou, une quimboiseuse excentrique, à Pointe-Noire en Guadeloupe. La jeune fille qui a presque dix-huit ans se réveille un matin, paralysée dans d’effroyables douleurs. Anne s’affole lorsqu’elle s’aperçoit que la marque en forme de lune sur son cou a viré au rouge cramoisi. Kasandra est en train de transmuter ! Quels mystères et dangers se cachent derrière cette transformation ? Elle n’ose en parler à ses amis lorsqu’elle rencontre Léonard Savage, un nouvel élève du lycée, dont la beauté fascinante et inquiétante la trouble au point de lui provoquer des étourdissements. Elle s’imagine, alors, vivant à ses côtés dans une autre réalité, un autre siècle. Entre ses rêves étrangement tangibles et ses nouvelles aptitudes, Kasandra devra affronter ses propres démons pour découvrir sa vraie nature.

Ce que j’en pense:

Lorsque Florence Cabre m’a gentiment proposée de lire son nouveau roman, je me suis jetée sur l’occasion. Il faut dire que le série Iris Chevalier m’avait tellement plu, que je suis allée vers ce nouveau opus les yeux fermés.

Alors que Iris visait un public plus jeune, avec Mordue, Florence Cabre vise un public plus mature, plus adolescent. L’auteure surfe sur la vague des vampires et je me suis rapidement prise au jeu de son intrigue. Il faut dire que tout commence avec le personnage de Kasandra, qui ne sait pas vraiment ce qu’il lui arrive. Le lecteur arrive au moment où tout va basculer pour elle.

L’histoire est passionnante et j’avoue que au départ je me suis dit: « Pfff encore une histoire de vampires… » Mais nooooon! Il n’en est rien, c’est bien plus compliqué que cela. L’intrigue est travaillée et sort de l’ordinaire. Je me suis laissée prendre et surprendre. La tension monte lentement tout au long du roman et c’est un pur délice.

Les personnages sont également bien construits. On ne tombe pas trop dans le pathos de l’adolescente qui se pose trop de questions (merci Florence!). D’ailleurs, l’auteure arrive à impulser une belle évolution à Kasandra et c’est vraiment appréciable.

Comme à chaque fois, l’écriture et le style son accrocheur et j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette nouvelle aventure.

Bref:

J’ai adoré! La fin reste ouverte pour un deuxième tome…

Si je devais le noter:

5-plumes

Merci qui?

Un grand merci à Florence Cabre pour avoir renouveler sa confiance en moi.

bd·Mercredi BD

Monsieur Désire?

Monsieur Désire? d’Hubert et de Virginie Augustin, Glénat

Pour résumer:

La vertu servant le vice…

Dans l’Angleterre victorienne, Lisbeth, une domestique plutôt discrète, vient d’entrer au service d’Édouard, un noble irritant de suffisance, provocateur et blasé. Habitué à choquer son entourage par le récit de ses frasques, ce jeune dandy découvre en sa nouvelle servante quelqu’un de moins docile et impressionnable qu’il ne le croyait. Face à ses piques, celle-ci reste imperturbable, ne répondant que par un regard empreint de compassion sincère. Entre les deux, malgré leurs disparités sociales, une étrange complicité va naître au gré de joutes verbales plus ou moins intenses. De servante, Lisbeth va devenir confidente, en dépit des règles régissant la maisonnée, provoquant quelques jalousies chez les autres domestiques…

Ce que j’en pense:

Monsieur est un bourgeois qui profite des femmes. Un jour, il se prend « d’affection » pour Lisbeth, une petite femme de chambre prude.

Mon Dieu… Le scénario de ce roman graphique est superbe! C’est prenant et cela monte en puissance au fur et à mesure des pages. J’ai adoré l’histoire.

Et les personnages! Le scénariste les a construit de façon sublime. L’intrigue va les mal mener. Monsieur va voir ses convictions vaciller et Lisbeth va voir ses mœurs mises à rude épreuve. Il y a du pêché dans cette oeuvre. La question est: Va t’on y succomber? Je suis admirative de la force de caractère de Lisbeth sur laquelle au départ, je n’aurai pas misé ma chemise. Quant à Monsieur, il peut se montrer exécrable, mais tout au long de la lecture, on sent poindre une fragile humanité.

Le tout est sublimé par une esthétique impeccable. Les décors sont magnifiques, fins et pleins de petits détails. J’ai apprécié les couleurs et cette ambiance totalement magique. 

Bref:

Un vrai coup de cœur.

 

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Moka (enfin… je crois.)

Y a pas que moi qui en parle:

Délivrer des Livres

Moka

Stephie

Lasardine

Sabine

Antigone

bd·Littérature de Jeunesse

Les Carnets de Cerise et Valentin

Les Carnets de Cerise et Valentin de Aurélie Neyret et Joris Chamblain,, Collection Métamorphose

Pour résumer:

Premier album spin-off desCarnets de Cerise, Les Carnets de Cerise et Valentin  propose une histoire à deux niveaux de lecture autour de la peur de l’inconnu. Valentin – tout comme Cerise, sa maman et le papa de Valentin – s’apprête à partir pour un long voyage autour du monde. Mais il n’a que sept ans et ce voyage lui fait un peu peur.
Pour tenter d’apaiser cette angoisse, Cerise et lui ont imaginé une histoire d’extraterrestres : dans la nuit du 18 août, Toloh-Tim a atterri dans le jardin. Il veut fuir une mission spéciale qu’il devait accomplir. Mais laquelle ? C’est ce que les agents spéciaux Cerise et Valentin devront découvrir.

 

Ce que j’en pense:

J’avais tellement aimé Les Carnets de Cerise que c’est toute confiante, que je me suis plongée dans la lecture de son spin-off.

Malheureusement, la déception fut grande… Alors que la série d’origine avait une intrigue prenante et bien construite, ici, j’ai trouvé le scénario faiblard voire inexistant. J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire et à adhérer complètement. Mais histoire y a t’il? Car franchement, j’ai trouvé l’ensemble si mal construit que j’y ai perdu mes repères. Pour le coup, je me suis ennuyée, lisant sans réellement apprécier le contenu.

J’ai également trouvé que les personnages ne connaissaient aucune réelle évolution. C’est inintéressant au possible…

En revanche, gros point fort pour l’esthétique toujours aussi belle. Les couleurs sont chatoyantes, les dessins délicats. Malheureusement, cela ne suffit pas…

Bref:

Une vraie déception.

Si je devais le noter:

1-plume

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Feel Good·Roman

Mémé dans les orties

Mémé dans les orties d’Aurélie Valognes, Livre de Poche

Pour résumer:

Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s’ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d’escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie… jusqu’au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.

Ce que j’en pense:

Ferdinand est un vieil homme qui vit tout seul. D’humeur acariâtre, il n’a de cesse d’agacer son ennemi juré Mme Suarez la concierge de son immeuble. Lorsque sa chienne Daisy meurt et que sa fille lui propose une maison de retraite, Ferdinand décide de reprendre son destin en main.

L’intrigue de ce roman est terriblement prenante. Elle est remplie de vérité et d’humanité ce qui la rend d’autant plus touchante. J’ai adoré suivre l’évolution de Ferdinand et de Juliette (sa petite voisine). D’ailleurs, cette dernière me rappelle un peu la Matilda de Roald Dahl.

Certains moments sont vraiment rocambolesques et j’ai souri très souvent en lisant ce roman. Plus que l’évolution des personnages, c’est l’évolution de leurs relations qui m’a fasciné. J’ai aimé voir comment leurs vies se mêlent et s’enchevêtrent.

Le style d’Aurélie Valognes fait du bien. C’est simple, efficace et terriblement agréable à lire. Je me suis laissée emportée par sa plume. J’ai particulièrement apprécié sa façon de dépeindre les atmosphères, rendant les situations plus réalistes.

 

Bref:

Une belle découverte.

Si je devais le noter:

5-plumes

Littérature de Jeunesse·Roman

Les affreusement sombres histoires de Sinistreville

Les affreusement sombres histoires de Sinistreville de Christopher William Hill, Flammarion Jeunesse

Pour résumer:

Hubert naquit un mardi, dans une famille respectable qui résidait dans un recoin obscur de Sinistreville. Ses parents, qui rêvaient d’élever un génie, accueillirent avec une allégresse non dissimulée la tête aux dimensions impressionnantes et le front haut du petit Hubert.
– Je ne serais pas surpris que votre garçon devienne l’habitant le plus intelligent de notre grande ville, annonça le docteur.
Ainsi commença son histoire…
Hubert ne tarda en effet pas à le montrer d’une manière tout à fait singulière….
Des histoires pour les enfants qui n’ont pas peur du noir…

Ce que j’en pense:

Ce tome 1 présente Hubert et nous fait découvrir Sinistreville. C’est donc tout un univers qui s’est offert à moi.

Hubert est un petit garçon très intelligent et qui étudie à l’Institut. Malheureusement, la bienveillance n’est pas vraiment le fort de ses professeurs… Et comme Hubert est également très doué, il aura tôt fait d’attiser les convoitises. À Sinistreville, cela se traduit par une expulsion sans de réelles raisons valables de l’Institut. Mais, Hubert ne va pas se laisser faire. Il va se venger méticuleusement de chacun de ses professeurs.

L’histoire est bien menée. Je me suis prise au jeu de Hubert et j’ai éprouvé un plaisir sadique à le voir réaliser sa vengeance avec tant de brio! Chapeau bas l’artiste!

Bien que pas très sympa, Hubert est attachant. J’ai apprécié son côté à la fois enfantin et très mature sur certains aspects.

L’écriture est simple mais très agréable. J’ai également beaucoup aimé découvrir tout un univers. Cela m’a un peu fait penser à du Tim Burton par certains aspects.

Bref:

Une lecture sympathique.

Si je devais le noter:

4-plumes

bd·Mercredi BD

L’homme gribouillé

L’homme gribouillé de Serge Lehman et Frederick Peeters, Delcourt

Pour résumer:

À 40 ans passés, Betty Couvreur vit dans l’ombre de sa mère Maud, auteur de livres pour enfants. Pourtant, depuis

 des années, Maud subit l’emprise d’un terrifiant maître-chanteur, Max Corbeau. Betty l’apprend et se retrouve projetée dans une quête des origines en compagnie de sa propre fille, Clara. Voyage initiatique au pays des monstres et des merveilles avec au bout, peut-être, un secret venu du fond des âges.

Ce que j’en pense:

Betty découvre le mystère de son passé suite à l’AVC de sa mère. Elle part alors en quête d’un mystérieux monstre qui les harcèle. Mais, ce qu’elle va découvrir va littéralement changer sa vie.

Ce scénario qui prend des allures de quête entre mère et fille est passionnant. Il faut dire que les secrets de famille et les ambiances mystiques, j’adoooore ça!

Ce roman graphique est donc haletant!

Les personnages sont bien construits avec une psychologie très fine. C’est une BD très riche de tous les points de vue.

L’esthétique en noir et blanc est pleine de multiples détails. Il y a pleins de choses à voir et chaque planche se détaille longuement. L’ambiance générale est très noire et colle parfaitement avec l’histoire.

Bref:

J’ai vraiment adoré!

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Noukette

Jérôme

Mo

Jacques

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Stephie.