Feel Good·Roman

Mémé dans les orties

Mémé dans les orties d’Aurélie Valognes, Livre de Poche

Pour résumer:

Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s’ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d’escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie… jusqu’au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.

Ce que j’en pense:

Ferdinand est un vieil homme qui vit tout seul. D’humeur acariâtre, il n’a de cesse d’agacer son ennemi juré Mme Suarez la concierge de son immeuble. Lorsque sa chienne Daisy meurt et que sa fille lui propose une maison de retraite, Ferdinand décide de reprendre son destin en main.

L’intrigue de ce roman est terriblement prenante. Elle est remplie de vérité et d’humanité ce qui la rend d’autant plus touchante. J’ai adoré suivre l’évolution de Ferdinand et de Juliette (sa petite voisine). D’ailleurs, cette dernière me rappelle un peu la Matilda de Roald Dahl.

Certains moments sont vraiment rocambolesques et j’ai souri très souvent en lisant ce roman. Plus que l’évolution des personnages, c’est l’évolution de leurs relations qui m’a fasciné. J’ai aimé voir comment leurs vies se mêlent et s’enchevêtrent.

Le style d’Aurélie Valognes fait du bien. C’est simple, efficace et terriblement agréable à lire. Je me suis laissée emportée par sa plume. J’ai particulièrement apprécié sa façon de dépeindre les atmosphères, rendant les situations plus réalistes.

 

Bref:

Une belle découverte.

Si je devais le noter:

5-plumes

Publicités
Littérature de Jeunesse·Roman

Les affreusement sombres histoires de Sinistreville

Les affreusement sombres histoires de Sinistreville de Christopher William Hill, Flammarion Jeunesse

Pour résumer:

Hubert naquit un mardi, dans une famille respectable qui résidait dans un recoin obscur de Sinistreville. Ses parents, qui rêvaient d’élever un génie, accueillirent avec une allégresse non dissimulée la tête aux dimensions impressionnantes et le front haut du petit Hubert.
– Je ne serais pas surpris que votre garçon devienne l’habitant le plus intelligent de notre grande ville, annonça le docteur.
Ainsi commença son histoire…
Hubert ne tarda en effet pas à le montrer d’une manière tout à fait singulière….
Des histoires pour les enfants qui n’ont pas peur du noir…

Ce que j’en pense:

Ce tome 1 présente Hubert et nous fait découvrir Sinistreville. C’est donc tout un univers qui s’est offert à moi.

Hubert est un petit garçon très intelligent et qui étudie à l’Institut. Malheureusement, la bienveillance n’est pas vraiment le fort de ses professeurs… Et comme Hubert est également très doué, il aura tôt fait d’attiser les convoitises. À Sinistreville, cela se traduit par une expulsion sans de réelles raisons valables de l’Institut. Mais, Hubert ne va pas se laisser faire. Il va se venger méticuleusement de chacun de ses professeurs.

L’histoire est bien menée. Je me suis prise au jeu de Hubert et j’ai éprouvé un plaisir sadique à le voir réaliser sa vengeance avec tant de brio! Chapeau bas l’artiste!

Bien que pas très sympa, Hubert est attachant. J’ai apprécié son côté à la fois enfantin et très mature sur certains aspects.

L’écriture est simple mais très agréable. J’ai également beaucoup aimé découvrir tout un univers. Cela m’a un peu fait penser à du Tim Burton par certains aspects.

Bref:

Une lecture sympathique.

Si je devais le noter:

4-plumes

Roman·Service Presse

Danser au rythme des saisons

Danser au rythme des saisons de Rebecca Di Giusto, Editions Spinelle

Pour résumer:

Arrivée à l’automne de sa vie, Françoise se remémore, ses bonheurs, ses peines. 
Souvenir familial, sur quatre générations de femmes, liées par un secret de famille et souvenir d’un amour qui la conduira au bout du monde ! Mais le chemin de la passion et de la liberté sera semé d’embûches : pertes, revers, désillusions…
Tabou, deuil, divorce, maladie, psychologie mais aussi amour, amitié, courage, positivisme, espérance… transforment ce récit littéraire en roman sociologique, teinté d’événements historiques en filigrane et d’une promesse d’évasion et de dépaysement, sur fond de nature australienne et autres îles du Pacifique.

Ce que j’en pense:

Avec Danser au rythme des saisons, Rebecca Di Giusto m’a transportée dans un véritable récit de vie. En effet, j’ai découvert Françoise, une femme à l’automne de sa vie qui raconte justement comment elle en est arrivée où elle en est. C’est donc avec une certaine curiosité, que je me suis plongée dans le passé de ce personnage. Finalement, Françoise s’avère être une personne comme les autres. Ce qui lui arrive peut arriver à n’importe qui. C’est avec un ton humble, qu’elle déroule donc au fil des pages son enfance, son adolescence, ses joies, ses peines et ses désillusions.

Alors forcément, on en vient à l’apprécier Françoise. Elle nous attendrit. J’ai voulu tour à tour la secouer ou encore la prendre dans mes bras. Françoise devient une amie, une personne que l’on connaît sans jamais vraiment l’avoir rencontré. En nous dévoilant ses plus profonds secrets, l’auteure réussit à nous faire oublier que tout ceci n’est finalement qu’un roman.

L’écriture est très agréable et j’ai eu la sensation d’assister à une véritable conversation.

La fin du roman est terrible… Attachée au personnage de Françoise, il est difficile d’accepter de lui dire au revoir.

Bref:

Un beau récit.

Si je devais le noter:

5-plumes

Merci qui?

Merci à Rebecca Di Giusto pour la confiance qu’elle m’a accordée, ainsi qu’aux Éditions SpinelleÉditions Spinelle.

Editions Spinelle

Roman·Romance

Un pour toutes

Un pour toutes de Frances Pye, Fleuve Editions

Pour résumer:

Depuis plusieurs années de colocation, Lily, Sam, Mara et Terry sont amies à la vie à la mort. Indépendantes et volontaires, ces trentenaires ne rêvent que d’une chose : un homme, mais uniquement à temps partiel. Se présente alors le candidat parfait : Sean est beau, riche, célibataire, propriétaire d’une petite entreprise de construction, et adore les enfants. Aussitôt, une idée lumineuse s’impose aux jeunes femmes : et si on partageait ? De déconvenues en quiproquos, leur plan ingénieux pourrait bien tourner au désastre… 

Ce que j’en pense:

Lorsque quatre copines décident de se partager le beau Sean, autant vous dire que cela ouvre la possibilité à d’innombrables situations cocasses.

Tout part d’un constat: Lily, Sam, Mara et Terry ne sont pas heureuses dans leurs vies. Elles veulent un homme mais n’en attendent pas la même chose. C’est alors que Lily leur propose un partage « astucieux » qui leur permettra de trouver leur bonheur respectif. Et c’est le beau Sean qui sera le dindon de la farce!

L’intrigue est cocasse et divertissante avec des situations assez drôles. Mais on ne fait pas que rire ou sourire à la lecture de ce roman. Il y aussi de l’émotion, car vous vous doutez bien que tout ne peut pas bien se passer. Certaines situations sont prévisibles et j’aurai aimé être un peu plus surprise.

Les personnages sont sympathiques bien que chacune puisse se montrer agaçante à sa façon… Entre celle qui a la grosse tête, l’autre qui ne fait que geindre… Bref… Heureusement, Sean est là mais il renferme tous les traits du stéréotype du prince charmant moderne.

L’écriture et simple et agréable. Cela colle avec l’ambiance légère du roman.

Bref:

Une lecture rafraîchissante.

Si je devais le noter:

3-plumes

Roman·Service Presse

Le Concile de Merlin de Lionel Cruzille

web_merlin_t1_600

Le Concile de Merlin, Tome 1: Le Secret de Lionel Cruzille, Éditions l’Alchimiste

Pour résumer:

An 535. Les Bretons quittent massivement l’Île de Bretagne en proie aux envahisseurs Angles et Saxes. De longs mois se sont écoulés depuis la défaite et la mort d’Arthur à Camlann. Merlin s’est exilé comme beaucoup de ses compatriotes en Armorique. Gwendaëlle, sa fille, le retrouve dans sa demeure secrète au coeur de Brech El Lean. Ils discutent alors de longues heures des inquiétudes du vieux sage dont une particulièrement le préoccupe : la postérité de l’enseignement traditionnel face au pouvoir accru de l’Église. Au petit matin, le vieil homme lui demande de le suivre jusqu’à une clairière où se tiendra, le soir même, une réunion constituée de druides et de moines. Merlin y évoquera ouvertement ses craintes face à l’attitude du clergé. Il y dévoilera un trésor inestimable, depuis longtemps en sa possession et tenu secret : des manuscrits araméens sur la vie du Christ. Merlin souhaite leur partage, en guise de bonne foi, et pense créer ainsi un pont entre Chrétiens et Druides afin de trouver une issue aux crises actuelles. Mais ni l’Église romaine ni certains mages ne sont prêts à bousculer l’ordre établi. Les manuscrits représentent dès lors un danger qu’il leur faut circonscrire…

Ce que j’en pense:

Tout le monde connaît le personnage de Merlin mais dans ce roman nous le découvrons sous un nouveau jour. Il réunit un concile et révèle un lourd secret. De cette révélation tonitruante va découler une succession d’événements.

Ce roman met en avant également une autre vision de ce personnage mythique. Au- delà du magicien génial, j’ai découvert Merlin en tant que père. Le livre suit d’ailleurs le personnage de Gwendaëlle qui est la fille du mage.

Cette oeuvre est donc pleine de rebondissements et a su me tenir en haleine tout au long de ma lecture.

C’est donc une véritable plongée dans un monde mystique et magique. C’est un univers à part qui met en scène des personnages originaux et au fort tempérament.

L’écriture est simple et agréable, c’était un plaisir de lire ce roman.

Bref:

C’est une belle découverte.

Si je devais le noter:

4-plumes

Merci qui?

Merci aux éditions L’Alchimiste pour leur confiance.

Les éditions l'Alchimiste

Roman

La Tresse de Laetitia Colombani

9782253906568-001-t

La Tresse de Laetitia Colombani, Livre de Poche

Pour résumer:

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est réservé et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.
Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Ce que j’en pense:

Si vous avez circulé un minimum sur la Toile ces derniers mois, vous avez dû tomber sur ce petit roman à la couverture jaune. La plupart des avis que j’ai lu sont plutôt positifs mais pourtant, je n’étais pas vraiment pressée de le lire. Ce livre est tombé entre mes mains complètement par hasard. Il était sur le bureau de ma collègue et je lui ai gentiment demandé de me le prêter mais en fait, il était à une autre collègue à qui elle l’avait offert… Bref, finalement, mon autre super collègue me l’a prêtée. Je clos le chapitre où je raconte ma life et je rentre dans le vif du sujet.

Trois destins de femmes qui se mêlent: Smita l’indienne, Giulia la jeune italienne et Sarah la Canadienne dynamique. Un jour, leurs destins basculent mais qui aurait pu penser que si éloignés, leurs destins allaient se rencontrer.

L’intrigue est très prenante et embarque le lecteur dans une vraie belle histoire. J’ai donc suivi tour à tour chaque personnage et partagé un bout de leur vie. J’ai très vite compris où voulait en venir l’auteure et c’est sans surprise que j’ai vu le dénouement arriver.

Les personnages sont clairement la force de ce roman. Ces trois femmes sont attachantes et ont une vraie force de caractère. Elles se battent contre l’adversité et se relèvent de chaque épreuve. J’ai été très admirative de ces protagonistes qui évoluent dans un monde hostile. Elles m’ont également ému par leurs moments de faiblesse et de doute. Ces femmes, ce sont toutes les femmes.

J’ai trouvé le style de l’auteure simple et efficace. Il n’y a pas de fioriture, c’est très agréable à lire. La narration qui alterne entre les trois personnages tressent donc l’histoire de ce roman de façon brillante. C’est donc un vrai petit bijou qui a le mérite de nous remettre les idées en place tout en nous bouleversant.

Bref:

Une vraie belle lecture.

Si je devais le noter:

5-plumes

Y a pas que moi qui en parle:

Stephie

Saxaoul

L’irrégulière

Leiloona

 

 

Roman·Service Presse

Pharaon de Christian Jacq

jacq-christian-pharaon-mon-royaume-est-de-ce-monde-couverture-669x1024

Pharaon de Christian Jacq, XO Éditions

Pour résumer:

« Mon nom est Thoutmosis, et j’ai construit un monde.
Un monde aux frontières menacées par les ténèbres et la barbarie.
Un monde qui aurait pu disparaître sous le poids de l’avidité, du mensonge et de la médiocrité.
Mais j’ai combattu, jour après jour, avec l’aide des dieux pour que rayonne la lumière, et qu’elle nourrisse les humains.
Et mon royaume fut de ce monde. »

Dans la suite des grands romans qui ont fait son succès, Christian Jacq nous fait revivre l’incroyable histoire du pharaon Thoutmosis III (1504-1450), celui que l’on surnomma plus tard le Napoléon égyptien.

Redoutable stratège, guerrier intrépide, Thoutmosis repoussa toutes les attaques contre l’Égypte. Mais l’homme était aussi un savant qui ne cessa de vouloir améliorer le sort de son peuple. Follement épris de la musicienne Satiâh, il fut le premier roi égyptien à être appelé Pharaon.

Ce que j’en pense:

Avec ce roman, Christian Jacq nous livre l’histoire de Thoutmosis III. Lorsqu’il accède au pouvoir, ce pharaon est donné comme perdant et pourtant, il va surprendre tout le monde. Guerrier incroyable, fin stratège, il marquera l’Histoire de l’Égypte.

Le lecteur découvre donc son histoire extraordinaire. La construction de sa gloire et les complots qui seront fomentés contre lui et déjoués. Le personnage des pharaons a toujours intrigué et celui de Thoutmosis ne fait pas exception.

J’ai véritablement découvert ce personnage historique que je connaissais peu. J’ai trouvé l’ensemble très instructif et comme tous les romans de Christian Jacq, très documenté.

Bien que l’ensemble soit agréable, je déplore néanmoins le style un peu trop documentaire. J’ai eu l’impression de lire une succession de faits légèrement arrangés, ce qui est dommage.

Bref:

Un peu déçue.

Si je devais le noter:

3-plumes

Merci qui?

Je remercie les Éditions XO pour leur confiance!

xo-editions