Roman·Service Presse

7 jours pour tout se dire

7 jours pour tout se dire de Florence Clerfeuille, FADM Roman

Pour résumer:

Comment faire le deuil de sa propre existence en une semaine ?
Frédérique, 49 ans, apprend par son médecin qu’il ne lui reste que quelques jours à vivre. Son mari est en déplacement à l’autre bout de la France. Ses deux enfants aussi sont loin d’elle. Il lui faut donc affronter seule ce bouleversement. Et tenter de rester debout. 
Mais comment peut-elle faire face à la colère ? Au désespoir ? Avoir la force de prévenir ceux qu’elle aime ? 
Un inconnu va l’y aider.
7 jours pour tout se dire est une fiction, véritable hymne à la vie, à l’amour et aux valeurs qu’on laisse en héritage.

Ce que j’en pense:

Frédérique, 49 ans, apprend qu’elle n’a plus que sept jours devant elle. Comment va t-elle se préparer à cela?

L’histoire aborde un thème douloureux: la fin de vie. Dès les premières pages, on se met à la place du personnage qui apprend cette terrible nouvelle. Le lecteur assiste à ses premières réactions face à ce verdict. Et forcément, on se questionne. Aurait- on fait la même chose? Quelle aurait été notre réaction? Se pose ensuite la question de l’entourage. Comment leur annoncer la terrible nouvelle? Bref, ce roman a fait turbiner mon cerveau.

L’auteure a doté Frédérique d’une famille très aimante. La relation qui les unit tous est vraiment touchante, rendant l’épreuve d’autant plus douloureuse. La volonté d’accompagnement et la bienveillance sont le maître mot de ce roman qui prend inexorablement aux tripes.

Tout au long de la lecture, j’ai vécu un véritable ascenseur émotionnel. J’ai vécu différentes phases. La claque de l’annonce, la colère et finalement l’acceptation. Naïvement, j’ai cru la mort de Frédérique impossible. Elle ne pouvait pas disparaître comme ça… En quelques pages, elle est devenue une amie que nous aussi nous accompagnons.

Le roman étant écrit à la première personne, on se retrouve vraiment dans la tête de Frédérique. On suit son cheminement intérieur et j’avoue qu’elle fait preuve d’un sacré sang froid. Les derniers chapitres en revanche, livrent le point de vue de son mari et de son ami. L’émotion est terriblement forte car l’inexorable est arrivé.

Pour aborder un tel sujet, il fallait, selon moi, avoir vraiment du cran. Florence Clerfeuille a su éviter les écueils. Son écriture est délicate. Elle ne verse pas dans le drama ou l’exagération. Ici, point de voyeurisme mais de la pudeur. L’auteure arrive donc à traiter ce sujet complexe avec brio, nous embarquant pour sept jours dans la vie de son héroïne.

Bref:

Une grosse claque!

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

Merci qui?

Merci à Florence Clerfeuille pour sa confiance.

Publicités
Roman

La délicatesse du homard

La délicatesse du homard de Laure Manel, Livre de Poche

Pour résumer:

François, directeur d’un centre équestre en Bretagne, découvre, lors d’une promenade à cheval sur la plage, une jeune femme inconsciente au pied d’un rocher. Plutôt que d’appeler les secours, il décide sans trop savoir pourquoi de la ramener chez lui pour la soigner. À son réveil, l’inconnue paraît en bonne santé, mais peu encline à parler. Elle dit s’appeler Elsa mais refuse de répondre à ses questions. Commence alors entre le célibataire endurci et cette âme à vif une étrange cohabitation, où chacun se dévoile peu à peu à l’autre sans pour autant totalement révéler les secrets qui le rongent. Et même si le duo en s’apprivoisant s’apaise, leur carapace peine à se fendre…
Qui est Elsa et quelle vie est-elle en train de fuir ?

Ce que j’en pense:

J’attendais cette lecture avec beaucoup d’impatience. Il faut dire que le résumé donne sacrément envie de découvrir cette histoire. L’intrigue nous livre l’histoire de François qui recueille Elsa. Très farouche au départ, Elsa prend peu à peu ses marques chez François et les deux protagonistes apprennent à s’apprivoiser doucement. Le récit narre comment les deux personnages vont prendre confiance l’un dans l’autre et peu à peu se confier puis s’attacher. Cette histoire d’amitié improbable connaîtra une évolution toute tracé. Tout semble couler naturellement. En elle- même, l’intrigue est vraiment bien.

Néanmoins, les personnages qui portent ce récit m’ont profondément agacés. François cache un passé triste, il a un caractère malléable et accueille chez lui une parfaite inconnue. Il faut avouer qu’il est plutôt sympathique mais son complexe du héros le rend légèrement agaçant. Elsa quant à elle, a aussi un passé compliqué. Elle essaie de se reconstruire mais a visiblement enclenché le mode auto-flagellation permanente. Durant les trois quart du récit, elle geint ou se plaint. C’est très désagréable. Je me suis donc très peu attachée aux personnages. L’histoire est réellement la force de ce roman et c’est celle-ci qui m’a incitée à poursuivre ma lecture.

Laure Manel a pris le parti d’alterner les points de vue de François et Elsa. Ce choix s’avère judicieux. Ainsi, une alternance de rythme et de ton se crée permettant de ne pas se lasser de la lecture. L’ensemble est agréable à lire mais je donnerai un bémol pour la fin qui selon moi tire en longueur.

Bref:

Une belle promesse mais une petite déception.

Si je devais le noter:

3-plumes

Roman

Un peu, beaucoup, à la folie

Un peu, beaucoup, à la folie de Liane Moriartry, Livre de Poche

Pour résumer:

Trois couples épanouis. De charmants enfants. Une amitié solide. Et un barbecue improvisé entre voisins par un beau dimanche ensoleillé : tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment. Alors pourquoi, deux mois plus tard, les invités en gardent-ils un souvenir épouvantable et ne cessent-ils de se répéter : « si seulement nous n’y étions pas allés » ?

Ce que j’en pense:

Clémentine et Erika sont amies depuis l’enfance mais leur relation est étrange. Entre amitié, haine, tendresse et jalousie, les deux amies ont parfois (souvent) du mal à communiquer. Lors d’un barbecue, un malheur arrive et va bouleverser leurs vies.

L’intrigue est terriblement bien tournée. La narration alterne les points de vue des personnages mais fait également des allers retours temporels entre le jour du barbecue et ce que les personnages vivent ensuite. On voit donc comment chacun gère son traumatisme sans pour autant savoir ce qu’il s’est réellement passé. On rentre dans la tête des personnages.

Les deux principales protagonistes sont Erika et Clémentine. Erika est une femme plutôt « coincée » et très secrète et Clémentine est beaucoup trop stressée. Les personnages sont tous très travaillés.

L’histoire est terriblement prenante. Il y a un suspens insoutenable. J’ai eu la sensation d’être prise dans un engrenage. Et c’est au moment où l’on pense que plus rien ne peut arriver que l’autrice nous livre un terrible retournement de situation. En une simple phrase, elle fait basculer l’histoire.

La mécanique semble bien huilée. L’écriture est très agréable et crée une vraie atmosphère.

Bref:

Une lecture palpitante.

Si je devais le noter:

5-plumes

Roman

On la trouvait plutôt jolie

On la trouvait plutôt jolie de Michel Bussi, Pocket

Pour résumer:

« — Qu’est-ce qui ne va pas, Leyli ? Vous êtes jolie. Vous avez trois jolis enfants. Bamby, Alpha, Tidiane. Vous vous en êtes bien sortie.
— Ce sont les apparences, tout ça. Du vent. Il nous manque l’essentiel. Je suis une mauvaise mère. Mes trois enfants sont condamnés. Mon seul espoir est que l’un d’eux, l’un d’eux peut-être, échappe au sortilège.
Elle ferma les yeux. Il demanda encore :
— Qui l’a lancé, ce sortilège ?
— Vous. Moi. La terre entière. Personne n’est innocent dans cette affaire. »
Du désert sahélien à la jungle urbaine marseillaise, une enquête bouleversante en quatre jours et trois nuits…

Ce que j’en pense:

Dans ce roman, Michel Bussi nous livre l’histoire de Leily, une immigrante de Marseille. On découvre des pans de son passé au fil de l’intrigue. On suit également ses enfants Alpha, Bambi et Tidiane. Le récit alterne les aller-retour entre différentes temporalités. Bien évidemment, au centre de ce roman, il y a tout ces personnages et leurs histoires personnelles. Néanmoins, en parallèle, nous suivons une enquête autour d’une série de meurtres.

Encore une fois, Michel Bussi nous montre qu’il sait écrire des intrigues bien menées. Et comme à chaque fois, Michel Bussi a su me surprendre avec un de ces ultimes rebondissements qui me laisse sur les fesses. L’histoire est terriblement prenante.

Les personnages quant à eux sont très mystérieux et j’ai vraiment eu du mal à les cerner au départ. Ils sont bien construits et il est indéniable qu’il y a un gros travail en amont de l’écriture afin que tout ne semble pas bancale. L’auteur semble avoir pensé à tout.

L’écriture est très agréable. J’aime beaucoup le style de Bussi même si au final, c’est un peu la même mécanique à chaque fois. Il a l’art de manier la narration et de rendre fou ses lecteurs.

Bref:

Une lecture agréable.

Si je devais le noter:

4-plumes

Policier/ Thriller·Roman·Service Presse

Au Bout de la Nuit

Au Bout de la Nuit de Bruno Bouzounie, Nouveaux Auteurs

Pour résumer:

Avril 1992. Les membres inférieurs d’un corps sont retrouvés dans le centre ville de Bordeaux. Le seul signalement auquel la police peut se référer est celui d’un homme à la stature hors du commun. Sur fond de rite païen et de légende arthurienne, un jeune lieutenant de police, Damien Sarde, qui vient d’intégrer la PJ, plonge au cœur de sa première enquête. Le criminel va restituer au fil des jours les morceaux du cadavre inconnu, autant de pièces macabres au service d’un puzzle machiavélique. Avec l’aide d’une universitaire québecoise, Damien Sarde découvre peu à peu le rapport entre le meurtre et son passé. Un passé qui, en refaisant surface, va se transformer en cauchemar…

Ce que j’en pense:

Damien est un policier de Bordeaux. L’affaire qu’il doit résoudre est particulièrement épineuse. Des parties de corps sont semés dans toute la ville par un mystérieux Chevalier.

L’intrigue est très prenante et nous plonge d’emblée dans cette enquête sombre et machiavélique. L’ensemble est bien construit et franchement, je n’ai pas vu la fin venir.  Environ vers le milieu du roman, j’ai commencé à élaborer des hypothèses d’éventuels dénouement mais je me suis complètement plantée. La fin a donc été une bonne surprise. La tension et le suspens monte tout au long du récit et c’est un véritable plaisir de lecture. J’ai véritablement frissonné en lisant cette histoire.

Le personnage principal est campé par Damien. Il est la pierre angulaire de ce roman et pourtant, j’aurai aimé que le personnage soit mieux exploité. J’ai trouvé que psychologiquement il n’était pas assez fouillé.

Tout au long du récit, de multiples aller-retour entre passé et présent sont faits mais j’avoue avoir eu un peu de mal à suivre l’ensemble. Je me suis trouvée parfois un peu désappointée par les changements de temporalité.

L’écriture en elle même est fluide et agréable. J’ai trouvé que l’auteur utilisait des mots justes. Il a su ne pas tomber dans le glauque.

Bref:

Une lecture glaçante.

Si je devais le noter:

4-plumes

Merci qui?

Un grand merci aux Nouveaux Auteurs et à Bruno Bouzounie pour leur confiance.

logo

Roman

Gravé dans le sable

Gravé dans le sable de Michel Bussi, Presses de la Cité

Pour résumer:

Quand on s’appelle Lucky, qu’on a la chance du diable, alors peut-être la mort n’est-elle qu’un défi. Un jeu. Ils étaient cent quatre-vingt-huit soldats sur la péniche en ce jour de juin 1944. Et Lucky a misé sa vie contre une hypothétique fortune.
Alice, sa fiancée, sublime et résolue, n’a plus rien à perdre lorsque vingt ans plus tard, elle apprend l’incroyable pacte conclu par Lucky quelques heures avant le Débarquement.
De la Normandie aux Etats-Unis, elle se lance à la quête de la vérité et des témoins…  au risque de réveiller les démons du passé.

Ce que j’en pense:

J’avais adoré Nymphéas Noirs du même auteur et je m’étais jurée de renouveler l’expérience avec Michel Bussi assez rapidement. Malheureusement, les lectures s’enchaînant, je n’ai pas tenu ma promesse. Et voilà que je pars en Normandie pour les vacances de Pâques. Comme j’aime beaucoup assortir mes lectures à mon lieu de vacances (comment ça j’ai un problème psychologique?!), je me suis dit que Gravé dans le sable serait le roman idéal pour accompagner mes escapades.

Je me suis donc plongée avec délectation dans cette lecture et j’ai découvert l’histoire de Alice, une espèce de beauté vengeresse qui veut à tout prix rendre justice à feu son fiancé Lucky, mort durant le débarquement. Une enquête se met rapidement en route, des ponts sont faits entre le présent et le passé. Alice ne lâche rien et je l’ai suivie avec assiduité. L’intrigue est rondement menée. Sournoisement, Michel Bussi dissémine du suspens mais également m’a fait douter. Résultat, les pages se tournent à une vitesse folle et j’ai dévoré le livre…

J’ai adoré les personnages. Alice et son côté guerrière, Lison et son caractère, Lucky et sa folie, Nick et sa petite voix intérieure accompagnent ce récit et l’alimentent de leurs personnalités.

Michel Bussi a une écriture très agréable qui a l’avantage de mettre le lecteur à l’aise (du moins, il m’a mis à l’aise). C’est un plaisir de le lire. J’ai eu la sensation que tout glissait naturellement.

Et que dire des dernières pages? L’auteur nous mène par le bout du nez jusqu’au bout et nous livre une fin qui ne peut que faire sourire le lecteur.

Bref:

Une vraie régalade! Je promets que je n’attendrai pas aussi longtemps pour relire Michel Bussi.

Si je devais le noter:

5-plumes

Roman·Service Presse

Triangle

Triangle de Florent Rigout, Les éditions l’Alchimiste

Pour résumer:

Léa est sur les traces de son père disparu, mais à mesure que son enquête avance, elle voit le mystère s’épaissir autour de ses découvertes. Peu à peu, les choses s’accélèrent puis tout lui échappe. Des voiles se soulèvent pour laisser entrevoir d’étranges récits qui la forceront à remettre en cause sa vision de l’histoire de l’humanité. Mais les interrogations s’accumulent. Pourquoi son père serait-il lié à ces étranges légendes ? Quelle connexion peut-il y avoir entre un ancien corsaire, le scientifique Leibniz, Nikola Tesla, un lama bouddhiste et le premier pharaon d’Égypte ?

Entraînée malgré elle dans une quête sans précédent, bientôt traquée par un énigmatique ordre religieux puis aidée par un homme qu’elle connaît à peine, elle ira jusqu’au bout du monde pour trouver les réponses.

Ce que j’en pense:

Lire Triangle c’est plonger dans une aventure palpitante de plein pieds. Amateurs de rebondissements bienvenus!

Avec son intrigue accrocheuse, Florent Rigout nous entraîne dans le sillage de Léa une jeune femme bien décidée à retrouver son père qui a disparu. Très vite, elle va se retrouver mêlée à une quête ancestrale dont elle ne se doutait pas.

L’histoire regorge de rebondissements et franchement, c’est une véritable aventure que nous suivons. J’ai aimé ce rythme effréné et les surprises qui m’ont cueillies à tout moment de ma lecture.

Le personnage de Léa est très attachant avec un fort caractère. Il faut dire que pour se lancer dans une telle quête, il faut avoir des tripes. Autour d’elle gravitent de nombreux personnages masculins plus ou moins dangereux. J’avoue que je me suis méfiée de la plupart des personnages ayant peur de me faire avoir. Il est tellement facile de s’attacher à un personnage qui s’avère quelques pages plus loin être un judas!

L’écriture est vraiment agréable, un  peu musclée comme je l’aime. L’ensemble est vraiment bien construit.

Bref:

Une lecture palpitante.

Si je devais le noter:

4-plumes

Merci qui?

Un grand merci aux éditions l’Alchimiste pour leur confiance.

Les éditions l'Alchimiste