Classique·Roman

Au Bonheur des Dames

Au Bonheur des Dames d’Emile Zola, Livre de Poche

Pour résumer:

Octave Mouret affole les femmes de désir. Son grand magasin parisien, Au Bonheur des Dames, est un paradis pour les sens. Les tissus s’amoncellent, éblouissants, délicats. Tout ce qu’une femme peut acheter en 1883, Octave Mouret le vend, avec des techniques révolutionnaires. Le succès est immense. Mais ce bazar est une catastrophe pour le quartier, les petits commerces meurent, les spéculations immobilières se multiplient. Et le personnel connaît une vie d’enfer. Denise échoue de Valognes dans cette fournaise, démunie mais tenace.

Ce que j’en pense:

La série des Rougon Macquart est une de mes séries littéraires préférées. Emile Zola est sans conteste un de mes auteurs chouchous et Au Bonheur des Dames reste gravé dans ma mémoire depuis un bon moment. Récemment, j’ai recroisé ce roman sur un blog. L’ayant lu dans mon adolescences (pas si lointaine…hum hum), et en ayant gardé un excellent souvenir, je me suis dit qu’il serait intéressant de me replonger dans cette lecture afin de voir si elle me faisait le même effet.

Me voilà donc avec ma vieille édition, sur mon canapé et emmitouflée sous mon plaid, prête à me plonger dans l’univers de la naissance des grands magasins. J’avoue avoir eu quelques appréhensions, car les goûts changent au fil du temps. Mon angoisse a été balayée dès les premières lignes. Je me suis retrouvée avec plaisir dans le Paris d’antan en pleine mutation. J’ai suivi la vie de Denise, cette pauvre orpheline qui débarque à la capitale avec ses deux jeunes frères pour gagner sa vie. J’ai frissonné lorsqu’elle avait froid et je suis moi aussi tombée sous le charme d’Octave Mouret. J’ai aimé l’ambiance bouillonnante des grands magasins et les descriptions fourmillantes de détails de Zola.

Au- delà d’une histoire et de personnages forts, Emile Zola nous taille le portrait d’une société en pleine évolution. Il raconte les petits commerces crevants de faim et les grands magasins dégueulants de richesse. Finalement, tout ceci sonne encore malheureusement tellement juste. Emile Zola a cet œil visionnaire qui fait que son roman reste actuel encore au 21ème siècle. Il narre avec brio ce Paris en mutation sur fond d’une histoire d’amour qui confronte deux classes sociales.

Comme à chaque fois avec Emile Zola, je suis subjuguée par son style, ses descriptions et l’ambiance si réaliste qui se dégage de ses romans. J’ai donc fortement apprécié cette relecture qui m’a donné envie de relire un autre roman de la série: Le Ventre de Paris.

 

Ma chronique en vidéo:

Roman·Service Presse·Young Adult

Le Vol d’Icare

Le Vol d’Icare de Christine Deroin, Le Muscadier

Pour résumer:

Valentin a dix ans quand il arrive dans sa nouvelle école. Sur un mur de sa classe est affichée une reproduction du collage de Matisse « Icare ». Valentin fera comme Icare, il volera. Valentin fera mieux qu’Icare, il volera loin, très loin. Il en est certain.

Enfin, pas toujours. Parfois, il est aussi certain d’être le plus nul des garçons.

Ce que j’en pense:

Le Vol d’Icare nous narre l’histoire de Valentin, un petit garçon au caractère particulier. Le livre alterne des moments de la vie de Valentin qui est le narrateur et des moments « psy » qui sont beaucoup plus informatifs et visent à nous éclairer sur la bipolarité chez les enfants.

Christine Deroin se met donc dans la peau d’un enfant bipolaire et exprime ses peurs, ses angoisses mais également sa souffrance face aux regards des autres. Avec beaucoup de justesse et de sensibilité, elle met des mots sur les maux de cet enfant. De plus, elle utilise un vocabulaire simple ce qui rend beaucoup plus crédible le fait que ce soit Valentin qui raconte. Ainsi, le lecteur éprouve de l’empathie pour le personnage.

Le versant psy est rédigé par Angélique Excoffier. Elle éclaire de façon plus formelle les troubles de la bipolarité. Elle explique les symptômes et les différentes solutions qui peuvent être envisagées face à ce trouble difficile à déceler chez les enfants. Ainsi, elle donne une autre dimension au texte et apporte un côté plus pédagogique. Angélique Excoffier s’exprime clairement et avec des mots simples ce qui facilite la compréhension.

En somme, Le Vol d’Icare a su m’émouvoir par son pan romancé et avec l’histoire de Valentin mais il a su également m’intéresser à un trouble peu connu par son pan psy.

Je tiens à remercier les éditions Le Muscadier pour leur confiance.

Le Muscadier

Ma chronique en vidéo:

Littérature de Jeunesse·Roman

Les quatre filles du Docteur March

Les quatre filles du Docteur March de Louisa May Alcott, Folio Junior

Pour résumer:

Une année, avec ses joies et ses peines, de la vie de Meg, Jo, Beth et Amy March, quatre sœurs âgées de onze à seize ans. Leur père absent – la guerre de Sécession fait rage et il est aumônier dans l’armée nordiste -, elles aident leur mère à assumer les tâches quotidiennes. Ce qu’elles font avec leur caractère bien différent: Meg, la romantique, qui va éprouver les émois d’un premier amour; Jo, qui ne se départit jamais d’un humour à toute épreuve; la généreuse Beth; la blonde Amy, enfin, qui se laisse aller parfois à une certaine vanité…

Ce que j’en pense:

C’est en discutant avec mes collègues de travail que mon envie de découvrir ce classique s’est réveillée. En effet, elles savent que je lis beaucoup et étaient très surprises que je ne connaisse pas ce titre. Alors forcément, je connaissais  de nom mais sans plus. Du coup, j’ai voulu découvrir ce titre.

Me voilà donc plongée dans l’histoire des Quatre filles du Docteur March:  Meg, Jo, Beth et Amy. Leur père, le fameux docteur, est absent du foyer familial car il est à la guerre et et les jeunes femmes sont donc obligées de subvenir elles mêmes à leurs besoins. Je ne vais pas vous mentir, je ne me suis pas franchement passionnée pour cette histoire dans laquelle il ne se passe pas grand chose.

Au- delà, de l’intrigue, j’ai également trouvé les personnages antipathiques. La seule qui a grâce à mes yeux est Jo. Cette dernière a un caractère bien trempé et cela donne un peu de relief à cette histoire bien morne. Pour les autres personnages, j’ai eu l’impression qu’ils étaient plus stéréotypés les uns que les autres.

Le style de l’auteure est très classique et colle parfaitement au style de l’époque où il a été écrit. L’ensemble est plein de leçons de morales et de bons sentiments. Avec du recul, je pense tout simplement que j’ai passé l’âge de ce genre de lecture. Ce roman aurait pu me séduire il y a quelques années mais ici, il n’a fait que m’agacer.

Bref, je n’ai pas été séduite par ce classique.

 

Ma chronique en vidéo:

Roman·Service Presse

La dixième muse

La dixième muse d’Alexandra Koszelyk, Aux Forges de Vulcain

Pour résumer:

Au cimetière du Père Lachaise, des racines ont engorgé les canalisations. Alors qu’il assiste aux travaux, Florent s’égare dans les allées silencieuses et découvre la tombe de Guillaume Apollinaire. En guise de souvenir, le jeune homme rapporte chez lui un mystérieux morceau de bois. Naît alors dans son cœur une passion dévorante pour le poète de la modernité.
Entre rêveries, égarements et hallucinations vont défiler les muses du poète et les souvenirs d’une divinité oubliée : Florent doit-il accepter sa folie, ou croire en l’inconcevable ?

Ce que j’en pense:

C’est toujours une drôle d’expérience de lire le roman de quelqu’un que vous avez côtoyé lors des ateliers d’écriture. Alexandra Koszelyk a sorti son premier roman en 2019 et je n’ai pas eu l’occasion de le lire. Mais là, lorsque j’ai eu le privilège (merci les éditions Aux Forges de Vulcain) de lire son deuxième roman en avant première, j’ai sauté sur l’occasion.

J’adorais déjà, à l’époque, lire les textes d’Alexandra le lundi. Son style m’a toujours fascinée. Mais entre écrire un petit texte et écrire un roman, il y a un gouffre qu’il est parfois difficile de franchir… Voyons comment elle s’en est sortie.

La dixième muse nous plonge dans un univers entre rêve et réalité. Nous suivons le personnage de Florent qui lors d’une balade dans le cimetière du Père Lachaise se retrouve face à la tombe de Guillaume Apollinaire. Allez savoir pourquoi exactement, il ramène en souvenir de cette expédition un morceau de bois. C’est à partir de ce moment que tout bascule. Ce simple bout de tronc va changer la vie de Florent, le transportant dans la vie de proche de Guillaume Apollinaire. Ces « voyages » vont alors éveiller chez lui une curiosité dévorante qui va le mener dans le sillage du poète.

L’histoire est vraiment originale et j’avoue que j’ai beaucoup aimé ces aller-retour entre rêve et réalité. Au début, la frontière entre les deux « mondes » est d’ailleurs clairement définie mais, plus l’on avance dans la lecture, et plus cela devient flou. Ce mélange atteint son climax dans les derniers chapitres qui viennent clôturer l’aventure de Florent. J’ai adoré me mettre dans la peau des proches de Guillaume Apollinaire, découvrant à travers leurs yeux, la vie de ce poète. Il faut admettre que l’écriture de ce roman a dû demander un véritable travail de fourmi en amont.

J’ai donc suivi le personnage de Florent et j’avoue que je ne l’ai pas vraiment apprécié. Du moins, il m’a un peu agacée par certains côtés. En fait, j’étais tellement obnubilée par les passages parlant de Guillaume Apollinaire que ceux qui mettaient en scène Florent m’ont moins séduite. Finalement, j’ai un peu fait comme le personnage et je me suis prise de passion pour le poète, voulant en savoir plus. 

Le style de l’auteure est très agréable. Les tournures de phrases sont poétiques. il y a quelque chose d’onirique dans cette écriture.

Bref, j’ai vraiment apprécié cette lecture qui a su me séduire et me transporter. De plus, cela m’a donnée envie de redécouvrir Apollinaire. Je vous conseille donc vivement cette lecture.

5-plumes

Merci encore aux éditions Aux Forges de Vulcain pour leur confiance. 

Aux Forges de Vulcain — Wikipédia

Ma chronique en vidéo:

Roman·Romance

Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent

Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent de Elie Grimes, Livre de Poche

Pour résumer:

Zoey est la sœur de Dalton et la meilleure amie d’Adrian, à qui sa tante Vic voudrait bien la voir mariée. À trente ans à peine, elle a monté sa propre entreprise de traiteur avec Sally, son assistante, devenue amie, qui aime bien Dalton. Elle n’écoute jamais les conseils de Fran, sa mère, ou de Nana, sa grand-mère adorée, mais se confie le soir à son chat, Sushi. Sinon, la vie de Zoey n’est pas compliquée. Encore moins quand elle rencontre Matthew Ziegler, le critique gastronomique le plus influent de New York, un type parfaitement imbuvable qui semble bien décidé à mettre sa cuisine à l’épreuve, jusque dans les moindres détails…

Ce que j’en pense:

En ce début d’année, je vais vous parler d’une lecture un peu légère, manière de pas se plomber le moral trop vite! Avec Les gentilles filles… vous allez vous plonger dans la vie rocambolesque de Zoey. Alors, il faut dire qu’elle ne s’ennuie pas la madame. Entre son boulot et les multiples maladresses et quiproquos qui s’alignent dans son sillage, on peut dire que sa vie n’est pas une promenade de santé. Alors, certes, si on a lu un minimum de livres romantiques et que l’on a regardé quelques téléfilms de Noël, on va vite voir le truc venir. Il faut dire que tout est cousu de fil blanc. Cela aurait pu me déranger, mais il s’avère que dans ce cas pas du tout! J’ai aimé les rebondissements cocasses et j’ai trouvé que le roman était bien rythmé. Bref, je ne me suis pas ennuyée une minute.

Les personnages du roman sont un peu caricaturaux sur les bords mais ils sont tout de même très attachants. Zoey m’a énormément fait rire mais elle m’a également beaucoup émue. J’ai apprécié le personnage de Matthew pour sa complexité. Néanmoins, j’aurai aimé que ce personnage soit plus approfondi. La quasi totalité des protagonistes a finalement réussi à me surprendre à un moment donné et j’ai trouvé cela plutôt agréable.

L’ensemble est écrit dans un style léger et frais. Ce roman est rempli d’humour et j’ai passé un vrai bon moment. Je ne pense pas qu’il me laissera un souvenir impérissable mais il aura eu le mérite de me divertir et de me faire sourire.

4-plumes

Ma chronique en vidéo: