Service Presse·Young Adult

Pointe Noire, Mordue

Pointe Noire, Mordue de Florence Cabre

Pour résumer:

Kasandra Lovim est élevée par sa grand-mère, Anne Coussou, une quimboiseuse excentrique, à Pointe-Noire en Guadeloupe. La jeune fille qui a presque dix-huit ans se réveille un matin, paralysée dans d’effroyables douleurs. Anne s’affole lorsqu’elle s’aperçoit que la marque en forme de lune sur son cou a viré au rouge cramoisi. Kasandra est en train de transmuter ! Quels mystères et dangers se cachent derrière cette transformation ? Elle n’ose en parler à ses amis lorsqu’elle rencontre Léonard Savage, un nouvel élève du lycée, dont la beauté fascinante et inquiétante la trouble au point de lui provoquer des étourdissements. Elle s’imagine, alors, vivant à ses côtés dans une autre réalité, un autre siècle. Entre ses rêves étrangement tangibles et ses nouvelles aptitudes, Kasandra devra affronter ses propres démons pour découvrir sa vraie nature.

Ce que j’en pense:

Lorsque Florence Cabre m’a gentiment proposée de lire son nouveau roman, je me suis jetée sur l’occasion. Il faut dire que le série Iris Chevalier m’avait tellement plu, que je suis allée vers ce nouveau opus les yeux fermés.

Alors que Iris visait un public plus jeune, avec Mordue, Florence Cabre vise un public plus mature, plus adolescent. L’auteure surfe sur la vague des vampires et je me suis rapidement prise au jeu de son intrigue. Il faut dire que tout commence avec le personnage de Kasandra, qui ne sait pas vraiment ce qu’il lui arrive. Le lecteur arrive au moment où tout va basculer pour elle.

L’histoire est passionnante et j’avoue que au départ je me suis dit: « Pfff encore une histoire de vampires… » Mais nooooon! Il n’en est rien, c’est bien plus compliqué que cela. L’intrigue est travaillée et sort de l’ordinaire. Je me suis laissée prendre et surprendre. La tension monte lentement tout au long du roman et c’est un pur délice.

Les personnages sont également bien construits. On ne tombe pas trop dans le pathos de l’adolescente qui se pose trop de questions (merci Florence!). D’ailleurs, l’auteure arrive à impulser une belle évolution à Kasandra et c’est vraiment appréciable.

Comme à chaque fois, l’écriture et le style son accrocheur et j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette nouvelle aventure.

Bref:

J’ai adoré! La fin reste ouverte pour un deuxième tome…

Si je devais le noter:

5-plumes

Merci qui?

Un grand merci à Florence Cabre pour avoir renouveler sa confiance en moi.

Publicités
Roman·Service Presse

Danser au rythme des saisons

Danser au rythme des saisons de Rebecca Di Giusto, Editions Spinelle

Pour résumer:

Arrivée à l’automne de sa vie, Françoise se remémore, ses bonheurs, ses peines. 
Souvenir familial, sur quatre générations de femmes, liées par un secret de famille et souvenir d’un amour qui la conduira au bout du monde ! Mais le chemin de la passion et de la liberté sera semé d’embûches : pertes, revers, désillusions…
Tabou, deuil, divorce, maladie, psychologie mais aussi amour, amitié, courage, positivisme, espérance… transforment ce récit littéraire en roman sociologique, teinté d’événements historiques en filigrane et d’une promesse d’évasion et de dépaysement, sur fond de nature australienne et autres îles du Pacifique.

Ce que j’en pense:

Avec Danser au rythme des saisons, Rebecca Di Giusto m’a transportée dans un véritable récit de vie. En effet, j’ai découvert Françoise, une femme à l’automne de sa vie qui raconte justement comment elle en est arrivée où elle en est. C’est donc avec une certaine curiosité, que je me suis plongée dans le passé de ce personnage. Finalement, Françoise s’avère être une personne comme les autres. Ce qui lui arrive peut arriver à n’importe qui. C’est avec un ton humble, qu’elle déroule donc au fil des pages son enfance, son adolescence, ses joies, ses peines et ses désillusions.

Alors forcément, on en vient à l’apprécier Françoise. Elle nous attendrit. J’ai voulu tour à tour la secouer ou encore la prendre dans mes bras. Françoise devient une amie, une personne que l’on connaît sans jamais vraiment l’avoir rencontré. En nous dévoilant ses plus profonds secrets, l’auteure réussit à nous faire oublier que tout ceci n’est finalement qu’un roman.

L’écriture est très agréable et j’ai eu la sensation d’assister à une véritable conversation.

La fin du roman est terrible… Attachée au personnage de Françoise, il est difficile d’accepter de lui dire au revoir.

Bref:

Un beau récit.

Si je devais le noter:

5-plumes

Merci qui?

Merci à Rebecca Di Giusto pour la confiance qu’elle m’a accordée, ainsi qu’aux Éditions SpinelleÉditions Spinelle.

Editions Spinelle

Album Jeunesse·Service Presse

La bonne soupe de l’ogre

La bonne soupe de l’ogre de Catherine Tamain et Marjorie Béal, Beurre Salé

Pour résumer:

Tu as faim, l’ogre ? Pars avec moi à la découverte des légumes du potager. On va cuisiner une bonne soupe ! Troisième aventure de l’ogre et de son amie Margotte, après « L’ogre, Margotte et la galette » et « Le carnaval de l’ogre ».

Ce que j’en pense:

Ce petit album est une véritable bouffée de fraîcheur. L’histoire de cet ogre qui a terriblement faim mais ne veut pas manger de soupe, est très sympathique. Avec ce personnage au grand cœur et son amie Margotte, les plus jeunes lecteurs partent à la découverte des légumes. On y apprend que les légumes ne sont pas tous verts et que pour les rendre plus beaux, il faut utiliser du caca de vache (éclat de rires assurés). Le récit est ponctué par des références à des comptines enfantines dont les paroles sont retranscrites à la fin de l’album.

L’esthétique est très colorée. De mon point de vue, les dessins sont un peu trop « carrés ». Je préfère les dessins plus en rondeurs. En revanche, mes deux filles ont adoré et nous le lisons tous les soirs depuis une semaine.

Bref:

Un petit album tout mignon qui séduira les petits comme les grands.

Si je devais le noter:

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mots d’enfant:

Viens maman, on chante toutes les chansons!

Merci qui?

Je tiens à remercier Babelio et les éditions Beurre Salé pour leur confiance.

Roman·Service Presse

Le Concile de Merlin de Lionel Cruzille

web_merlin_t1_600

Le Concile de Merlin, Tome 1: Le Secret de Lionel Cruzille, Éditions l’Alchimiste

Pour résumer:

An 535. Les Bretons quittent massivement l’Île de Bretagne en proie aux envahisseurs Angles et Saxes. De longs mois se sont écoulés depuis la défaite et la mort d’Arthur à Camlann. Merlin s’est exilé comme beaucoup de ses compatriotes en Armorique. Gwendaëlle, sa fille, le retrouve dans sa demeure secrète au coeur de Brech El Lean. Ils discutent alors de longues heures des inquiétudes du vieux sage dont une particulièrement le préoccupe : la postérité de l’enseignement traditionnel face au pouvoir accru de l’Église. Au petit matin, le vieil homme lui demande de le suivre jusqu’à une clairière où se tiendra, le soir même, une réunion constituée de druides et de moines. Merlin y évoquera ouvertement ses craintes face à l’attitude du clergé. Il y dévoilera un trésor inestimable, depuis longtemps en sa possession et tenu secret : des manuscrits araméens sur la vie du Christ. Merlin souhaite leur partage, en guise de bonne foi, et pense créer ainsi un pont entre Chrétiens et Druides afin de trouver une issue aux crises actuelles. Mais ni l’Église romaine ni certains mages ne sont prêts à bousculer l’ordre établi. Les manuscrits représentent dès lors un danger qu’il leur faut circonscrire…

Ce que j’en pense:

Tout le monde connaît le personnage de Merlin mais dans ce roman nous le découvrons sous un nouveau jour. Il réunit un concile et révèle un lourd secret. De cette révélation tonitruante va découler une succession d’événements.

Ce roman met en avant également une autre vision de ce personnage mythique. Au- delà du magicien génial, j’ai découvert Merlin en tant que père. Le livre suit d’ailleurs le personnage de Gwendaëlle qui est la fille du mage.

Cette oeuvre est donc pleine de rebondissements et a su me tenir en haleine tout au long de ma lecture.

C’est donc une véritable plongée dans un monde mystique et magique. C’est un univers à part qui met en scène des personnages originaux et au fort tempérament.

L’écriture est simple et agréable, c’était un plaisir de lire ce roman.

Bref:

C’est une belle découverte.

Si je devais le noter:

4-plumes

Merci qui?

Merci aux éditions L’Alchimiste pour leur confiance.

Les éditions l'Alchimiste

Policier/ Thriller·Service Presse

La frileuse de Nicole Buresi

9782367951263_1_75

La Frileuse de Nicole Buresi, Chèvre Feuille Étoilée

Pour résumer:

Hubert de Vérangis s’effondre sans crier gare à l’heure de l’apéritif.
Jean, son secrétaire, est dans la pièce voisine. Principal suspect, il entreprend d’écrire une sorte de journal de l’enquête menée par le commissaire Letonner.
Témoin et acteur du drame à huis clos où les personnages révèlent peu à peu leurs secrets, Jean a aussi ses ambiguïtés, ses pulsions, ses zones d’ombre.
Très inquiet sur son sort, trouvera- t-il auprès de son cousin Paul le soutien qu’il en attend ?
Sur fond de magouilles politiques, le jeu, le sexe, l’argent, l’amour tirent les ficelles. Qui manipule qui ? Qui est victime, qui est innocent ?
Au centre de la grande maison, immobile, se tient la statue de La Frileuse. Tous tournent autour d’elle, comme autour de la fascinante Clarisse. Est-ce uniquement par amour de l’art ?

Ce que j’en pense:

Hubert de Vérangis meurt brutalement. Le commissaire Letonner mène l’enquête. Nous suivons Jean le fidèle secrétaire du mort. Jean a un regard incisif sur ce qui l’entoure et s’avère être un personnage trouble.

Cette narration en « je » savamment construite constitue un roman noir au suspens haletant. L’ambiance de huis clos vient rajouter de la tension à ce récit. L’intrigue renferme de multiples rebondissements qui donnent un bon rythme à l’ensemble.

L’écriture est agréable et très finement construite. L’auteure use de divers subterfuges pour perdre son lecteur et brouiller les pistes. Mais à trop vouloir tenir son public en haleine, on risque de tomber dans de vilains travers. Nicole Buresi use et abuse des rebondissements jusqu’à la toute fin du roman. Malheureusement, cela m’a lassé et j’avoue que la fin m’a paru bien trop longue.

Bref:

Un roman inégal qui ne m’a pas complètement conquise.

Si je devais le noter:

1-plume

Merci qui?

Je remercie Babelio et Chèvre Feuille Étoilée pour leur confiance.

Babelio

alt-icon

 

 

Roman·Service Presse

Pharaon de Christian Jacq

jacq-christian-pharaon-mon-royaume-est-de-ce-monde-couverture-669x1024

Pharaon de Christian Jacq, XO Éditions

Pour résumer:

« Mon nom est Thoutmosis, et j’ai construit un monde.
Un monde aux frontières menacées par les ténèbres et la barbarie.
Un monde qui aurait pu disparaître sous le poids de l’avidité, du mensonge et de la médiocrité.
Mais j’ai combattu, jour après jour, avec l’aide des dieux pour que rayonne la lumière, et qu’elle nourrisse les humains.
Et mon royaume fut de ce monde. »

Dans la suite des grands romans qui ont fait son succès, Christian Jacq nous fait revivre l’incroyable histoire du pharaon Thoutmosis III (1504-1450), celui que l’on surnomma plus tard le Napoléon égyptien.

Redoutable stratège, guerrier intrépide, Thoutmosis repoussa toutes les attaques contre l’Égypte. Mais l’homme était aussi un savant qui ne cessa de vouloir améliorer le sort de son peuple. Follement épris de la musicienne Satiâh, il fut le premier roi égyptien à être appelé Pharaon.

Ce que j’en pense:

Avec ce roman, Christian Jacq nous livre l’histoire de Thoutmosis III. Lorsqu’il accède au pouvoir, ce pharaon est donné comme perdant et pourtant, il va surprendre tout le monde. Guerrier incroyable, fin stratège, il marquera l’Histoire de l’Égypte.

Le lecteur découvre donc son histoire extraordinaire. La construction de sa gloire et les complots qui seront fomentés contre lui et déjoués. Le personnage des pharaons a toujours intrigué et celui de Thoutmosis ne fait pas exception.

J’ai véritablement découvert ce personnage historique que je connaissais peu. J’ai trouvé l’ensemble très instructif et comme tous les romans de Christian Jacq, très documenté.

Bien que l’ensemble soit agréable, je déplore néanmoins le style un peu trop documentaire. J’ai eu l’impression de lire une succession de faits légèrement arrangés, ce qui est dommage.

Bref:

Un peu déçue.

Si je devais le noter:

3-plumes

Merci qui?

Je remercie les Éditions XO pour leur confiance!

xo-editions

 

Littérature de Jeunesse·Service Presse

Arlo Finch, Tome 1: Le Mystère des Longs Bois de John August

9782745997524

Arlo Finch, Tome 1: Le Mystère des Longs Bois de John August, Milan Jeunesse

Pour résumer:

« Je protège la nature
Je défends les plus faibles,
J’éclaire les sentiers,
Et cherche la droiture.
Esprits de la forêt, entendez-moi
Prononcer mon Serment du ranger »

Quand Arlo rejoint les Rangers de Pine Mountain, il n’imagine pas que, dans les mystérieux Longs Bois qui entourent la ville, certaines pistes le mèneront à la magie… et d’autres au danger.

Ce que j’en pense:

Il y a des heureux hasards lors des Masses Critiques du site Babelio. Cette lecture en fait sans aucun doute partie.

Arlo est un jeune garçon qui aménage à Pine Mountain, la ville où sa mère a grandi. Il y découvre son oncle, un taxidermiste ermite et les rangers. Cherchant à se faire des amis, Arlo s’engage tête baissé dans cette compagnie de jeunes. Sa vie va alors prendre une drôle de tournure.

Le personnage principal va connaître quelques mésaventures aux allures fantastiques. Il va croiser des créatures merveilleuses mais dangereuses. Et surtout, il semble que l’on en veuille à sa vie.

Le roman est pleins de rebondissements et saura sans aucun doute tenir en haleine les plus jeunes lecteurs. Agréable à lire, il a l’avantage de présenter des personnages attachants.

En effet, comment ne pas aimer Arlo? Il est jeune et complètement paumé. Il ressemble étrangement à Harry Potter dans les premiers romans mais sans les lunettes et la cicatrice. De plus, son petit groupe d’amis possède l’art de se mettre dans des situations épineuses desquelles ils se sortent avec chaos et brio.

Je me suis complètement laissée emporter par cette histoire et par ces protagonistes.

L’écriture est adaptée au public visé. Le livre est conseillé aux 10 ans et plus.

Bref:

Une super lecture!

Si je devais le noter:

5-plumes

Merci qui?

Je remercie Babelio et les éditions Milan Jeunesse pour leur confiance.

Babelio

Logo Milan Editions, éditeur jeunesse