Littérature de Jeunesse·Service Presse

Elsa

Elsa de Marie F

Pour résumer:

Elsa jeune fille de 17 ans, découvre sa mère gravement malade. À son chevet, grâce à son grimoire, elle trouve la recette pour la guérir et part à la recherche des ingrédients. Au cours de son voyage, elle fera des rencontres pour le moins surprenantes et prendra connaissance d’un secret au fil de ses aventures. 
Réussira-t-elle à sauver sa mère ?
Quelles révélations découvrira-t-elle ?
Comment Elsa fera-t-elle face à la vérité ? 
Parviendra-t-elle au bout du périple ?

Ce que j’en pense:

Ce roman jeunesse au pitch alléchant m’a de suite accroché l’œil, alors lorsque l’autrice m’a proposé de le découvrir, je me suis jetée avec ravissement dans cette lecture.

L’histoire est plutôt simple, la jeune Elsa va devoir se surpasser et se montrer courageuse afin de sauver la vie de sa mère malade. J’ai trouvé que l’intrigue allait un peu trop vite. Les situations n’ont pas le temps de s’installer que déjà nous sommes passés à la suite. J’aurai préféré que tout se déroule un peu plus lentement, j’aurai aimé savourer un peu plus.

Avec ce roman, j’ai découvert un univers inédit. Effectivement, Marie F a crée un monde féerique où les personnages de contes de fées se côtoient. L’autrice a donc le mérite de mettre en place une atmosphère qui lui est spécifique.

Le personnage principal de Elsa est au centre de tout le récit. C’est une jeune fille de 17 ans qui n’a peur de rien. Son seul défaut selon moi, poser mille questions à la minute. Elsa ne cesse de se questionner et de questionner les autres, j’ai trouvé cela un peu…pénible.

Le style de l’auteur est adapté au public visé, simple et efficace. Il n’y a pas trop de descriptions qui peuvent vite lasser le jeune public et les actions s’enchaînent dans un univers qui séduira les plus jeunes lecteurs.

Bref:

Une lecture en demie- teinte.

Si je devais le noter:

3-plumes

Merci qui?

Merci à Marie F pour sa confiance.

Publicités
Roman·Service Presse

Triangle

Triangle de Florent Rigout, Les éditions l’Alchimiste

Pour résumer:

Léa est sur les traces de son père disparu, mais à mesure que son enquête avance, elle voit le mystère s’épaissir autour de ses découvertes. Peu à peu, les choses s’accélèrent puis tout lui échappe. Des voiles se soulèvent pour laisser entrevoir d’étranges récits qui la forceront à remettre en cause sa vision de l’histoire de l’humanité. Mais les interrogations s’accumulent. Pourquoi son père serait-il lié à ces étranges légendes ? Quelle connexion peut-il y avoir entre un ancien corsaire, le scientifique Leibniz, Nikola Tesla, un lama bouddhiste et le premier pharaon d’Égypte ?

Entraînée malgré elle dans une quête sans précédent, bientôt traquée par un énigmatique ordre religieux puis aidée par un homme qu’elle connaît à peine, elle ira jusqu’au bout du monde pour trouver les réponses.

Ce que j’en pense:

Lire Triangle c’est plonger dans une aventure palpitante de plein pieds. Amateurs de rebondissements bienvenus!

Avec son intrigue accrocheuse, Florent Rigout nous entraîne dans le sillage de Léa une jeune femme bien décidée à retrouver son père qui a disparu. Très vite, elle va se retrouver mêlée à une quête ancestrale dont elle ne se doutait pas.

L’histoire regorge de rebondissements et franchement, c’est une véritable aventure que nous suivons. J’ai aimé ce rythme effréné et les surprises qui m’ont cueillies à tout moment de ma lecture.

Le personnage de Léa est très attachant avec un fort caractère. Il faut dire que pour se lancer dans une telle quête, il faut avoir des tripes. Autour d’elle gravitent de nombreux personnages masculins plus ou moins dangereux. J’avoue que je me suis méfiée de la plupart des personnages ayant peur de me faire avoir. Il est tellement facile de s’attacher à un personnage qui s’avère quelques pages plus loin être un judas!

L’écriture est vraiment agréable, un  peu musclée comme je l’aime. L’ensemble est vraiment bien construit.

Bref:

Une lecture palpitante.

Si je devais le noter:

4-plumes

Merci qui?

Un grand merci aux éditions l’Alchimiste pour leur confiance.

Les éditions l'Alchimiste

Roman·Service Presse

Les Décharnés

Les Décharnés de Paul Clément

Pour résumer:

Une journée de juin comme une autre en Provence. Blessé à la cheville, Patrick, un agriculteur de la région, asocial et vieillissant, ne souhaite qu’une chose : se remettre au plus vite pour retrouver la monotonie de sa vie, rythmée par un travail acharné.

Mais le monde bascule dans l’horreur lorsque les automobilistes, coincés dans un embouteillage non loin de chez lui, se transforment soudain en fous assoiffés de sang… de sang humain. S’il veut survivre, Patrick doit non seulement faire face à ces démons qui frappent à sa porte mais aussi à ceux, plus sournois, qui l’assaillent intérieurement.

Et si cette petite fille, qu’il prend sous son aile, parvenait à le ramener, lui, vieux loup solitaire, dans le monde des vivants ?

Ce que j’en pense:

Avec cette lecture, je sors clairement de ma zone de confort. Il faut avouer que la couverture donne le ton. Alors certes, il y a du soleil, ça sent bon ma chère Provence mais là, ça fait aussi sérieusement flipper!

Bref… Dans ce roman, j’ai découvert le personnage de Patrick, un paysan misanthrope qui se retrouve en pleine invasion de zombies. Alors que celui- ci est un monstre d’égoïsme, il sauve Emma, une petite fille dont la mère vient de se faire dévorer. S’en suit une fuite où les deux acolytes vont devoir essayer de survivre.

Le roman ne manque pas de rebondissements, mais je n’ai malheureusement pas accroché à l’histoire. Les zombies… ça m’angoisse… La course perpétuelle pour la survie, ça me donne des palpitations et des bouffées d’angoisse! Imaginez donc mon état durant ma lecture! Heureusement, j’ai survécu!

Outre la présence omniprésente des zombies et de la pourriture humaine, je n’ai pas accroché avec les personnages… Il faut dire que bien que connaissant une belle évolution de sa mentalité tout au long du roman, le personnage de Patrick m’a tout de suite mise hors de moi. J’ai vraiment eu du mal à le supporter.

Emma quant à elle, est le deuxième pan de ce duo. Certains penseront sûrement que cette petite fille qui vient de perdre sa maman est adorable et courageuse mais là aussi, j’ai eu beaucoup de mal à accrocher avec le personnage.

Et pourtant, le style de l’auteur n’est pas désagréable. C’est même plutôt fluide et agréable à lire.

Malheureusement, l’ambiance apocalyptique générale et les personnages ne m’ont vraiment pas séduits. Peut être que ce roman est arrivé au mauvais moment dans ma vie? Peut être que je n’aurai pas dû sortir de ma zone de confort? Je ne sais pas. Mais en tout, cas, avec moi, la mayonnaise n’a pas pris.

Bref:

Je n’ai pas apprécié cette lecture.

Si je devais le noter:

1-plume

Merci qui?

Merci à Babelio qui m’a envoyé ce roman dans le cadre de Masse Critique.

Babelio

bd·Mercredi BD·Service Presse

Space Battle Lunchtime

Space Battle Lunchtime de Natalie Riess, Kinaye

Pour résumer:

Space Battle Lunchtime est un show culinaire ultra populaire diffusé jusqu’aux confins de l’univers et sa nouvelle saison est sur le point de commencer ! Quand l’un des chefs sélectionnés jette l’éponge à la dernière minute, une apprentie pâtissière terrienne, Peony, se voit offrir la chance de le remplacer et de concourir pour la notoriété, la gloire et un prix de 20 000 Solarbucks.  Elle doit simplement impressionner les juges aliens et battre les cinq autres chefs sélectionnés (aussi des aliens !) : la mystérieuse Neptunia, le sournois Melonhead, l’intimidant Jacques, la féroce Owline, et le robuste Meatabax.

Coincée entre des concurrents déloyaux et des ingrédients inconnus, Peony va devoir tout donner. Est-elle prête à surmonter le monde impitoyable de la cuisine intergalactique, ou s’est-elle surestimée ?

Ce que j’en pense:

Attention, avec ce comics, vous allez voyager… dans l’espace! Il faut dire que le scénario est très original! Peony est une pâtissière comme les autres lorsqu’elle se fait recruter pour le reality show de l’espace Space Battle Lunchtime. Magouilles et compagnie vont jalonner le parcours de Peony qui va redoubler d’ingéniosité et de créativité pour envoyer au tapis ses concurrents.

J’ai adoré l’histoire punchy et originale. Le personnage de Peony ne se laisse pas démonter et elle vaut vraiment le détour. Avec cette BD, on découvre tout un univers avec des personnages surprenants et truculents. Certaines situations sont vraiment drôles et j’ai eu le sourire aux lèvres tout le long de ma lecture.

Quant à l’esthétique, elle se rapproche des univers un peu enfantins et est très colorée. J’ai accroché à l’ensemble que j’ai trouvé très agréable.

Bref:

Une découverte sympa.

Si je devais le noter:

Un petit aperçu:

Merci qui?

Merci à Babelio et aux éditions Kinaye pour leur confiance.

Babelio

Editions Kinaye

Cette semaine chez Moka.

Roman·Service Presse

2048

2048 de Lionel Cruzille, Editions l’Alchimiste

Pour résumer:

Dans un monde qui se relève du chaos, tous les êtres humains se sont vus implanter une puce biotechno pour survivre à une terrible pandémie. Miya, orpheline et vagabonde, évolue dans cet univers sombre avec des pouvoirs de sorciers dont elle ne connaît ni les limites ni les véritables usages mais qui ont permis sa survie. Tout bascule lorsqu’elle se fait enlever par un inconnu durant un affrontement avec les CYTOP, la cyber police, au cours duquel elle va perdre son compagnon.

Elle se réveille dans un centre éloigné de toute civilisation abritant un nouveau groupuscule étrange et conduit par un certain Shifu. Miya, ne le sait pas encore, mais sa destinée est complètement liée à la survie de l’Humanité tout entière car elle seule détiendrait la clé pour faire face à l’Apocalypse que tout le monde redoute. Le compte à rebours est enclenché. Miya sera-t-elle prête à temps ? A-t-elle seulement conscience des dangers qu’elle devra affronter ? Quel prix sera-t-elle prête à payer ? Celui de sa vie ?

Ce que j’en pense:

J’ai découvert Lionel Cruzille tout récemment avec son roman Le Concile de Merlin. C’est donc avec un certain plaisir que je me suis plongée dans la lecture de 2048.

Dans ce roman, c’est un nouveau monde qui se présente à nous. Un monde dans lequel, l’être humain est incapable de prendre une décision, un monde dans lequel nous sommes tous surveillés. Dans cet univers qui ne fait pas vraiment rêver, il y a Miya, notre héroïne. Elle se bat contre le gouvernement qui tente de tout contrôler.

L’intrigue de ce livre nous plonge dans un univers unique. Au départ, mes repères ont été mis à mal car la découverte de cette société est vraiment surprenante. Finalement, après quelques pages, on comprend très vite comment tout cela s’organise. Miya qui est le personnage principal nous guide dans ce monde. C’est une personne à part et j’ai tôt fait de le comprendre. Elle va d’ailleurs se retrouver prise dans un engrenage gigantesque et se battre pour sa survie.

Le suspens est haletant, l’intrigue est rondement menée. Cela ne manque pas de rebondissements et l’on ne s’ennuie pas une minute.

Les personnages sont attachants et bien construits avec une psychologie fine.

Le tout est écrit dans un style très agréable.

Bref:

Encore une belle découverte.

Si je devais le noter:

Merci qui?

Un grand merci aux Éditions l’Alchimiste et à Lionel Cruzille pour leur confiance.

Les éditions l'Alchimiste

bd·Service Presse

Le Chat du Rabbin, Tome 8: Petit panier aux amandes

Le Chat du Rabbin, Tome 8: Petit panier aux amandes de Joann Sfar, Dargaud

Pour résumer:

Ils s’aiment. Lui est juif, elle est catholique. Ils vivent à Alger, et un jour, le Rabbin voit arriver cette jeune femme qui, pour mieux s’intégrer et faire plaisir à son futur époux, veut se convertir au judaïsme. La stupeur le dispute à l’incompréhension : pourquoi vouloir embrasser une foi si compliquée, si irrationnelle, si pénible ? Le Chat et Zlabya sont tous d’accord pour la dissuader, et vont trouver en Knidelette une alliée inattendue…

Ce que j’en pense:

Le Chat du Rabbin est une série que j’affectionne particulièrement. Alors, lorsque le site Rakuten m’a proposé de chroniqué le dernier tome de la série, je n’ai pas hésité une minute.

Dans ce tome, nous découvrons un couple tout nouveau. Il est juif, elle est catholique et ils veulent se marier. Pour cela, elle n’hésite pas à se convertir au judaïsme. C’est Zlabya qui se chargera d’apprendre tous les secrets de la religion. Mais le chat de celle- ci ne va pas tarder à se mêler de ses affaires et comme à chaque fois, c’est savoureux!

Le scénario est super, j’ai vraiment passé un moment agréable avec tous les personnages. Bien sûr le chat est partout. Je l’aime ce chat!

Dans cet opus, la question de la religion est d’autant plus centrale que la question des règles à respecter est permanente. Le judaïsme est une religion très exigeante aux règles nombreuses. La jeune femme en apprentissage s’attache à toutes les apprendre et à vouloir les respecter alors que son mari, lui, prend de très larges libertés.

Comme à son habitude, Joann Sfar m’a enchanté avec ses dessins. J’aime son trait fin et nerveux et les couleurs chatoyantes qui créent cette atmosphère spécifique à la série.

Bref:

Encore un tome où la magie opère.

Si je devais le noter:

Un petit aperçu:

Merci qui?

Merci à Rakuten pour leur confiance dans le cadre de la BD fait son Festival.

Rakuten - Achat et vente en ligne de produits neufs et d'occasion

bd·Service Presse

L’Arabe du Futur 4

L‘Arabe du Futur, Tome 4 de Riad Sattouf, Allary Editions

Pour résumer:

Ce quatrième tome du succès mondial L’ Arabe du futur couvre les années 1987-1992.

Âgé de neuf ans au début de ce volume, le petit Riad devient adolescent. Une adolescence d’autant plus compliquée qu’il est tiraillé entre ses deux cultures – française et syrienne – et que ses parents ne s’entendent plus. Son père est parti seul travailler en Arabie saoudite et se tourne de plus en plus vers la religion… Sa mère est rentrée en Bretagne avec les enfants, elle ne supporte plus le virage religieux de son mari. C’est alors que la famille au complet doit retourner en Syrie…

Dans le premier tome (1978-1984), le petit Riad était ballotté, de sa naissance à ses six ans, entre la Libye de Kadhafi, la Bretagne de ses grands-parents et la Syrie de Hafez Al-Assad.
Le deuxième tome (1984-1985) racontait sa première année d’école en Syrie.
Le troisième tome (1985-1987) était celui de sa circoncision.
Ce quatrième tome, exceptionnel par son format (288 pages) et par ce qu’il révèle (le coup d’État de son père), est le point d’orgue de la série.

Ce que j’en pense:

Je m’étais déjà frottée à L’ Arabe du Futur mais j’avoue que ma lecture ne m’avait pas laissée un souvenir impérissable. Mais ayant eu de très bons échos du tome 4, j’ai décidé de poursuivre ma lecture. Grâce au Festival de la BD du site Rakuten, j’ai pu recevoir ce dernier tome.

Nous découvrons donc le petit Riad dans les prémices de son adolescence. Ballotté entre la Syrie et la France, entre son père et sa mère, le jeune homme tente de se construire sa propre identité.

Je comprends que Riad Sattouf  est fait plusieurs tomes avec sa vie car il y a énormément de choses à dire. Sa vie est un véritable roman! Le scénario de cette BD est terriblement prenant. Je me suis complètement laissée happer par le tourbillon de la vie de l’auteur et en un rien de temps, je me suis retrouvée à la fin de ce roman graphique. Alors que les précédents tomes étaient agréables à lire mais sans plus, ce dernier est une véritable bombe! Et que dire de la fin qui nous laisse tout pantelant! On veut connaître désespérément la suite! Alors, vivement le tome 5!

Quant à l’esthétique, elle reste fidèle à elle même, des dessins simples mais efficace et une ambiance en noir et blanc qui sont la signature de Riad Sattouf.

Bref:

Un tome 4 qui relance l’histoire et qui est vraiment au top.

Si je devais le noter:

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci qui?

Merci au site Rakuten pour son envoi.