bd·Manga·Mercredi BD·Service Presse

Beastars

Beastars de Paru Itagaki, Ki-oon Editions

Au milieu des haines et des peurs viscérales, qui s’emparera du trône du Beastar ?
Après une soirée en compagnie de Haru, Legoshi s’éveille au milieu d’une véritable scène de carnage… Pas de doute, il a dévoré la lapine pendant la nuit ! Tous ses poils virent au blanc sous l’effet du choc, mais ses sens l’avaient trompé : Haru est bien vivante, et les taches rouges qui couvrent le lit ne sont que du jus de tomate.

bd·Manga·Mercredi BD·Service Presse

The Killer Inside

The Killer Inside, Tome 1 de Hajime Inoryu et Shôta Itô, Ki-oon Editions, 218 pages

À première vue, Eiji, discret et maladroit, ne se démarque pas de la foule des étudiants de sa fac… Pourtant, il tente depuis longtemps de faire oublier au monde que son défunt père n’était autre que le tueur en série LL, tristement célèbre pour les horribles tortures infligées aux jeunes femmes qu’il a assassinées.

Après des années passées à fuir la presse, Eiji a enfin réussi à trouver sa place. Mieux, il se réveille un matin avec une des plus belles filles du campus à ses côtés ! Elle lui avoue être tombée amoureuse de lui lorsqu’il l’a sauvée des griffes d’une brute épaisse. Un vrai conte de fées… dont le jeune homme n’a aucun souvenir ! Les trois derniers jours sont un trou noir dans sa mémoire, comme si quelqu’un d’autre avait vécu dans son corps à son insu… Et, pendant son amnésie, un cadavre de femme mutilé a été retrouvé dans le quartier. Pour la police, ça ne fait aucun doute : c’est du LL tout craché…

Avant tout, je souhaite remercier les Éditions Ki-oon pour cet envoi!

logo editions ki-oon

Si vous me suivez depuis un petit moment sur ce blog, vous devez connaître mon attirance pour les récits noirs et parfois un peu tordus. Je l’avoue, entre la couverture, le titre et le résumé, j’avais très peu de chance d’être déçue.

D’emblée, le lecteur est confronté au personnage de Eiji, qu’il découvre comme un pauvre empoté. Dès les premières pages, je me suis attachée à cet héros timide, maladroit et quelque peu obsédé. Une fois le personnage installé, très vite, tout bascule. En effet, Eiji se réveille à côté de la plus belle fille de la fac mais n’a aucun souvenir de ce qui a bien pu se passer. Ainsi, il découvre que pas moins de deux jours lui ont complètement échappé. 

Il n’en fallait pas plus pour lancer une intrigue qui tout au long de ce volume 1, va gagner en intensité. Ainsi, Eiji aux apparences si banales va finalement devenir mystérieux en dévoilant son terrible secret! Il est le fils d’un terrible serial killer. Mais le proverbe « tel père, tel fils » va t’il avoir lieu d’être dans ce manga? Et bien, toute la question est là!

Ce premier tome instaure donc une bonne base qui se déroulera en 11 tomes. Au fil de la lecture, le récit gagne en intensité pour nous laisser avec une fin qui nous tient tout simplement en haleine, appelant désespérément la lecture du tome suivant.

D’un point de vue esthétique, nous retrouvons tous les codes du manga. Ainsi, les personnages ont de grands yeux, des traits fins et délicats. Certaines vignettes sont très sexualisées et d’autres très violentes. Ce n’est donc pas à mettre entre toutes les mains! J’ai trouvé en revanche que certaines planches manquaient un peu de finesse, ce que j’ai trouvé dommage.

The Killer Inside est donc un manga qui se déroule sur un rythme haletant et donne envie de savoir la suite.

S

Cette semaine chez

La vidéo sera disponible à 14h.

bd·Manga·Service Presse

Les Carnets de l’Apothicaire

Les Carnets de l’Apothicaire, Volume 1 de Itsuki Nanao et Nekokurage, Ki-oon, 178 pages

À 17 ans, Mao Mao a une vie compliquée. Formée dès son jeune âge par un apothicaire du quartier des plaisirs, elle se retrouve enlevée et vendue comme servante dans le quartier des femmes du palais impérial ! Entouré de hauts murs, il est coupé du monde extérieur. Afin de survivre dans cette prison de luxe grouillant de complots et de basses manœuvres, la jeune fille tente de cacher ses connaissances pour se fondre dans la masse.

Mais, quand les morts suspectes de princes nouveau-nés mettent la cour en émoi, sa passion pour les poisons prend le dessus. Elle observe, enquête… et trouve la solution ! En voulant bien faire, la voilà repérée… Jinshi, haut fonctionnaire aussi beau que calculateur, devine son talent et la promeut goûteuse personnelle d’une des favorites de l’empereur. Au beau milieu de ce nid de serpents, le moindre faux pas peut lui être fatal !

Découvrez la face cachée du lieu le plus secret de la cité impériale ! Dans ce monde de femmes régi par les hommes, Mao Mao aura besoin de toute son intelligence et de tout son savoir pour démêler les intrigues de la cour… Avec son héroïne hors norme et ses décors magnifiques, ce manga événement adapté d’un roman à succès a tout pour plaire ! Et vous, aurez-vous le courage de goûter à ses délices ?

Avant toute chose, un grand merci aux Éditions Ki-oon pour cet envoi.

logo editions ki-oon

Bienvenue dans le quartier des femmes en pleine cité impériale! Avec ce manga, le dépaysement est garanti. Nous suivons donc Mao Mao qui est une jeune femme qui travaillait dans le quartier des plaisirs et s’est faite enlever pour aller travailler dans le quartier des femmes. On découvre donc sa vie dans ce palais aux décors sublimes. Anciennement au service d’un apothicaire, Mao Mao va se démarquer et être promue.

J’ai adoré ce scénario qui est inspiré d’un roman de Natsu Hyuga qui a connu un vrai succès au Japon. Le premier volume pose parfaitement l’intrigue de fond et installe cette atmosphère si spécifique à ce manga. Ce tome un nous livre de beaux rebondissements et nous présente des personnages qui seront présents dans les futurs volumes. Des pointes d’humour jalonnent le récit ce qui rend l’ensemble d’autant plus agréable.

Mao Mao qui est le personnage principal est une protagoniste très intéressante. On la découvre ainsi qu’un pan de son passé. Cette jeune fille a un fort tempérament et a une intelligence d’une réelle finesse.  Très attachante, son caractère affirmé a su me séduire dès les premières pages.

L’esthétique est très caractéristique des mangas. Les personnages sont élancés. Leurs traits sont fins. Les yeux sont très expressifs. J’ai particulièrement apprécié le travail de l’illustrateur sur les cheveux, les détails des tenus et des décors. Le quartier des femmes de la cité impériale nous apparaît merveilleux. Bien que l’esthétique soit en noir et blanc, les illustrations ne nous laissent aucun doute sur la splendeur des lieux. J’ai également particulièrement apprécié les drapées des tenus. On découvre alors une multitude de tissus plus riches les uns que les autres.

Bref, Les Carnets de l’Apothicaire sont un véritable enchantement tant pour son récit que pour ses illustrations. C’est un dépaysement délicieux.

20210415_170346_0000

S

Littérature de Jeunesse·Manga

Beyond the clouds

Beyond the Clouds de Nicke, Ki-oon

Pour résumer:

Dans la Ville Jaune, les usines crachent leur fumée jour et nuit, cachant le ciel et ses astres. Le jeune Théo n’a jamais vu les étoiles, ni passé les portes de la ville. Enfant, il rêvait de partir à l’aventure, à la poursuite des créatures fantastiques de ses livres préférés, mais la réalité l’a rattrapé. Son travail à l’atelier de réparation Chikuwa devient son quotidien.
Sa routine est chamboulée le jour où il tombe sur une fillette pas comme les autres : c’est une humaine ailée, une espèce appartenant pourtant au monde des légendes ! Inconsciente après être tombée du ciel, elle a perdu une de ses ailes, ainsi que la mémoire… Théo fera tout pour percer le mystère de cette rescapée des cieux !

Ce que j’en pense:

Dans la ville jaune, Théo retrouve une jeune fille avec une aile dans le dos, Mia. Théo va absolument vouloir l’aider.

Le scénario nous fait entrer de plein pieds dans l’histoire. On sent que ce n’est que le début d’une longue aventure.

Dès les premières vignettes, les personnages sont attachants. Théo semble cacher une fêlure. Il a beaucoup de reliefs dans son caractère et montre une réelle empathie. Mia, quant à elle, alterne entre ombre et lumière. Elle a clairement deux facettes et se montre très ambivalente.

Dès le premier tome, nous sommes plongés dans une ambiance onirique. L’univers est en noir et blanc et rassemble toutes les caractéristiques du manga. L’esthétique est très fine et pleine de détails notamment dans les décors.

Bref:

Un premier tome qui donne envie de découvrir la suite.

Si je devais le noter:

4-plumes

Un petit aperçu: