bd·Littérature de Jeunesse

La boîte à musique, Tome 1: Bienvenue de Pandorient de Carbone et Gijé, Dupuis

9782800173191-couv-m800x1600

La boîte à musique, Tome 1: Bienvenue à Pandorient de Carbone et Gijé, Dupuis

Pour résumer:

Pour son huitième anniversaire, Nola, petite fille espiègle, reçoit de la part de son père Martin la boîte à musique de sa mère, Annah, récemment décédée. Cette boîte est un symbole pour la petite fille, mais très vite, la fillette croit voir des signes de vie à l’intérieur. Oui, elle ne rêve pas : quelqu’un lui fait signe et lui demande de l’aide. Dès lors, en suivant les instructions d’Andréa, la fille de la boîte à musique, Nola rapetisse, entre dans la boîte et découvre le monde de Pandorient, un monde incroyable… Le temps presse cependant, car Mathilda, la mère d’Andréa et de son frère Igor, est gravement malade… Que lui arrive-t-il ? Aurait-elle été empoisonnée ? L’eau serait-elle contaminée ? Rapidement, les soupçons se confirment. En urgence, les enfants vont s’occuper de Mathilda puis remonter la piste du pollueur sans vergogne… avant que Nola ne regagne sa vie dans son monde, aux côtés de son père. À moins que tout cela ne fût qu’un rêve… ou pas !

Ce que j’en pense:

Nola reçoit une boîte à musique de sa maman décédée. À l’intérieur, un monde se cache: Pandorient. Nola se retrouve dans ce nouveau monde et va vivre de merveilleuses aventures.

Le scénario est superbe et très alléchant. L’histoire est prenante et appelle à une suite. Je n’ai malheureusement pas pu lire le tome 2 mais dès que je pourrai mettre la main dessus, je vais le dévorer.

Le personnage de Nola est très attachant avec une vie bien triste qui attire l’empathie du lecteur. Ce petit bout de femme a une sacrée force de caractère. Elle sait se montrer très courageuse.

L’esthétique est sublime avec de magnifiques couleurs et pleins de détails. C’est un univers très riche autant au niveau du concept qu’au niveau esthétique.

Bref:

Un vrai coup de cœur.

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

Y a pas que moi qui en parle:

Mylène

 

Publicités
Album Jeunesse·Littérature de Jeunesse

Glouton, Le Croqueur de Livres d’Emma Yarlett

9782324012327ori

Glouton, Le Croqueur de Livres d’Emma Yarlett, Gründ

Pour résumer:

Glouton, le croqueur de livres, a grignoté un trou pour s’enfuir de son livre. Maintenant, il sème la pagaille dans les autres histoires. Vite ! Il faut le rattraper !
Un album plein de surprises, avec des livres dans le livre, des découpes, et un petit monstre en fuite !

Ce que j’en pense:

Glouton est un affreux petit monstre qui dévore littéralement les livres. Ce petit être rigolo mais insatiable s’incruste donc dans les histoires créant des catastrophes en tout genre.

L’histoire est simple mais efficace autant pour les enfants que pour les adultes. J’ai aimé cet esprit léger et les différentes références aux contes traditionnels.

Le gros bonus de ce petit album coloré est qu’il est vraiment ludique. Mes filles ont véritablement adoré passer d’une page à l’autre et découvrir les différentes découpes et surprises. Jusqu’au dernier moment, Glouton nous fait rire.

L’esthétique est très coloré et le dessin simple et en rondeur tout comme j’aime. Quant à mes filles, étant donné que j’ai lu une bonne dizaine de fois l’histoire, je pense qu’elles seront d’accord pour dire que cet album est super.

Bref:

Une lecture qui fait l’unanimité.

Si je devais le noter:

5-plumes

Mots d’enfants:

« Moi j’ai aimé Glouton parce qu’il passe dans les trous. » Faustine (3 ans)

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Littérature de Jeunesse·Service Presse

Arlo Finch, Tome 1: Le Mystère des Longs Bois de John August

9782745997524

Arlo Finch, Tome 1: Le Mystère des Longs Bois de John August, Milan Jeunesse

Pour résumer:

« Je protège la nature
Je défends les plus faibles,
J’éclaire les sentiers,
Et cherche la droiture.
Esprits de la forêt, entendez-moi
Prononcer mon Serment du ranger »

Quand Arlo rejoint les Rangers de Pine Mountain, il n’imagine pas que, dans les mystérieux Longs Bois qui entourent la ville, certaines pistes le mèneront à la magie… et d’autres au danger.

Ce que j’en pense:

Il y a des heureux hasards lors des Masses Critiques du site Babelio. Cette lecture en fait sans aucun doute partie.

Arlo est un jeune garçon qui aménage à Pine Mountain, la ville où sa mère a grandi. Il y découvre son oncle, un taxidermiste ermite et les rangers. Cherchant à se faire des amis, Arlo s’engage tête baissé dans cette compagnie de jeunes. Sa vie va alors prendre une drôle de tournure.

Le personnage principal va connaître quelques mésaventures aux allures fantastiques. Il va croiser des créatures merveilleuses mais dangereuses. Et surtout, il semble que l’on en veuille à sa vie.

Le roman est pleins de rebondissements et saura sans aucun doute tenir en haleine les plus jeunes lecteurs. Agréable à lire, il a l’avantage de présenter des personnages attachants.

En effet, comment ne pas aimer Arlo? Il est jeune et complètement paumé. Il ressemble étrangement à Harry Potter dans les premiers romans mais sans les lunettes et la cicatrice. De plus, son petit groupe d’amis possède l’art de se mettre dans des situations épineuses desquelles ils se sortent avec chaos et brio.

Je me suis complètement laissée emporter par cette histoire et par ces protagonistes.

L’écriture est adaptée au public visé. Le livre est conseillé aux 10 ans et plus.

Bref:

Une super lecture!

Si je devais le noter:

5-plumes

Merci qui?

Je remercie Babelio et les éditions Milan Jeunesse pour leur confiance.

Babelio

Logo Milan Editions, éditeur jeunesse

Littérature de Jeunesse·Roman

Le passage de Louis Sachar

a58024

Le Passage de Louis Sachar, École des loisirs

Pour résumer:

Méfiez-vous. Ce livre va vous donner envie de croquer des oignons crus. De creuser des trous de 1 mètre 50 de diamètre et de profondeur. D’escalader une montagne. De respirer vos vieilles baskets. De mettre du rouge à lèvres avant de partir à la poursuite de vos ennemis. De tout savoir sur l’existence oubliée de votre arrière-arrière-arrière-grand-mère. Et ce, même si vous haïssez les liliacées, même si vous détestez l’alpinisme et les travaux forcés, même si vous avez les cosmétiques en horreur autant que les odeurs de pieds, et même si la généalogie et les histoires de famille vous indifférent profondément. Maintenant, pour échapper à tout cela, c’est simple. Il vous suffit de ne pas imiter les centaines de milliers d’adolescents américains qui ont déjà plébiscité ce livre, et de ne jamais l’ouvrir. Western, amour fou, chasse au trésor, polar, aventures, roman d’apprentissage, pour la jeunesse, pour la vieillesse, bref: un livre total.

Ce que j’en pense:

Stanley est envoyé au Camp du Lac Vert pour un crime qu’il n’a pas commis. Sur place, il va faire des rencontres surprenantes qui vont bouleverser sa vie. Il faut dire que depuis des générations, sa famille est frappée par une malédiction qui leur porte sacrément la poisse. Alors, quand sans s’en rendre compte il se retrouve à tenir une promesse faite depuis des générations, c’est tout son avenir qui s’apprête à basculer.

Le récit est prenant et nous plonge dans l’Amérique profonde un peu glauque. L’intrigue est surprenante et se tisse sous nos yeux se jouant des personnages et des lecteurs.

Les personnages sont très touchants. Stanley est un jeune homme très naïf qui se fait manipuler sans cesse. Sa naïveté l’amènera à déjouer le sort qui menace sa famille depuis des décennies. C’est un personnage pur et qui est victime de la méchanceté des gens qui l’entourent.

L’écriture de ce roman pour la jeunesse est agréable et j’ai adoré l’atmosphère chaude et moite qui se dégage de ce livre. Je me suis réellement sentie immergée dans cette lecture à l’ambiance si particulière.

Bref:

Une superbe lecture.

Si je devais le noter:

4-plumes

 

bd·Littérature de Jeunesse

Les sardines de l’espace de Emmanuel Guibert et Joann Sfar

sardine-de-l-espace-tome-1-platine-laser

Les sardines de l’espace d’Emmanuel Guibert et Joann Sfar, Dargaud

Pour résumer:

Sardine de l’espace raconte les aventures cosmico-comiques de Sardine, de P’tit Lulu et de Capitaine Epaule jaune. Embarqués sur le vaisseau spatial Hectormalo, ils sillonnent l’espace où ils sont en butte aux vilenies machiavéliques de l’infâme Supermuscleman, Président de l’Univers. Son programme tient en une ligne : dresser les enfants afin qu’ils se transforment en de gentilles créatures inoffensives, inodores et incolores – en un mot, en ENFANTS OBEISSANTS.

Heureusement, capitaine Epaule jaune ne l’entend pas de cette oreille…

Ce que j’en pense:

Je découvre Les Sardines de l’espace grâce aux conseils de mes élèves. Oui, mes petits CE2/ CM1 sont une mine d’informations en ce qui concerne la BD jeunesse (cette année j’avais de grands fans du genre, j’ai eu beaucoup de chance). Je connaissais le travail de Joann Sfar pour son fameux Chat du Rabbin mais pas du tout dans le genre jeunesse.

Pour cette BD jeunesse, j’ai découvert plusieurs petites histoires rigolotes qui se déroulent dans l’espace. J’ai trouvé le tout plutôt sympathique. Le lecteur suit donc Sardine, Lulu et Épaule jaune dans leurs aventures spatiales.

Les personnages sont marrants et plein de spontanéité.

L’esthétique est typique de Joann Sfar avec ses traits épais et ses couleurs tranchées. Bien que son style de dessin ne fasse pas toujours l’unanimité, j’ai beaucoup apprécié cette lecture.

Bref:

Rafraîchissant!

Si je devais le noter:

4-plumes

Un petit aperçu:

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Encore plus de Joann Sfar:

product_9782070656820_195x320

album-cover-large-11762

Encore plus d’Emmanuel Guibert:

guerredalan1

bd·Littérature de Jeunesse·Non classé

Imbattable, Tome 1: Justice et légumes frais de Pascal Jousselin

9782800170640-couv-m800x1600

Imbattable, Tome 1: Justice et légumes frais de Pascal Jousselin, Dupuis

Pour résumer:

Tremblez, malfrats, voici Imbattable ! Ce nouveau protagoniste porte secours à la veuve et à l’orphelin comme tout héros qui se respecte, mais il sauve aussi les chiens, les chats des grands-mères, les terrains de pétanque, le fils du maire, et la ville tout entière. Masqué, comme tout justicier, capé, comme tout justicier, il mène la vie dure aux savants fous et aux mauvais plaisantins, sans jamais oublier de ramener le pain. Non seulement Imbattable est imbattable, mais son super-pouvoir fait de lui le seul véritable super-héros de bande dessinée !

Ce que j’en pense:

Dans le cadre de mon futur projet BD dans ma classe l’année prochaine, je me suis lancée dans la lecture de BD jeunesse. Sur les conseils de mes élèves, j’ai donc découvert Imbattable.

Je suis passée par diverses étapes durant ma lecture.

D’abord, je n’ai pas tout compris, je me suis sentie perdue…

giphy

Puis, au bout de quelques planches, j’ai compris!!!

giphy1

Et enfin, j’ai été épatée par cette BD si originale.

giphy2

La BD se compose de différentes planches qui mettent en scène le héros Imbattable. Chaque planche est un petit épisode autonome. J’ai été quelque peu déstabilisée par le début de la BD car les pouvoirs d’Imbattable sont uniques. Il peut passer d’une case à l’autre, il est…épatant! Le mécanisme de cette BD est fascinant car il nécessite une vraie réflexion autour du scénario.

Le personnage d’Imbattable est vraiment original, c’est un véritable héros avec un petit côté franchouillard que j’ai beaucoup apprécié. Il aide les gens à faire leur potager, il va chercher le pain pour sa mère, bref… C’est un homme ordinaire… ou presque.

L’esthétique est sympa mais reste très enfantine. Je dirai que ce n’est pas ce qui m’a le plus séduite dans cette BD.

Bref:

Une vraie découverte!

Si je devais le noter:

4-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Album Jeunesse

Crictor de Tomi Ungerer

9782211204804

Crictor de Tomi Ungerer, Lutin Poche de l’École des Loisirs

Pour résumer:

Il était arrivé par la poste. C’était le cadeau que son fils, explorateur en Afrique, envoyait à Madame Bodot pour son anniversaire. Ça, un cadeau, un serpent ?
Oui, car Crictor n’était pas un vulgaire serpent. Bien soigné, bien nourri, bien élevé, il devint capable de prodiges. Quand il apprenait à lire et à compter, il formait les chiffres et les
lettres avec son corps. Il servait de jeu aux enfants. Mais son plus bel exploit était encore à venir. Car un cambrioleur hantait les rues de la petite ville…

Ce que j’en pense:

Tomi Ungerer sait me régaler avec ses histoires. Avec Crictor, il fait naître un personnage haut en couleur et très attachant. Crictor le boa constrictor a tout pour être effrayant, mais au contraire c’est un amour.

L’histoire est vraiment sympa et m’a fait sourire. Lily (5 ans) a aimé mais sans plus. Elle a apprécié le passage où Crictor apprend les lettres et les chiffres car elle a pu participer à la lecture à ce moment là. Faustine (2 ans et demi) est complètement passée à côté. L’histoire ne l’a pas du tout intéressée. Il faut dire que du moment qu’elle a compris qu’il s’agissait d’un serpent, elle n’a eu de cesse de dire « Beurk »…

Les illustrations sont vraiment sympas et fidèles au style de Tomi Ungerer. Des dessins fins et précis avec des couleurs toutes douces et des rappels de vert un peu partout pour rappeler le personnage principal.

Bref:

Une lecture qui n’a pas convaincu tout le monde.

Si je devais le noter:

4-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.