bd·Mercredi BD

Hiver Indien

Hiver Indien de Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini, Editions Marabout

Pour résumer:

Une famille ordinaire, avec ses rancœurs, ses non-dits. Jeanne et Sophie, les deux aînées, ont souffert de la préférence de leur mère pour leur frêre, Stéphane. Celui-ci, la quarantaine, est un peu paumé, se laisse écraser par ses aînées. Malheureusement, cela rejaillit sur sa fille Manon. L’adolescente, mal dans sa peau, est la cible favorite de ses tantes et de ses cousins, qui ne lui laissent aucune chance de trouver sa place parmi eux.
L’arrivée pour le réveillon, de Nadia, marraine prodigue exilée à New-York, brise ce schéma. Nadia est une violoncelliste de renom, Manon prend des cours de piano. Entre la vieille dame et l’adolescente naît une relation singulière, presque fusionnelle, dont la musique est le médiateur.
Manon, peu à peu, apprend à s’affirmer et à dépasser ses craintes. Nadia, elle, trouve en Manon un regain de vie. La musicienne a un secret : si elle est revenue en France, c’est pour faire ses adieux. Elle souffre d’une maladie incurable et il ne lui reste que peu de temps. Mais quand Nadia, victime d’un malaise, est emmenée aux urgences, Manon découvre la vérité. L’ultime cadeau de Nadia pour la jeune fille, une place pour un concert lui permettra d’accepter son départ et d’aller de l’avant.

Ce que j’en pense:

C’est grâce à une amie qui m’a prêté cette BD que j’ai pu découvrir l’histoire de Manon. Cette jeune adolescente, passionnée de piano, a bien du mal à trouver sa place dans sa famille quelque peu…particulière. Heureusement, Nadia est là.

Le scénario est tout simplement prenant. Dès les premières pages, j’ai éprouvé de l’empathie pour le personnage de Manon. J’ai eu la sensation de découvrir un morceau de vie de la jeune fille. Celui-ci narre un évènement douloureux mais également l’envol de la jeune fille. A travers les épreuves qu’elle traverse, Manon grandit et s’affirme au fil des pages. C’est donc un scénario sublime que nous livre Charlotte Bousquet. Avec sensibilité et justesse, elle redonne de l’espoir à son personnage et nous donne une petite leçon de vie.

L’esthétique accompagnant le scénario complète parfaitement l’histoire. J’ai adoré le personnage de Manon, sa chevelure de lionne qui contrebalance avec son caractère si renfermé. Cela traduit selon moi, le feu qui sommeille en elle et qui ne demande qu’à s’allumer. J’ai particulièrement apprécié les traits des personnages mais également l’ambiance qui se dégage des planches. Moi qui adore les explosions de couleurs, j’ai été charmée par des couleurs plus pastels et parfois peu présentes. Il y a de la poésie dans ces illustrations et cela se marie parfaitement avec le propos de Charlotte Bousquet.

Bref, j’ai adoré cette lecture qui a su me charmer par son esthétique et m’émouvoir par son scénario.

Un petit aperçu:

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Moka.

Ma chronique en vidéo:

19 commentaires sur “Hiver Indien

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s