bd

Whaligoë

Whaligoë de Yann et Virginie Augustin, Casterman
Whaligoë de Yann et Virginie Augustin, Casterman

Pour résumer:

En 1815 à Whaligoë, petite bourgade nichée au coeur de l’Écosse profonde, deux des adolescents du village bravent les interdits en s’embrassant secrètement sur le site sacré des Craighorns, conformément à un vieux rituel gaëlique, pour matérialiser leur engagement l’un envers l’autre pour l’éternité. Douze ans plus tard, en chemin vers le nord, un écrivain en panne d’inspiration, Sir Douglas Dogson, et sa maîtresse toxicomane Speranza font halte par hasard à Whaligoë. Le couple bat de l’aile et Lord Douglas caresse l’idée du suicide lorsqu’il entrevoit, dans le cimetière qui jouxte l’auberge, une jeune fille spectrale qui s’allonge sur les tombes…

Ce que j’en pense:

Branwell, Sybil et Emily sont des habitants de la petite ville de Whaligoë. Soudain, Douglas, un auteur déchu, arrive dans la ville, accompagnée de sa muse Speranza. Ils semblent fortement intéressés par Ellis Bell, un poète qui a disparu de la circulation mais habite à Whaligoë.

Le scénario tourne autour de l’identité de ce mystérieux poète. Mystère et ésotérisme sont au centre de ce diptyque. La violence est également très présente. Ce mélange détonnant crée une ambiance particulière. Le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer car il y a beaucoup d’actions, des retournement de situations et une tension dramatique qui fait son petit effet. Du point de vue de l’histoire, il n’y a donc pas grand chose à reprocher.

Néanmoins, le bas blesse lorsqu’il s’agit des personnages. En effet, les protagonistes bien que complexes, sont vraiment désagréables. Leurs caractères m’ont peu séduite et j’ai éveillé des sentiments négatifs envers eux. C’est vraiment dommage…

L’esthétique en revanche a su me séduire. Il y a de nombreux détails dans les tenues et dans les paysages. Le dessin est très soigné, les couleurs sont belles et les traits bruts. L’ensemble dégage une atmosphère particulière qui permet au lecteur de se plonger complètement dans l’histoire.

Bref:

Une lecture sympathique mais sans plus.

Si je devais le noter:

3-plumes

Un petit aperçu:

bd·Mercredi BD

Monsieur Désire?

Monsieur Désire? d’Hubert et de Virginie Augustin, Glénat

Pour résumer:

La vertu servant le vice…

Dans l’Angleterre victorienne, Lisbeth, une domestique plutôt discrète, vient d’entrer au service d’Édouard, un noble irritant de suffisance, provocateur et blasé. Habitué à choquer son entourage par le récit de ses frasques, ce jeune dandy découvre en sa nouvelle servante quelqu’un de moins docile et impressionnable qu’il ne le croyait. Face à ses piques, celle-ci reste imperturbable, ne répondant que par un regard empreint de compassion sincère. Entre les deux, malgré leurs disparités sociales, une étrange complicité va naître au gré de joutes verbales plus ou moins intenses. De servante, Lisbeth va devenir confidente, en dépit des règles régissant la maisonnée, provoquant quelques jalousies chez les autres domestiques…

Ce que j’en pense:

Monsieur est un bourgeois qui profite des femmes. Un jour, il se prend « d’affection » pour Lisbeth, une petite femme de chambre prude.

Mon Dieu… Le scénario de ce roman graphique est superbe! C’est prenant et cela monte en puissance au fur et à mesure des pages. J’ai adoré l’histoire.

Et les personnages! Le scénariste les a construit de façon sublime. L’intrigue va les mal mener. Monsieur va voir ses convictions vaciller et Lisbeth va voir ses mœurs mises à rude épreuve. Il y a du pêché dans cette oeuvre. La question est: Va t’on y succomber? Je suis admirative de la force de caractère de Lisbeth sur laquelle au départ, je n’aurai pas misé ma chemise. Quant à Monsieur, il peut se montrer exécrable, mais tout au long de la lecture, on sent poindre une fragile humanité.

Le tout est sublimé par une esthétique impeccable. Les décors sont magnifiques, fins et pleins de petits détails. J’ai apprécié les couleurs et cette ambiance totalement magique. 

Bref:

Un vrai coup de cœur.

 

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Moka (enfin… je crois.)

Y a pas que moi qui en parle:

Délivrer des Livres

Moka

Stephie

Lasardine

Sabine

Antigone