bd·Mercredi BD

Brigade Verhoeven, Tome 1: Rosie

Brigade Verhoeven, Tome 1: Rosie de Bertho et Corboz, Rue de Sèvres

Pour résumer:

Une série policière tirée des romans à succès de Pierre Lemaître : « La bombe a convenablement fonctionné ; sur ce plan, il a tout lieu d’être satisfait. Les rescapés tentent déjà de secourir les victimes restées au sol. Jean s’engouffre dans le métro. Lui ne va secourir personne. Il est le poseur de bombes. » Jean Garnier – pour l’état civil, il est John Garnier, n’a plus rien à perdre dans la vie : sa mère est en prison, sa petite amie a été tuée et il n’a plus de travail. Ce qu’il veut est bien simple : un passeport et des billets d’avion pour sa mère et lui pour l’Australie et cinq millions d’euros. Il ne parlera en outre qu’au commissaire Camille Verhoeven, sinon il fait sauter les six autres obus qu’il a disséminés un peu partout… Camille Verhoeven né hypotrophique, ne mesure que 1,45 m. C’est un homme solitaire, discret, et appliqué. L’expérience lui a permis de réunir une équipe hétéroclite et efficace, composée de Louis, le riche élégant, d’Armand, le radin méticuleux et de Jean-Claude, le joueur, coureur de jupons.

Cette singulière brigade parviendra-t-elle à déjouer le piège tendu ?

Ce que j’en pense:

Ceux qui aiment Pierre Lemaitre ne peuvent que trouver leur compte avec cette super BD!

J’ai donc suivi avec attention la Brigade Verhoeven sur la piste d’un poseur de bombes, Jean, qui demande désespérément que sa mère Rosie sorte de prison.

Le scénario est top top top et m’a tenu en haleine jusqu’au bout. L’enquête est rondement menée, bref, j’ai pris un véritable plaisir à suivre cette histoire. Le tout a un bon rythme et laisse les situations s’installer sans pour autant tirer en longueur.

J’ai adoré les personnages de cette BD. Verhoeven est très charismatique et emplit toute la BD de sa présence. Il a une réelle aura. 

Il faut dire que avec des personnages tirés d’un polar de Pierre Lemaitre, il ne pouvait en être autrement. En effet, l’auteur aime peaufiner les personnalités de ses personnages et cela se ressent dans cette BD.

Comble du bonheur, l’esthétique a su me séduire. C’est très coloré, pleins de détails, dans un style graphique que j’affectionne particulièrement.

Bref:

J’ai adoré!

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Y a pas que moi qui en parle:

Stephie

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Noukette.

 

Publicités
Roman

Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre

9782226249678-j

Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre, Albin Michel

Pour résumer:

« Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d’avantages, même après. »

Sur les ruines du plus grand carnage du XXesiècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts…

Ce que j’en pense:

Tout commence en pleine guerre 14- 18 dans une tranchée. Les soldats ont entendu parler d’un armistice imminent mais Henri D’Aulnay- Pradelle ne l’entend pas de cette oreille. Il envoie donc ses soldats en pleine offensive. C’est dans ce cadre que se rencontrent Albert Maillard et Edouard Péricourt. Leurs destins vont se heurter de façon violente et les lier à jamais.

Difficile de résumer un tel roman… L’intrigue est tellement riche qu’il faut choisir subtilement ses mots afin d’éveiller la curiosité sans pour autant gâcher la surprise de cette histoire fantastique. Car, oui, ce roman est un pur chef d’oeuvre! Vous devez vous dire que pour le coup j’en fais un peu trop? Laissez moi vous convaincre.

Lire Au revoir là- haut, c’est avant tout se plonger dans une autre époque. On y découvre une France qui panse douloureusement ses blessures. J’y ai découvert la réhabilitation des Poilus dans la vie quotidienne. Pas toujours facile après tant d’horreur de revenir tranquillement à sa vie d’avant. Avec ce roman, j’ai également découvert les Gueules Cassées. Je connaissais le terme mais je n’avais jamais été confrontée aussi directement à ces grands blessés. En effet, Edouard Péricourt, l’un des personnages principal fait partie de ces hommes qui ont perdu une grande partie de leur visage à cause d’un éclat d’obus. Les descriptions de Pierre Lemaitre m’ayant intrigué, je suis d’ailleurs allée jeter un œil sur Google et franchement… Je ne sais même pas quoi dire…

Ce roman m’aura également permis de vivre à travers les yeux d’un personnage les horreurs de la guerre. Se jeter sous la mitraille, la peur au ventre, sans savoir si on reviendra jusqu’à la tranchée… La scène d’ouverture m’a particulièrement bouleversée. Pierre Lemaitre n’y va pas par quatre chemins et il m’a littéralement téléporté dans son histoire.

L’intrigue de ce roman est donc très forte émotionnellement parlant et en même temps, il y a un petit côté barré qui ne la rend pas larmoyante. Le lecteur suit les personnages dans leurs péripéties et s’attache à eux de façon quasi instantanée.

Mon Dieu, les personnages… Ils paraissent si vivants, tellement de chair et de sang… Albert le peureux, grand angoissé de nature qui suit aveuglément Edouard un ancien bourgeois au caractère bien trempé. Ces deux là se sont trouvés par hasard mais forment un duo tragi- comique de choc! La façon dont ils interagissent est fascinante.

À ce stade de la chronique, vous avez sûrement compris que j’ai eu un coup de cœur pour ce livre. Pourtant, je ne vous ai toujours pas parlé de l’écriture en elle même… Et bien là aussi, c’est magistral! Franchement, c’est beau! C’est douloureusement sublime. Certains passages m’ont rappelés le style d’Émile Zola. Les descriptions sont travaillées mais laissent également libre cours à l’imagination du lecteur. C’est subtil et accrocheur. Certains passages descriptifs pourraient franchement rebuter, je pense notamment aux descriptions concernant la blessure d’Edouard, mais non, il n’en est rien. Par moment, je me suis surprise à relire un passage, ébahie par la beauté de la langue.

Je ne suis pas surprise que ce roman ait été primé. Je comprends qu’il ait connu une adaptation BD et cinématographique. La vraie question c’est: Ces deux adaptations seront elles à la hauteur?

Je pense que Au revoir là- haut rentrera dans les Grands Classiques de la littérature française. Pierre Lemaitre signe avec ce roman une oeuvre magistrale et bouleversante.

Bref:

J’ai eu un énorme coup de cœur comme j’en ai rarement eu.

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

 

Policier/ Thriller

Trois jours et une vie de Pierre Lemaitre

51mqtsjld7l-_sx210_

Trois jours et une vie de Pierre Lemaitre, Le Livre de Poche

Pour résumer:

« À la fin de décembre 1999, une surprenante série d’événements tragiques s’abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt.
Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir.
Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien… »

Ce que j’en pense:

Quand ma collègue m’a tendu le livre en me le recommandant chaudement et en me disant que j’allais l’adorer, j’avoue que je me suis sentie très intriguée. Je connaissais Pierre Lemaitre pour son Travail soigné et sa Robe de marié que j’avais adoré. Mais là, ma collègue m’a dit « rien à voir! ».

Je me suis donc plongée dans la lecture de ce roman la tête pleine de questions diverses. J’ai compris très vite que l’intrigue était simple. Antoine tue son petit voisin alors qu’il n’a que douze ans. Paniqué, il cache le corps et garde ce secret pour lui. Dès lors, le lecteur suit Antoine dans ses moments de doute et d’angoisse tout au long de l’enquête sur la disparition du petit garçon…

Si vous venez régulièrement me rendre visite, vous devez commencer à connaître mon goût pour les thrillers musclés pleins de rebondissements et tout le toutim. Donc voici à peu près ma réaction face à ce roman:

giphy

Il n’y a pas d’action! Le lecteur suit simplement les méandres que la culpabilité creuse chez notre personnage principal. OK, l’action ça ne fait pas tout! Mais le truc, c’est que le récit devient très vite répétitif et du coup, j’ai vraiment eu du mal à m’intéresser à l’histoire d’Antoine.

Antoine… Parlons- en… C’est le personnage principal. C’est un bon garçon, très gentil dont la psychologie est très détaillée tout au long du roman. Il est rongé par le remord, ça lui bouffe la vie et oui, comme je suis un être humain, je le comprends. Le travail autour de ce personnage est colossal mais allez savoir pourquoi, il m’a très vite ennuyé. Peut être que je ne porte pas assez de compassion dans mon cœur, je n’en sais rien, mais franchement, Antoine il m’a un peu gonflé à la longue.

J’adore le style de Pierre Lemaitre. Son choix de narration est judicieux. L’écriture est forte comme à son habitude. J’ai trouvé de magnifiques descriptions, de très beaux passages mais à part ça… Pas de grand coup de foudre.

Bref:

Une belle écriture mais cela ne suffit pas à faire oublié l’intrigue un peu faiblarde.

Si je devais le noter:

1-plume

Y a pas que moi qui en parle:

Les lectures de Lily

Jérôme

Noukette

La Fée lit