bd·Mercredi BD

Vive la marée!

Vive la marée! de David Prudhomme et Pascal Rabaté, Futuropolis

Pour résumer:

L’espiègle duo de La Marie en plastique est de retour, en verve et en observateurs taquins de leurs congénères sur les bords de mer. Haut le verbe et hautes les couleurs, la France en maillot de bain!

Ce que j’en pense:

Cette BD aux allures estivales tire le portrait d’une galerie de personnages se trouvant en bords de mer. Ainsi, le lecteur passe de personnages en personnages, découvrant des caractères différents, des physiques différents etc. J’ai adoré ces morceaux de vies! Le duo croque avec beaucoup d’humour les diverses personnalités que l’on peut rencontrer durant les vacances. Forcément, cela va du plus sympathique au plus bourru, mais le regard du scénariste et de l’illustrateur reste néanmoins plutôt bienfaisant sur tous les personnages.

Etrangement, j’ai ressenti de la tendresse durant la lecture, me sentant comme un témoin privilégié de la vie de ces personnes. Cela a également éveillé beaucoup de souvenirs. Vivant au bord de la mer, certains personnages m’ont rappelé des personnes croisées ici ou là durant la saison estivale.

Au- delà de la série de portraits, j’ai également apprécié le langage utilisé dans cette BD. J’ai trouvé l’ensemble mordant et rafraîchissant.

L’esthétique est plutôt sympathique même si j’avoue que ce n’est pas vraiment ce que je préfère. L’adéquation entre le scénario et les illustrations font que la magie opère et les couleurs solaires nous réchauffent le cœur en ce morne hiver froid.

Bref, si vous aimez les galeries de portraits grinçants, je vous conseille vivement cette lecture.

4-plumes

Un petit aperçu:

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Stephie

Ma chronique en vidéo:

bd·Mercredi BD

Didier, la 5ème roue du tracteur

Didier, la 5ème roue du tracteur de Pascal Rabaté et François Ravard, Futuropolis

Pour résumer:

Didier vit avec sa soeur Soazig dans une petite ferme bretonne. Il est très malheureux : à 45 ans, ce passionné du tour de France, n’a toujours pas connu le grand amour. Alors qu’il doit acheter une moissonneuse à la vente aux enchères du matériel agricole de Régis, copain de beuverie et fermier en faillite, il revient sans matériel mais avec son copain. Soazig est furieuse, mais pourtant le courant passe entre Régis et elle, soufflant un vent de liberté sexuelle. Consciente des malheurs de son frère, elle l’inscrit à son insu sur un site de rencontres. Rapidement, le profil de Didier fait une touche : la très entreprenante « Coquinette »…

Ce que j’en pense:

Didier est un agriculteur, célibataire endurci qui se voit contraint par sa sœur de trouver l’amour.

Le scénario est vraiment tip top. J’ai adoré, j’ai trouvé l’ensemble très drôle. C’est un morceau de vie. L’auteur nous dévoile un petit pan de l’histoire de ces personnages. Je me suis sentie privilégiée de pouvoir y assister.

J’ai aimé Didier, le gros pataud un peu poivrot mais attachant. Soazig sa sœur, quant à elle, n’en peut plus de materner son frère. Et Régis qui se retrouve à vivre chez Soazig et Didier, est également très attachant. Le trio de personnages fonctionne vraiment bien. Les situations cocasses s’enchaînent pour mon plus grand plaisir. J’ai adoré voir les relations qui se nouent entre eux.

Les illustrations sont tendres et très colorées. Il y a beaucoup de rondeurs dans les traits mais aussi beaucoup de poésie et de délicatesse. Le style graphique a donc su me séduire.

Bref:

Une lecture plaisante.

Si je devais le noter:

4-plumes

Un petit aperçu:

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez

bd·Mercredi BD

Alexandrin, l’art de faire des vers à pied de Alain Kokor et Pascal Rabaté

9782754818438

Alexandrin, l’art de faire des vers à pied de Alain Kokor et Pascal Rabaté, Futuropolis

Pour résumer:

« Alexandrin de Vanneville, poète des campagnes et des villes, arpentant les chemins et les villes, de terre ou de bitume, par vent et par la pluie, sans me taire et sans amertume, je survis en proposant ma poésie « . Poète ambulant, Alexandrin survit en faisant commerce des vers qu’il compose ; un aristo sans le sou, mais à la noblesse d’esprit et celle du coeur qui décide d’initier un adolescent en fugue aux arts de la poésie et de la débrouille.

Ce que j’en pense:

Alexandrin est un poète mendiant qui vit en vendant ses créations. Un jour, il croise Kévin, un petit garçon qui s’est échappé de chez ses parents. Il le prend sous son aile et lui apprend le goût de la vie et de la poésie. Mais un jour, Kévin retourne chez lui et Alexandrin dépérit.

Le scénario est tendre et plein de beaux moments. C’est très poétique. Le langage est subtil et délicat. C’est une vraie leçon d’épicurisme. J’ai beaucoup aimé l’univers de cette BD et toute cette atmosphère poétique.

En revanche, le dessin m’a beaucoup moins emballé. J’ai trouvé l’ambiance un peu trop onirique et les couleurs un peu trop pâles. Cela colle parfaitement avec le scénario de cette BD mais cela a crée chez moi un certain frein dans ma lecture. J’aurai aimé des traits plus affirmés je pense.

Bref: 

Une histoire qui m’a séduite mais que je n’ai pas trouvé assez mise en valeur pas l’esthétique de l’ensemble.

Si je devais le noter:

3-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Noukette.