bd·Non classé

Le journal d’Aurore de Marie Desplechin et Agnès Maupré

couv-aurorebdef

Le journal d’Aurore de Marie Desplechin et Agnès Maupré, Rue de Sèvres

Pour résumer:

Aurore a deux soeurs qui la détestent, les parents les plus insignifiants possible, une aversion avérée pour toute forme d’effort scolaire, pas de passion identifiée… autant dire, dans l’ensemble, une vie moins passionnante que celle du rat taupe des plateaux d’Abyssinie. Heureusement, dans ce tableau sombre d’une vie d’ado de 3e, il y a Lola, son amie qui habite en face et la comprend, elle. Enfin, ça dépend des jours. Et puis le nouveau demi-frère de Lola, Marceau, élément perturbateur notoire.

La vie n’est décidément pas un long fleuve tranquille à 14 ans et vaut bien les pages d’un journal.

Ce que j’en pense:

Cette BD est le journal d’une adolescente râleuse. Le lecteur partage une année de la vie d’Aurore. J’ai trouvé que le scénario était plat et vide. Je ne dis pas que la vie des adolescents est morne et triste mais franchement, cette BD est d’un ennui mortel! Il n’y a pas de rebondissement… C’est mou…

Quant au personnage d’Aurore… Il est complètement antipathique. C’est vraiment une ado dans tout ses défauts et dans toutes ses horreurs. Je n’ai vraiment pas aimé ce personnage qui est au centre de tout. Sérieusement, ce personnage m’a… gonflé!

Pour couronner le tout, je n’ai pas adhéré à l’esthétique un peu brouillonne et aux couleurs un peu criardes.

Le tout est donc imbuvable à mon goût et même si j’ai terminé cette BD, je l’ai trouvé insipide et sans goût… ou du moins, pas à mon goût.

Bref:

Je ne suis pas du tout conquise.

Si je devais le noter:

Aucune plume désolée…

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

bd·Mercredi BD

Verte de Marie Desplechin et Magali le Huche

couv_verte_ok_bdef

Verte de Marie Desplechin et Magali le Huche, Rue de Sèvres

Pour résumer:

À onze ans, la petite Verte ne montre toujours aucun talent pour la sorcellerie. Pire que cela, elle dit qu’elle veut être quelqu’un de normal et se marier. Elle semble aussi s’intéresser aux garçons de sa classe et ne cache pas son dégoût lorsqu’elle voit mijoter un brouet destiné à empoisonner le chien des voisins. Sa mère, Ursule, est consternée. C’est si important pour une sorcière de transmettre le métier à sa fille. En dernier ressort, elle décide de confier Verte une journée par semaine à sa grand-mère, Anastabotte. Puisqu’elles ont l’air de si bien s’entendre. Dès la première séance, les résultats sont excellents. On peut même dire qu’ils dépassent les espérances d’Ursule. Un peu trop, peut-être.

Ce que j’en pense:

Verte, je l’ai d’abord connu dans le roman de Marie Desplechin. Mais franchement, une fois qu’on la connait, on en redemande.

L’histoire de Verte est vraiment atypique, tout comme Verte d’ailleurs. Cette petite fille qui doit devenir une sorcière mais qui ne le veut pas est juste super. Le scénario est très drôle.

Les personnages sont décapants et surtout vraiment bien construits. J’aime qu’ils soient en décalage avec la réalité et surtout qu’ils soient complètement barrés.

L’univers graphique est super. J’aime beaucoup les dessins et les couleurs pastels. L’atmosphère de la BD est très agréable. J’ai aimé m’y plonger. J’ai dégusté chaque vignette.

Bref:

J’adore.

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Des livres, des livres!

Un amour de BD

Mylène

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Cette semaine chez