Rentrée Littéraire·Roman·Service Presse

Tout ce que dit Manon est vrai

Tout ce que dit Manon est vrai de Manon Fargetton, Editions Héloïse d’Ormesson, 416 pages

Au centre, Manon. Autour, une ronde de personnages, qui projettent sur elle leurs peurs, leurs insécurités et leurs fantasmes.
Ils croient la connaître mieux que personne. Ce sont ses parents, ses frères, son amie au lycée, l’homme qu’elle aime. Et ce sont eux qui vont raconter cette année où tout bascule parce que Manon, seize ans, entame une relation avec un éditeur de bande-dessinée de trente ans son aîné. Elle a du talent. Il va la publier. Ils s’aiment. La femme de l’éditeur aussi l’aime. Les lignes se brouillent, tout se mélange : l’histoire qu’ils vivent et l’écriture de la bande-dessinée, l’admiration, l’amour. Et le passé ressurgit soudain dans le présent.
Rapidement, la mère de Manon refuse ce prétendu amour, cherche à protéger sa fille par tous les moyens, s’expose à la colère adolescente de celle-ci. Deux visions du monde s’affrontent. Deux visions de l’amour. Deux visions de ce que signifie être adulte. Et entre elles, d’autres voix, qui chacune renferme un morceau de la vérité.
Et au centre, Manon.

Avant de commencer, je tiens à remercier les Éditions Héloïse d’Ormesson pour leur confiance.

Héloïse d'Ormesson

Tout ce que dit Manon est vrai nous narre l’histoire de Manon, 17 ans qui tombe amoureuse de son éditeur Gérald qui lui, a 56 ans. Alertés, ses parents décident de l’avertir mais cette histoire d’amour va aussi révéler une histoire bien plus sombre.

Le récit que nous offre Manon Fargetton est sublimissime. À travers les points de vue des divers personnages sur Manon, nous découvrons l’histoire de cette jeune fille. Ainsi , le lecteur est confronté à l’inquiétude de sa mère, aux questionnements de son père, au regard perplexe de ses frères et aux messages enflammées de Gérald. Grâce à ce faisceau de point de vue, l’intrigue avance. Au départ de tout cela, il y a cette histoire d’amour entre deux personnes qui ont une grande différence d’âge. Je ne savais pas trop comment me positionner au début face à cette relation. Gérald, bien que plus âgé, semblait bien sous tout rapport. Et puis, ses messages sont devenus plus insistants, plus oppressants et dérangeants. Certains passages m’ont mise vraiment mal à l’aise. On ne peut s’empêcher de se questionner sur cette relation. Et puis, alors que nous ne nous y attendions pas, une autre intrigue vient se greffer sur la première. Manon, 15 ans, dit avoir subit des attouchements sexuels. Mais comment être sûre qu’elle ne ment pas, alors qu’elle passe sa vie à monter des bateaux à ses parents à propos de sa relation avec Gérald? 

Lire ce roman, c’est mettre le doigt dans un engrenage et ne plus pouvoir en sortir. Au fur et à mesure de sa lecture, le lecteur se questionne et veut connaître le dénouement de cette histoire qui alterne entre sordide et magnifique. Et au centre de tout cela, il y a Manon. Cette dernière est le point d’orgue de tout le roman. Tous les personnages sont tournés vers elle. Tout le monde la scrute. Mais personne n’a réellement accès à ses pensées. L’autrice nous livre bien quelques sms, mails et écrits de Manon, mais rien de plus. Cette stratégie crée une véritable aura de mystère autour d’elle. Manon semble inaccessible, intouchable, qui peut savoir ce qu’elle ressent? Comme les autres, nous ne pouvons que supposer ce qu’elle ressent, sans vraiment avoir accès à la vérité.

Je ne connaissais pas Manon Fargetton et je suis enchantée d’avoir pu lire ce roman qui a été une claque monumentale. Le style de l’autrice m’a soufflé. Sa maîtrise de l’intrigue et la construction habile de sa narration font de ce livre un véritable coup de cœur. 

20210415_170346_0000

S