bd

Royal City, Tome 3

Ce que j’en pense:

Avec ce tome 3, Jeff Lemire signe le dernier opus de sa série « Royal City ». Le scénario nous plonge dans la vie d’une famille où chaque personne a ses petits secrets et ses questionnements. Nous avons donc une intrigue très réaliste mettant en scène des personnages touchants à la forte personnalité. En effet, la galerie de protagoniste est formidable et a su m’émouvoir. L’esthétique est fidèle à celle de Jeff Lemire. Les traits sont fins et parfois nerveux. Les couleurs sont un peu pâles et l’ambiance sépia donne l’impression que le comics est un film sur une famille de l’amérique profonde.
Je ne peux donc que vous conseillez cette lecture.

Mon avis en vidéo:

bd·Mercredi BD

Sweet Tooth, Tome 3 de Jeff Lemire

61ybaduaifl-_sx195_

Sweet Tooth de Jeff Lemire, Urban Comics

Pour résumer:

Dix années ce sont écoulées depuis la mystérieuse pandémie qui frappa la Terre et décima la quasi-totalité de la population. De celle-ci, naquit une nouvelle espèce : mi-homme mi-animale. Gus fait partie de ces enfants hybrides dont on ignore tout, livré à lui-même depuis la mort de son père. Au cours de son voyage à travers une Amérique dévastée, Gus croisera la route de Jepperd, homme massif et taciturne avec qui il se met en quête d’un refuge spécialisé. Mais sur leur route, les chasseurs sont nombreux.

Ce que j’en pense:

Après les volumes 1 et 2 je me suis lancée dans la lecture du volume 3 qui clôture toute la série. Pour le coup, on retrouve Gus qui est en quête de ses origines. Jepperd reste à ses côtés pour le protéger.

Ce volume 3 est une vraie tuerie! Les rebondissements sont spectaculaires et maintiennent le suspens jusqu’au bout. C’est parfaitement construit et la fin est magistrale. Je ne veux pas trop vous en dire car je risquerai de vous gâcher la surprise.

Gus quant à lui prend en maturité et en courage. Son personnage prend de l’épaisseur et surtout il s’affirme clairement. Dans ce volume, on découvre ses origines. Tout devient clair et le mystère se dissipe pour éclairer l’ensemble de la série.

Le personnage de Jepperd quant à lui, se montre plus sensible. Il montre de nouvelles facettes de lui même et il se révèle réellement.

L’esthétique reste dans la lignée des comics précédents. C’est toujours aussi violent. On retrouve toutes les caractéristiques du genre avec des traits durs et des couleurs saturées. Je ne suis donc pas déçue par ce tome 3.

Bref:

Cette trilogie finit en apothéose.

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Cette semaine chez la géniallissime Noukette.

Comics

Sweet Tooth, Volume 2 de Jeff Lemire

sweet-tooth-tome-2-40590-270x409

Sweet Tooth, Volume 2 de Jeff Lemire, Urban Comics Éditions

Pour résumer:

La fin du monde n’était que le début d’un long voyage pour le jeune Gus, désormais conscient que le sang qui coule dans ses veines pourrait bien être la clé d’un futur possible pour l’Humanité. Maintenu en détention par une milice armée et sans pitié, le jeune garçon devra compter sur l’aide d’un Jepperd avide de vengeance. Ce dernier saura-t-il s’associer aux bonnes personnes ? Car une fois libérées, certaines forces peuvent rapidement devenir incontrôlables.

Ce que j’en pense:

J’avais beaucoup apprécié le tome 1 et ça commençait à me démanger sérieusement de découvrir le tome 2. Dans ce deuxième volume, j’ai retrouvé Gus et Sheperd. J’ai adoré retrouver ces personnages et leurs aventures. Je ne veux rien dévoiler du scénario (j’ai peur d’en dire trop) mais sachez juste que c’est rondement mené, bien rythmé et ficelé. J’ai été tenue en haleine de bout en bout, un véritable plaisir.

Les personnages connaissent une belle évolution. Gus qui était si innocent et naïf dans le tome 1, se forge un petit caractère (peut être la crise d’adolescence…). Sheperd se dévoile un peu et montre des failles sous son apparence de gros dur. J’aime la façon dont ces deux cohabitent, se jaugent et se protègent. J’aime la relation qu’ils tissent au fil des planches. Autour de ces deux personnages, gravitent d’autres personnes toute avec une personnalité bien à elle. J’ai apprécié le travail sur chacun d’eux.

L’atmosphère qui se dégage de ce volume 2 est très spéciale. Il y a un réel sentiment d’urgence. Bien que le volume soit épais, je l’ai dévoré! Il faut dire qu’une fois les premières vignettes lues, je me suis trouvée engloutie dans l’histoire.

L’esthétique est typique du Comics mais les couleurs sont beaucoup plus sombres et moins criardes. Malgré cette atmosphère obscure, pleins de petits détails apparaissent ça et là. Les illustrations sont très violentes (attention public averti). J’ai également apprécié le mélange des différents genres de dessins. En effet, lorsque nous sommes dans le rêve d’un personnage, l’esthétique est plus légère et vaporeuse.

Bref:

Je veux le tome 3!

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Mo

Comics·Mercredi BD

Sweet Tooth de Jeff Lemire

sweet-tooth-tome-1-37818-199x300

Sweet Tooth, Tome 1 de Jeff Lemire, Vertigo

Pour résumer: 

Il y a une dizaine d’années Le Malheur a fait rage comme une feu de forêt, tuant des milliards de gens, et les seuls enfants nés depuis sont d’une nouvelle race hybride humain/animal. Gus est un de ces gamins en danger, un garçon avec une âme douce, et un palais encore plus doux (sweet tooth = dent sucrée=passion pour les sucreries) – et les bois d’un cerf.

Mais les gosses comme Gus ont leurs têtes mises à prix. Quand de vicieux chasseurs arrivent jusqu’à sa maison isolée dans les bois, un homme mystérieux et violent appelé Jepperd, sauve Gus. Le vagabond costaud promet à Gus de l’emmener à la « Préserve », un paradis de sécurité de légende pour les enfants hybrides.

Pendant que tous deux traversent cette nouvelle dangereuse frontière Américaine, Jepperd arrivera-t-il à corrompre « Dent sucrée », comme le tueur l’a surnommé, ou est-ce le coeur de Gus qui parviendra à changer Jepperd ?

Ce que j’en dis:

Il y a de ces BD qui nous frappe par leur couverture, qui nous attire sans savoir pourquoi. C’est sur le Blog de Jérôme D’une Berge à l’autre que j’ai découvert ce comics.

La couverture m’a tout simplement fascinée. Ce jeune garçon aux bois de cerf. Cette tâche de chocolat au bord de ses lèvres (que j’ai d’abord pris pour du sang) et ce regard, ce p***** de regard effrayé, perdu. Un comics plein de promesses en somme.

L’histoire est celle de Gus, une jeune garçon mi- homme, mi- cerf qui vit caché dans les bois avec son père depuis qu’une mystérieuse épidémie tue tout le monde sur la Terre. Si cela vous rappelle The Walking Dead, c’est normal. L’intrigue est top, pleine de rebondissements. Ce tome 1 prend un bon rythme et donne le ton de la série.

Ici, pas de zombie! Juste des enfants hybrides nés après l’apparition de la fameuse épidémie. Les personnages sont donc plutôt atypiques. Gus est attachant mais très naïf (on sent qu’il a vécu dans les bois bien à l’abri). Personnellement, j’ai préféré le personnage de Jepperd. Ce personnage renferme une part d’humanité cachée sous une grosse couche de violence et d’alcool.

Parlons en de l’humanité tiens? Les « méchants » dans ce Comics sont finalement les êtres humains car les hybrides eux, ne demandent qu’à vivre leur vie! Et si je pousse ma réflexion à la mort moi le nœud jusqu’au bout, dans The Walking Dead les « méchants » sont aussi les Hommes et non pas ces pauvres zombies contaminés qui ne demandent qu’à se nourrir et n’avaient rien demandé à personne?! Bon, je referme ma parenthèse philosophico je sais pas quoi et je reviens au Comics.

En ce qui concerne l’écriture, j’ai trouvé les dialogues brefs mais efficaces. La narration est judicieuses. L’esthétique est typique des comics avec des traits marqués et des couleurs sombres. Il y a néanmoins beaucoup de violence et le budget hémoglobine en vue de l’adaptation d’un éventuel film pourrait être conséquent (âme sensible s’abstenir). Ce Comics est d’ailleurs pensait comme un film au niveau du découpage des plans et des scènes.

Bref:

Un début prometteur, affaire à suivre.

Un petit aperçu:

 

Si je devais le noter:

4-plumes

Y a pas que moi qui en parle:

Jérôme

Mo du Bar à BD

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Cette semaine chez Steph FT