bd

Manabé Shima de Florent Chavouet

51rzatayxfl-_sx363_bo1204203200_

Manabé Shima de Florent Chavouet, Éditions Philippe Picquier

Pour résumer:

Le Japon est tellement une île qu’il est un archipel.
Dans le catalogue japonais, on trouve des îles industrielles, des îles artificielles, des îles sacrées, des îles musées, des îles formol, des îles atoll, des îles balnéaires, des îles bleu-vert, des îles sauvages, des îles sans âge, des îles connues, Shikoku, et mêmes des îles où l’on pêche et l’on boit.
Parmi ces miettes de terre, il y a Manabé Shima, une île dont on parle peu, mais où poussent très bien les poissons.

Ça tombe bien, je n’ai rien prévu cet été.

Ce que j’en pense:

C’est officiel, je suis amoureuse de Florent Chavouet! Ce carnet de voyage qui fait suite à Tokyo Sanpo ne dément pas le talent de cet auteur.

Florent (ouais je l’appelle par son petit nom) nous fait découvrir une nouvelle île du Japon et c’est délectable. À travers son regard, ses impressions, ses aventures, j’ai découvert une nouvelle facette du Japon. Les portraits de personnes sont très touchants. Les endroits décrits sont pittoresques. Nous avons vraiment droit à un beau journal intime. Tokyo Sanpo m’avait donné envie de découvrir ce pays mais avec Manabé Shima, Florent enfonce le clou.

Les dessins sont toujours aussi beau. Le trait est précis, il y a pleins de couleurs. Je trouve que le geste a pris en assurance. Bref, je suis une grande fana de l’esthétique de cette BD. J’apprécie également le choix d’agencement des illustrations qui donnent vraiment cette impression de carnet de voyage et d’intimité avec l’auteur.

Bref:

Florent, veux tu m’épouser? Et on dirait qu’on irait au Japon en voyage de noces.

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Mo

Jérôme

Strip by Strip

Le grenier à livres

bd·Mercredi BD

Le Chat du Rabbin de Joann Sfar

album-cover-large-11762

Le Chat du Rabbin de Joann Sfar, Poisson Pilote

Pour résumer:

Le Chat du Rabbin essaye de répondre à une question fondamentale : peut-on apprendre la torah à un chat, fut il doué de parole ?

Ce que j’en pense:

Je me lance enfin dans la lecture du fameux Chat du Rabbin. J’en ai tellement entendu parlé avant d’arriver à mettre la main dessus que ce chat était devenu l’objet de tous mes fantasmes! Et le voilà enfin entre mes mains!

L’histoire est surprenante. C’est celle d’une famille juive dont le chat est doué de parole. Et ce chat déjà exceptionnel n’a pas sa langue dans sa poche. Le scénario est juste génial, c’est un petit délice pleins de rebondissements, d’humour et de tendresse. Même ceux qui n’aiment pas les chats seront séduits.

chat_rabbin

Alors, c’est vrai, vu comme ça, il ne paye pas de mine. Mais ce chat est juste le chat que je voudrais avoir. Ce personnage est charismatique, drôle et plein de répartis. C’est un personnage vraiment original. Il est entouré par le rabbin qui aimerait mieux que ce chat soit muet parce qu’il ne lui apporte que des problèmes et par Zlabya, la fille du rabbin. Zlabya est un élément central de la BD car toutes les décisions du chat sont déterminées par la vie de celle- ci. En effet, ce chat (croyez le ou non) éprouve des sentiments amoureux pour sa belle maîtresse (c’est un doux euphémisme parce qu’en vrai il la kiffe de ouf!).

Tout ce joli petit monde est mis en scène par le magnifique coup de crayon de Joann Sfar qui illustre de façon magistrale son scénario. L’esthétique est sublime et les couleurs solaires.

Bref:

Un vrai coup de cœur!

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Mo

Leiloona

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Cette semaine chez

bd·Mercredi BD

Dent d’ours de Yann et Henriet

dent-dours-couv1

Dent d’ours de Yann et Henriet, Dupuis

Pour résumer:

Quand Max est mis aux arrêts pour trahison, sa vie bascule. Pilote dans l’US Air Force, Max dit ‘le Polak’ a émigré aux Etats-Unis pour fuir la persécution nazie en Europe. Né en Haute-Silésie, de famille juive polonaise, Max s’est engagé dans l’armée américaine, où il sert sur une base aérienne du Pacifique. Pris pour un autre, il est soupçonné d’être un espion nazi, victime de sa ressemblance avec l’Allemand Werner Königsberg, né comme lui en Haute-Silésie, et qu’il a effectivement connu quand il était enfant, lorsqu’il rêvait d’aviation avec lui et la petite Hanna.

Ce que j’en pense:

Le scénario se déroule durant la seconde guerre mondiale et mélange présent et passé. L’histoire s’installe lentement mais sûrement, mettant en place une intrigue très prometteuse. Il y a très peu de rebondissements mais beaucoup de bonds dans le temps. Le passé alimente l’histoire du présent comme des flash-backs. Le tome 1 est donc une belle promesse complètement concrétisée par les tomes suivants. C’est juste un plaisir de découvrir la suite. Le suspens s’installe et on s’attache aux personnages. Les ellipses se font moins nombreuses pour laisser place à l’intrigue principale.

Outre une intrigue alléchante, cette BD met en scène des personnages plutôt fascinants. Max qui est au centre a tout du héros comme on les aime. Le personnage de Hanna prend également une grande place et elle prend toute sa dimension. Ces deux protagonistes mènent la danse et ont des caractères bien trempés.

L’écriture est simple et efficace, les dessins sont beaux et j’ai apprécié les multiples détails des avions. Les couleurs sont sublimes et apportent à la BD cette ambiance qui lui est propre.

Bref:

Un petit bijou!

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si je devais le noter:

4-plumes

Y a pas que moi qui en parle:

Les fanas de livres

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Cette semaine chez Mo.

 

bd·Mercredi BD

Tokyo Sanpo de Florent Chavouet

51c32doizrl-_sx362_bo1204203200_

Tokyo Sanpo de Florent Chavouet, Éditions Philippe Picquier

Pour résumer:

 » Il paraît que Tokyo est la plus belle des villes moches du monde. Plus qu’un guide, voici un livre d’aventures au cœur des quartiers de Tokyo. Pendant ces six mois passés à tenter de comprendre un peu ce qui m’entourait, je suis resté malgré tout un touriste. Avec cette impression persistante d’essayer de rattraper tout ce que je ne sais pas et cette manie de coller des étiquettes de fruits partout, parce que je ne comprends pas ce qui est écrit dessus. A mon retour en France, on m’a demandé si c’était bien, la Chine. Ce à quoi j’ai répondu que les Japonais, en tout cas, y étaient très accueillants. « 

Ce que j’en dis:

Tokyo Sanpo est un journal de bord d’un français qui a vécu au Japon.

Le journal est organisé par quartier et nous livre des petits moments de la vie quotidienne. Le lecteur y découvre des descriptions de personnages ou de devantures.

Ce roman graphique est fait avec beaucoup d’humour, c’est un véritable documentaire avec pleins de mésaventures et d’anecdotes.

Le gros point fort de ce livre, ce sont les illustrations qui sont juste magnifiques. Elles sont élaborées aux crayons de couleurs et il y a plein de petits détails.

Bref:

Une lecture agréable où on en prend plein la vue.

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si je devais le noter:

4-plumes

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Cette semaine chez Stephie.

 

 

bd·Mercredi BD

Le Rapport de Brodeck de Manu Larcenet

rapport20de20brodeck20bd

Le Rapport de Brodeck de Manu Larcenet, Dargaud

Pour résumer:

Manu Larcenet s’attaque pour la première fois à une adaptation, celle du chef-d’oeuvre de Philippe Claudel, Le Rapport de Brodeck. Mais lorsque l’auteur de Blast et du Combat ordinaire s’empare du texte, c’est pour le faire sien et lui donner une nouvelle vie, éclatante, sombre et tragique. Des pages d’une beauté stupéfiante, magnifiant la nature sauvage et la confrontant à la petitesse des hommes ; une plongée dans les abîmes servie par un noir et blanc sublime et violent. Un très grand livre.

Ce que j’en pense:

Manu Larcenet m’étonnera toujours! Ces deux BD sont juste sublimes!

Larcenet nous livre l’histoire de Brodeck qui doit écrire un rapport sur la mort d’un étranger dans son village. II subit la pression des villageois pour cacher la vérité.

Le scénario est bien ficelé et surtout bien peaufiné. Le personnage de Brodeck est omniprésent. L’histoire de ce personnage est très dure et son caractère particulier. Son regard est très doux, c’est un homme bon qui a connu les pires atrocités. Le personnage est réellement complexe et prend une dimension de plus en plus grande au fur et à mesure. Les autres personnages paraissent bien insignifiants face à Brodeck. Et bien que chacun ait son caractère, personne n’arrive à la cheville du charisme que dégage le personnage principal.

Je ne peux cacher que j’adore le travail de Manu Larcenet, mais là, j’ai vraiment eu le souffle coupé. L’esthétique est juste une vraie gifle. Les traits sont sombres et nerveux avec pleins de détails. L’ambiance qui se dégage de ce roman graphique est sombre et angoissante.

J’ai eu durant toute ma lecture cette sensation d’être devant un véritable chef d’oeuvre. Certains passages sont tout simplement des traits de génie et je me suis retrouvée en admiration totale devant ces dessins et ces écritures. Certains passages m’ont tout simplement subjugué. J’ai particulièrement aimé le moment où Brodeck va voir le curé et que ce dernier compare la confession aux égoûts qui s’écoulent. Mon Dieu, rien que d’y repenser j’en ai des frissons.

Bref:

J’ai pris une bonne claque! J’aime, j’adore, j’adule!

Un petit aperçu:

Si je devais le noter:

5-plumes

Y a pas que moi qui en parle:

Jérôme

Noukette

Enna

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Cette semaine chez Noukette.