bd

Pèle mêle de BD

Ce que j’en pense:

Beastars est un manga à l’univers très riche. Nous présentant une société anthropomorphe partagée entre les carnis et les herbis, Beastars, nous questionne sur notre société et la façon dont nous interagissons. Le scénario met en scène Legoshi un loup gris participant à un cours de théâtre et qui n’est pas bien dans sa peau. Autour de lui gravitent de nombreux personnages.

Avec son scénario prenant Paru Itagaki a su me séduire dès les premières pages. Son univers riche et ses personnages très travaillés contribuent à créer un univers à part. D’un point de vue esthétique, c’est assez typique du manga avec des traits fins et l’utilisation du noir et blanc. Néanmoins, les détails rendent le tout véritablement sublime.

Ce que j’en pense:

Le deuxième tome de Momo nous raconte la façon dont Momo fait le deuil de sa grand- mère. Ce scénario émouvant contribue grandement à séduire le lecteur. Mettant en scène une Momo attachante mais têtue, ce deuxième tome nous offre une fin plutôt ouverte qui nous laisse imaginer un futur tome. Dans ce volume, nous découvrons de multiples personnages très attachants et qui aident Momo dans sa reconstruction. Une véritable communauté se crée.

D’un point de vue esthétique, j’ai trouvé que cela se rapprochait du manga. Je trouve que la colorisation manque de nuances mais néanmoins, je me suis laissée séduire.

Ce que j’en pense:

Sacha et Tomcrouz signe le début d’une série jeunesse prometteuse. Nous y découvrons Sacha un petit garçon élevé par sa mère. Son père a mystérieusement disparu. Sacha est d’une intelligence rare et c’est un petit garçon qui séduit facilement son monde. Pour son anniversaire, il se voit offrir un chihuahua qu’il nommera Tomcrouz comme l’idole de sa mère. Le petit chien un peu trop curieux, avale une substance étrange qui va avoir de drôles d’effets.

Ce scénario prenant, embarque le lecteur dans des aventures rocambolesques. Même si le tome peut se lire de manière individuelle, on sent bien que derrière tout cela, une trame bien plus complexe se profile.

L’esthétique est sublime. Les traits sont fins et délicats. Les couleurs sont pastels et l’ambiance est onirique. Un vrai coup de cœur!

giphy

Ce que j’en pense:

Ce premier tome a su véritablement me séduire. Racontant l’histoire de Ninn, cette petite fille qui bébé a été retrouvée dans le métro et cherche désormais ses origines. On sent dès les premières pages, que cette série va être palpitante. Le suspens augmente tout au long des pages et c’est à bout de souffle que ce termine ce premier tome. Comme vus l’aurez compris, j’ai tout simplement adoré!

Le personnage de Ninn est attachant. On a de l’empathie pour elle et sa quête d’identité devient la nôtre. On se questionne désespérément et on espère avoir des réponses.

Esthétiquement parlant, c’est tout ce que j’aime. J’ai apprécié le dessin fin et détaillé ainsi que les couleurs. L’ambiance du métro est bien retranscrite et j’avoue que j’ai complètement adhéré.

Encore un coup de cœur! 

giphy

Mon avis en vidéo:

bd·Littérature de Jeunesse

Les Carnets de Cerise et Valentin

Les Carnets de Cerise et Valentin de Aurélie Neyret et Joris Chamblain,, Collection Métamorphose

Pour résumer:

Premier album spin-off desCarnets de Cerise, Les Carnets de Cerise et Valentin  propose une histoire à deux niveaux de lecture autour de la peur de l’inconnu. Valentin – tout comme Cerise, sa maman et le papa de Valentin – s’apprête à partir pour un long voyage autour du monde. Mais il n’a que sept ans et ce voyage lui fait un peu peur.
Pour tenter d’apaiser cette angoisse, Cerise et lui ont imaginé une histoire d’extraterrestres : dans la nuit du 18 août, Toloh-Tim a atterri dans le jardin. Il veut fuir une mission spéciale qu’il devait accomplir. Mais laquelle ? C’est ce que les agents spéciaux Cerise et Valentin devront découvrir.

 

Ce que j’en pense:

J’avais tellement aimé Les Carnets de Cerise que c’est toute confiante, que je me suis plongée dans la lecture de son spin-off.

Malheureusement, la déception fut grande… Alors que la série d’origine avait une intrigue prenante et bien construite, ici, j’ai trouvé le scénario faiblard voire inexistant. J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire et à adhérer complètement. Mais histoire y a t’il? Car franchement, j’ai trouvé l’ensemble si mal construit que j’y ai perdu mes repères. Pour le coup, je me suis ennuyée, lisant sans réellement apprécier le contenu.

J’ai également trouvé que les personnages ne connaissaient aucune réelle évolution. C’est inintéressant au possible…

En revanche, gros point fort pour l’esthétique toujours aussi belle. Les couleurs sont chatoyantes, les dessins délicats. Malheureusement, cela ne suffit pas…

Bref:

Une vraie déception.

Si je devais le noter:

1-plume

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

bd

L’épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur de Gauthier et Lefevre

8905f3eb7e04a04f053dbd418f7127b6

L’épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur de Gauthier et Lefevre, Collection Métamorphose

Pour résumer:

Une histoire savoureuse et pleine d’humour autour des peurs enfantines.

Épiphanie Frayeur est une petite fille qui grandit en même temps – mais moins vite – que sa peur.

Ses cheveux sont constamment dressés sur sa tête. Elle a peur de tout, tout le temps. Cette peur – une énorme masse noire qui prend.

Ce que j’en pense:

Épiphanie cherche à se libérer de sa peur qui la suit comme son ombre. Pour cela, elle va consulter plusieurs spécialistes. Le scénario est plutôt sympa. L’intrigue m’a un peu fait penser à Alice aux pays des merveilles pour le côté légèrement barré.

Épiphanie est un personnage atypique. C’est une petite fille angoissée qui fait un véritable voyage initiatique. Le personnage connaît une vraie évolution psychologique. C’est très intéressant de suivre Épiphanie et de voir comment elle change.

Il y a beaucoup de jeux de mots autour des expressions sur le thème de la peur. Les expressions sont prises au 1er degré. Cette BD est très riche d’un point de vue du langage.

Les illustrations sont très riches et très belles. Les couleurs sont douces et reflètent bien l’univers un eu décalé d’Épiphanie Frayeur.

Bref:

Une belle BD.

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Moka

Un petit bout de Bib