bd

Le vent des cimes

Le vent des cimes de Buche et Perrissin, Glénat

Pour résumer:

À la veille de son mariage, Rachel Wiezman est sans nouvelles de son fiancé Jack qui s’est envolé de Santiago malgré le mauvais temps. Jack Rouault, pionnier de l’Aéropostale, a déjà fait ce trajet des dizaines de fois et ce n’est pas un coup de vent qui va l’empêcher d’être à l’heure à l’église ! Mais au cœur des Andes, c’est une véritable tempête qui se déchaîne et l’avion, pris dans la tourmente, se crashe. Blessé et transi de froid, Jack tente désespérément de se sortir de cet enfer blanc, tandis que Rachel, ne supportant plus cette insoutenable attente, s’envole à son secours. 

Ce que j’en pense:

Rachel et Jack vont se marier mais Jack aviateur postal s’écrase lors du trajet qui doit le ramener chez lui. Rachel part alors à sa recherche. 

Il n’y a pas à dire, avec un scénario pareil, on ne pouvait faire qu’un carton. Christian Perrissin nous livre un récit qui mêle amitié, amour et aventure. Tout au long de la lecture, le suspens est présent, les rebondissements se multiplient conférant un rythme soutenu. Dès les premières planches, je suis rentrée dans l’histoire et jusqu’à la fin, j’ai été tenue en haleine. Les aller retours entre passé et présent permettent au lecteur de découvrir plus en profondeur les personnages et ainsi leur donnent une dimension humaine. L’histoire d’amour qui se déroule sous nos yeux est magnifiquement tragique et jusqu’aux dernières vignettes on espère que tout se finira bien.

L’ensemble est accompagné d’une esthétique souple et d’un trait fin. Les couleurs sont sublimes et les paysages à couper le souffle. Malgré la tragédie qui se joue sous nos yeux, Éric Buche adoucit l’ensemble avec son esprit graphique.

Bref:

Une lecture passionnante.

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

bd·Mercredi BD

Geisha ou Le jeu du shamisen de Chritian Perrisin et Christian Durieux

Geisha ou Le jeu du shamisen de Christian Perrisin et Christian Durieux, Futuropolis

Pour résumer:

Les premiers temps sont prometteurs. Mais son père est fauché par un tramway. Il perd sa jambe, et tout espoir de trouver un travail. La fillette est alors vendue à une maison réputée de geisha et fera l’apprentissage des arts. Il lui faudra savoir chanter, danser, marcher avec autant d’élégance que de talent afin d’éviter de devenir servante à son tour, ou prostituée. L’enfant a un don pour le shamisen. À savoir jouer de cette guitare à trois cordes, elle peut diriger sa vie. À devenir geisha, elle pourra assurer la survie de sa famille et s’assurer un avenir. Mais rien ne sera facile pour l’enfant au visage disgracieux et à l’allure sauvage. Elle deviendra Kitsune, la renarde…

Ce que j’en pense:

Setsuko est vendue à une okiya par son père pour qu’elle devienne geisha. Elle apprend donc son métier et le lecteur la suit durant une partie de sa vie. Le scénario nous déroule un véritable récit de vie. C’est superbe et j’ai apprécié que les scénaristes intègrent l’histoire du pays dans la BD.

Je suis fascinée par le monde des geishas et tout ce qui règle leur quotidien. J’ai donc adoré découvrir l’envers du décor. C’était magique.

Les personnages sont super. Setsuko a une sacrée force de caractère. Elle rebondit à la moindre embûche et arrive à évoluer de façon positive dans ce monde si terrifiant.

Le monde des geishas est au centre de tout, il emplit l’ensemble de ce diptyque aux allures magique. C’est un personnage à part entière.

L’esthétique est sublime et intégralement en noir et blanc. Il y a beaucoup de détails dans les tenues et dans les paysages. C’est délicat, subtil, tout comme l’univers dépeint.

Bref:

Un coup de cœur.

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Noukette

Yaneck

Un amour de BD

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Noukette.