bd·Littérature de Jeunesse

Pèle mêle de BD (3)

Aujourd’hui, faisons un plongeon dans la BD en littérature jeunesse. Je vais donc vous parler ici du tome 3 de la série Sixtine de Frédéric Maupomé et Aude Soleilhac, publié aux éditions de la Gouttière. Nous avions laissé Sixtine dans une drôle de situation…

Coincée dans la pièce secrète de son père, Sixtine découvre le monde des ombres, accompagnée de ses amis, Martin et Sophie. Mais la jeune fille est surtout concentrée sur les secrets qui se dévoilent à elle… Elle comprend que les pirates lui ont caché beaucoup de choses. En colère, elle ne veut plus les voir et, petit à petit, s’isole.

Le scénario de ce tome 3, nous amène un peu plus loin dans l’intrigue de Sixtine. Nous découvrons le monde des ombres qui est rempli de mystères. Notre héroïne se pose de plus en plus de questions sur son identité et sur ses origines. Son entêtement et sa détermination à toutes épreuves vont d’ailleurs la couper de ses meilleurs atouts, ses amis. L’intrigue prend donc une tournure plus dramatique dans ce tome 3. De vrais ennemis se dessinent et le lecteur comprend très vite que la portée du scénario est bien plus vaste. La fin du tome 3 m’a laissé complètement sur ma faim et promet un tome 4 détonnant! Beaucoup trop de questions restent en suspens et j’avoue que ma curiosité est piquée par autant de mystères.

Ce tome 3  ne sera donc pas l’ultime volet de la saga Sixtine. D’ailleurs, j’espère vivement que le prochain tome rendra plus agréable le personnage de Sixtine. En effet, dans cet opus elle se montre antipathique, désagréable et butée. Je trouve que c’est vraiment dommage qu’une intrigue aussi bien écrite soit servie par un personnage aussi peu sympathique. Espérons que ce ne soit qu’une passe car dans cette BD, Sixtine, en pleine crise d’adolescence, se pose beaucoup de questions sur elle même. Autour d’elle, gravitent de nombreux autres personnages qui du coup sont beaucoup plus agréable. Ils se font quelque peu malmener par notre héroïne caractérielle et j’ai eu un peu pitié d’eux…

Esthétiquement parlant, j’accroche toujours autant avec l’esprit graphique. J’aime beaucoup le trait général, les personnages sont reconnaissables au premier coup d’œil. J’ai également apprécié les divers changements d’ambiance qui rendent l’ensemble accrocheur et nous permettent de vraiment rentrer dans l’histoire.

Le tome 3 de la série Sixtine s’inscrit donc dans la droite lignée des précédents tomes et nous promet une suite des plus alléchante.

Sixtine tome 3 - BDfugue.com

Continuons notre Pèle mêle du jour avec une superbe BD jeunesse du géniallissime Loïc Clément et de Bertrand Gatignol publié chez Delcourt, Le Voleur de Souhaits.

Se plonger dans cette lecture c’est accepter de découvrir un univers onirique et poétique. En effet, cette BD est un petit bijou de douceur. La quatrième de couverture donne d’ailleurs le ton de ce livre envoûtant.

Chaque éternuement d’autrui est pour Félix une occasion de prouver son originalité.

 Alors que toute personne bien élevée est censée accompagner l’éternuement de quelqu’un d’un « à vos souhaits » bien à propos, Félix, lui, modifie la formule à son profit par un subtil « à MES souhaits ». Et pour peu qu’il en soit remercié, il s’approprie le souhait en le capturant dans un de ses innombrables bocaux

Vous l’aurez compris, j’ai adoré cette histoire. Ce petit Félix au grand regard qui vole les souhaits des gens a su me séduire dès les premières pages. Il faut dire que j’ai accroché au concept dès les premières lignes et je me suis très vite prise au jeu. Mais ce que j’ai le plus aimé dans cette intrigue, c’est la rencontre entre Félix et Calliope. J’ai aimé voir les personnages se confronter, puis doucement s’accepter pour finalement s’aimer d’un amour simple et pur. La complicité de ces deux enfants m’a beaucoup émue et en lisant cette BD, je me suis sentie transportée pendant un temps dans l’univers que nous livre le duo. La fin est tout simplement sublime. J’ai fini ma lecture avec le sourire aux lèvres et une petite larme aux coins des yeux.

Certes cette BD à une intrigue et des personnages forts mais qu’en est-il de l’esthétique? Et bien là encore, je suis séduite. Bertrand Gatignol nous offre des traits fins, des dessins sublimes et des couleurs à tomber. J’ai été fascinée par la puissance des regards des personnages et ceci dès la couverture. Le dessin est lui aussi plein de poésie et contribue grandement à l’atmosphère onirique qui se dégage de ce livre.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré cette lecture qui m’a tout simplement subjuguée. Je ne saurai que vous conseillez de vous plonger dans Le Voleur de Souhaits.

Le podcast: ici

La vidéo:

bd·Littérature de Jeunesse

Chroniques de l’île perdue

Chroniques de l’île perdue de Loïc Clément et Anne Montel, Soleil Prod

Pour résumer:

Sacha et Charlie, deux jeunes frères, font une croisière avec leurs parents.
Soudain, une terrible tempête éclate : leur bateau sombre et tous deux échouent séparément sur de mystérieux rivages… À la recherche de son petit frère, Sacha va devoir lutter contre d’étranges entités malveillantes, tandis que Charlie fera la rencontre d’une jeune fille qui le protégera contre une force inconnue.
Au gré de leurs aventures, tous vont croiser une faune fantasmagorique : les Doudous, peuple de peluches – originellement bienveillant – torturé et violent ; les Akupunkts, troncs d’arbres anthropomorphiques ; les Loups-cauchemars ; ou encore, les Moaïs, sages qui tiennent des discours apparemment sans queue ni tête. L’île, composée de six environnements distincts, semble être vivante et se nourrir des frayeurs et des angoisses des naufragés…

Ce que j’en pense:

Lorsque je suis tombée complètement par hasard sur cette BD jeunesse, je l’ai prise avec moi les yeux fermés. Il faut dire que le duo Anne Montel-Loïc Clément avait déjà su me séduire avec: Les jours sucrés, Chaussette ou encore Shä et Salomé.

Cette fois ci, ils nous livrent les aventures de Sacha et Charlie, deux frères qui s’échouent sur une île. Cette dernière cachent de nombreux secrets et dangers que les deux enfants devront déjouer. Les frères ayant atterri à des endroits différents, ils vont tenter de se retrouver. J’ai trouvé le scénario complexe et j’ai vraiment eu du mal à suivre l’histoire. Cela m’a rendue très perplexe, d’autant que le public visé est jeune. Il y a de nombreuses métaphores qui ne sont pas forcément accessibles à tous. Bien que le résumé soit plutôt alléchant, je me suis donc perdue dans les méandres de l’histoire.

Les personnages principaux sont donc deux enfants. Et pour des enfants, ils se remettent beaucoup en question. Ils évoluent assez rapidement et ont des personnalités qui selon moi ne collent pas avec leur âge. Le résultat donne des protagonistes peu attachants. Ils ressemblent un peu à des adultes dans des corps d’enfants. Par conséquent, j’ai trouvé que cela manquait de fraîcheur et que l’ensemble avait un ton plutôt sérieux.

L’esthétique en revanche est vraiment superbe. Les couleurs sont magnifiques et l’atmosphère onirique appelle à la rêverie. J’ai donc été subjuguée visuellement parlant, mais hélas, cela n’a pas suffit à me séduire.

Bref:

Une déception…

Si je devais le noter:

3-plumes

Un petit aperçu:

bd·Mercredi BD

Shä et Salomé de Anne Montel et Loïc Clément

sha-et-salome-jours-de-pluie

Shä et Salomé de Anne Montel et Loïc Clément, Jean- Claude Gawserwitch Éditeur

Pour résumer:

Fable contemporaine à l’univers poétique, Shä & Salomé narre les formidables non-aventures d’un couple atypique : une jeune femme et un chat. Pourquoi un chat ? C’est une manière de poser immédiatement la différence entre les deux individus au sein de ce duo amoureux.
Candide et sensible, Salomé travaille dans une halte garderie et remporte un franc succès auprès des enfants. Fine pâtissière et amatrice de football, c’est aussi une véritable passionnée de jeux vidéo. Ne pas se fier aux apparences : c’est elle l’adulte du couple ! Son amoureux, Shä, est généralement impassible et calme. Coquin, farceur et d’une gourmandise sans limite, Shä est un petit malin qui cache très bien son jeu ! Vêtu élégamment et inséparable de sa pipe qui dégage d’irréalistes volutes de fumée, il exerce la profession d’écrivain. Ses occupations : remplir les tests des magazines féminins de Salomé, découper et collectionner les articles de journaux insolites pour sa revue de presse ou tenter de suivre un régime. riche en calories !

Ce que j’en pense:

Shä et Salomé sont un couple atypique… Une jeune femme et un chat, il est vrai que c’est peu commun. Néanmoins, ces deux personnages se confrontent à des problèmes de couples ordinaires. Comment passer le cap de la vie ensemble? Comment laisser assez d’espace à l’autre?

Ce roman graphique décalé, nous expose en plusieurs planches des morceaux de vie. Il y a énormément d’humour et les personnages sont uniques. Shä est un écrivain gourmand en mal d’inspiration et Salomé est une geek qui travaille dans une crèche. Les deux protagonistes s’aiment d’un amour étrange et le décalage avec notre réalité donne une touche d’originalité à l’ensemble.

Le scénario est sympa, drôle et attachant. L’esthétique est sublime. Les traits sont fins et délicats. Les couleurs sont douces. C’est poétique et un délice pour les yeux.

Ce n’est pas la première fois que le duo Anne Montel et Loïc Clément me séduit. Ils avaient déjà frappé fort avec Les Jours Sucrés et Chaussette et ils enfoncent le clou avec cette belle BD.

Bref:

Encore une belle collaboration.

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Noukette.

bd·Mercredi BD

Chaussette de Loïc Clément et Anne Montel

24e756ffb4b6b41afcf5182a336446a1

Chaussette de Loïc Clément et Anne Montel, Delcourt

Pour résumer:

Chaussette et son chien Dagobert sont inséparables. Merlin, leur petit voisin, les connaît bien

 et les observe arpenter chaque jour la petite ville suivant un parcours bien établi. Pourtant, ce matin-là, quelque chose ne tourne pas rond. Chaussette est seule et se comporte étrangement. Pour tirer cette histoire au clair, Merlin va la suivre discrètement…

Ce que j’en pense:

Chaussette est une vieille femme à la routine bien rôdée. Avec son chien Dagobert, leur vie est réglée comme du papier à musique. Mais un jour tout change. Le scénario est tendre et touchant. L’histoire est simple mais efficace, c’est plein de nostalgie et de belles choses.

Cette BD est aussi belle du point de vue de l’histoire que de l’esthétique. Le dessin est tendre mais simple avec de jolies couleurs pastels.

L’ambiance générale est très poétique. Le message final est très émouvant. C’est vraiment une belle BD.

Bref:

Un petit coup de cœur.

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Noukette

Mo

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Moka.

bd·Mercredi BD

Ecumes d’Ingrid Chabbert et Carole Maurel

steinkis-ecumes-couv

Écumes d’ Ingrid Chabbert et Carole Maurel, Steinkis Éditions

Pour résumer:

Elles s’aiment et après des années d’attente, d’espoir et de désespoir, un bébé est annoncé. Mais la grossesse est compliquée et le pire arrive. Elles vont devoir se reconstruire et lutter contre la douleur.

L’amour, l’évasion sur les terres de leur enfant disparu et les carnets qui se remplissent vont les aider à sortir la tête hors de l’eau, loin des Écumes.

Ce que j’en pense:

Quand la situation tourne mal, quand le bonheur se transforme en cauchemar… C’est impuissant que le lecteur assiste dans cette BD au destin de ces deux femmes terriblement attachantes. Mais outre le malheur, ce que nous  montre cette magnifique BD c’est que même si la reconstruction est difficile, le bonheur peut revenir. Alors oui, il y aura toujours cette fêlure mais la volonté et la détermination amènent peu à peu à une certaine paix.

Le scénario est tellement sublime que je peine à trouver les mots. C’est à la fois plein d’émotions et de pudeur. C’est un petit bijou qui nous happe et nous entraîne dans la vie de ces femmes.

Les personnages sont forts. Ils sont émouvants, à fleur de peau et profondément humains. Leur histoire a fait un douloureux écho en moi. Les personnages se complètent et leur amour est beau à voir.

L’esthétique est sublime. J’aime le trait du dessin. La métaphore de la noyade est magique. Les moments en noir et blanc reflètent parfaitement le désarroi des femmes. La façon dont les dessins sont cadrés, toujours avec beaucoup de pudeur est judicieux. Les couleurs sont sublimes. L’ambiance et l’atmosphère de cette BD sont uniques.

Bref:

Un vrai coup de cœur.

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Noukette

Moka

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Cette semaine chez Stephie.