bd·Mercredi BD

Eli et Gaston

Eli et Gaston: L’esprit de l’automne de Ludovic Villain et Céline Deregnaucourt, Ankama Editions, 144 pages

Eli et son chat Gaston sont inséparables. Cet été, ils passeront leurs vacances à la campagne chez grand-mère Jo. Eli déteste l’endroit et, surtout, là-bas il ne lui arrive que des ennuis. Il faut qu’ils rentrent chez eux ! Mais sur le chemin, ils découvriront qu’un monde mystérieux se cache dans la forêt voisine. Une étrange créature y sème la terreur et fait fuir les animaux. Embarqués malgré eux dans cette aventure, Eli et Gaston devront affronter cette terrible menace pour rentrer chez eux ! 

Je suis tombée par hasard sur cette BD. J’avoue que j’ai été tellement séduite par la couverture que je n’ai pas pu m’empêcher d’aller la lire.

J’ai donc découvert l’histoire de Eli et Gaston. Eli est une petite fille qui déteste la campagne et n’est pas vraiment ravie d’aller passer les vacances chez sa grand-mère. Elle est accompagnée de Gaston, son chat qui lui, a un sacré caractère. Un jour, en se baladant dans la forêt les deux compères se confrontent à une étrange créature. Les voilà donc embarqués dans une drôle d’aventure.

Le scénario est très prenant, je me suis très vite laissée prendre par cette jolie histoire pleine de rebondissements. J’ai apprécié le côté mystérieux et fantastique. Cette BD sent bon l’enfance et c’est vraiment agréable. Il y a du suspens, de l’amitié et de l’humour, bref, tout ce qu’il faut pour me séduire.

Les personnages sont très attachants. J’aime l’esprit corrosif de Gaston ainsi que son humour. Quant à Eli, son caractère bien trempé et sa détermination ont su me séduire.

Esthétiquement parlant, j’ai vraiment adoré. Les personnages sont tout en rondeur, ce qui confère cette ambiance de l’enfance. Les couleurs sont vives mais transforment la forêt en un univers magique. Les feuillages sont superbes et j’en ai pris plein les yeux.

Bref, cette BD a été une superbe découverte dont je vous conseille la lecture.

20210415_170346_0000

Cette semaine chez Noukette
bd·Mercredi BD

Carbone et Silicium

Carbone et Silicium de Mathieu Bablet, Ankama Editions, 304 pages

Derniers nés des laboratoires Tomorrow Foundation, Carbone et Silicium sont les prototypes d’une nouvelle génération de robots destinés à prendre soin de la population humaine vieillissante.

Élevés dans un cocon protecteur, avides de découvrir le monde extérieur, c’est lors d’une tentative d’évasion qu’ils finiront par être séparés. Ils mènent alors chacun leurs propres expériences et luttent, pendant plusieurs siècles, afin de trouver leur place sur une planète à bout de souffle où les catastrophes climatiques et les bouleversements politiques et humains se succèdent…

Bienvenue dans le futur, où les robots sont tellement élaborés, qu’ils peuvent penser par eux- même. Carbone et Silicium incarnent donc ces robots nouvelles générations. Leur utilité? S’occuper de la population vieillissante toujours plus nombreuse. Enfermés dans le labo, leur soif de connaissance va les pousser à voir le monde extérieur. C’est ainsi qu’ils vont retrouver leur liberté et devenir des fugitifs.

Le scénario narre l’histoire de ces deux humanoïdes au fil des siècles. Ainsi, en tournant les pages, le lecteur se plonge dans le futur de l’humanité. Environnements hostiles, guerres, progrès technologiques et médicaux…rien ne nous sera épargné. À travers le récit de ces deux robots, Mathieu Bablet démontre la déchéance humaine, celle que l’on craint mais qui nous guette. L’auteur s’applique à nous faire réfléchir sur notre société actuelle et son futur.

Carbone et Silicium sont les deux personnages principaux de ce roman graphique. Ils incarnent des machines nouvelles générations. Très vite, on se rend compte que ces soi disant machine, montrent beaucoup plus d’humanité que certains personnages censés être humains. Les deux personnages évoluent ensemble au départ, mais, lors de leur fuite, leurs chemins se séparent. Néanmoins, ils se croiseront à de nombreuses reprises et c’est ainsi que le lecteur va découvrir leurs choix de vie et va voir évoluer leur relation pour arriver au superbe climax qu’est la fin de ce livre.

Esthétiquement, j’avoue en avoir pris plein les yeux. L’ensemble foisonne de détails sans pour autant être brouillon. Les traits sont fins et donnent un aspect délicat au dessin qui est parfois plutôt brutal. Les couleurs sont dans des nuances de marrons et de gris. L’ambiance est sombre mais colle parfaitement au propos. De plus, Mathieu Bablet s’est appliqué à créer des ambiances différentes selon les époques. Je suis franchement en admiration face à ce travail de titan mais également face au rendu magnifique.

bd_de_la_semaine_big_red

Cette semaine chez Noukette.

bd

Dans la tête de Sherlock Holmes

Dans la tête de Sherlock Holmes de Cyril Lieron et Benoît Dahan, Ankama

Pour résumer:

L‘affaire de la ligue des rouquins à peine conclue que son esprit tremble et vacille, annonçant le chaos cérébral. Est-ce la cocaïne ou l’ennui ? Plutôt que les banalités récurrentes du Times, ce sera un toc-toc à la porte qui proposera enfin à Sherlock Holmes un peu de distraction. Un peu ? Les premiers mots de l’individu hirsute ressuscitent le dandy assoupi. Écoutez donc : la veille au soir, le sept novembre 1890 sur Wentworth street, le docteur Fowler s’est perdu dehors en tenue de nuit avec en prime, une clavicule cassée. Le problème est qu’il ne se souvient pas dans quelles circonstances il s’est trouvé dans cet état. Le chausson féminin à son pied droit constituera-t-il un indice suffisant ? C’est sans compter sur l’éminent observateur qui, déjà en état de grâce, voit instinctivement ses neurones tourner à plein régime. En route pour une nouvelle enquête !!

Ce que j’en pense:

Sherlock Holmes est de retour pour une nouvelle enquête palpitante. Voici le grand détective qui prend vit dans une BD au scénario bien rythmé. 

Ce premier tome met en place l’enquête ainsi que ses tenants et ses aboutissants. On y voit Sherlock faire ce qu’il fait le mieux, réfléchir. Les amateurs du personnage ne pourront être que conquis selon moi car l’esprit de Conan Doyle est respecté.

Au- delà de l’histoire et du personnage, c’est l’esthétique qui marque surtout. L’ensemble est sublime. Il suffit de voir la couverture pour succomber. Les vignettes sont pleines de détails et on peut rester plusieurs minutes à regarder une page. C’est tout simplement magnifique. Les couleurs utilisées permettent de créer une véritable atmosphère qui colle parfaitement à l’époque où se déroule l’intrigue. De plus, j’ai vraiment apprécié la façon dont l’illustrateur a choisi de représenter le fil des pensées de Sherlock par un fil rouge qui se déroule tout au long de la lecture.

Bref:

Une lecture passionnante.

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

bd

Milady de Winter

Milady de Winter d’Agnès Maupré, Ankama Editions

Pour résumer:

Découvrez l’adaptation de Milady de Winter par Agnès Maupré en un seul clin d’œil ! Dans la France du XVIIe siècle, une femme à la beauté sans pareille s’aventure malgré elle dans un complot politique qui la dépasse. Corrompue par la trahison et les faux-semblants, elle va devenir l’une des plus redoutables espionnes de son époque, maniant aussi bien la cape dissimulatrice que l’épée meurtrière.

Ce que j’en pense:

Milady de Winter, la mystérieuse et sublime femme qui rendait fous les mousquetaires se voit enfin dédier un roman graphique. Et, cela fait mouche!

J’ai tout simplement adoré le scénario qui montre l’envers du décor du célébrissime roman d’Alexandre Dumas. Le point de vue de Milady de Winter permet de voir d’un autre œil cet oeuvre. Personnellement, j’adore Les Trois Mousquetaires et j’avais un peu peur d’être déçue mais cela n’ a pas été du tout le cas! Le scénario révèle pleins de belles surprises et le rythme est effréné. On ne s’ennuie à aucun moment et j’ai véritablement dévoré la BD.

Le personnage de Milady de Winter est au centre de tout le récit. Elle emplit pleinement l’oeuvre. Elle apparaît tantôt faible, tantôt forte, mais ce que je retiendrai c’est surtout sa détermination, son courage et sa ruse. Elle ne se laisse pas faire et c’est tout à son honneur. Jusqu’au bout, elle tente de sauver sa peau. Très souvent, Milady apparaît comme une prédatrice mais ici, on découvre un autre visage de ce personnage, un peu plus doux, un peu plus humain. En revanche, les mousquetaires en prennent pour leur grade et leur image policée en prend un coup. 

L’esthétique de l’ensemble est en noir et blanc et j’ai adoré le dessin d’Agnès de Maupré. Les personnages sont sublimes. Le trait est fin et léger. J’ai apprécié les détails notamment dans les costumes des personnages.

Bref:

Un vrai coup de cœur.

giphy

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

bd

Maliki

Maliki, Broie la vie en rose de Maliki, Ankama Editions

Pour résumer:

Une héroïne partagée entre rêveries sucrées et traumas profonds nous parle de l’enfance, mais aussi et surtout de ses chats. Exigeants, drôles et facétieux, c’est eux le vecteur principal de la beauté et de la poésie du quotidien. L’incroyable ironie de la réalité dans toute la splendeur est ici mise en scène avec une grande sensibilité. Une réalité finalement toujours bien plus extraordinaire que n’importe quelle fiction lorsqu’elle est narrée avec autant de talent et d’humour.

Ce que j’en pense:

Ce volume rassemble plusieurs strips sur la vie quotidienne de Maliki. La jeune fille est le personnage principal. Le récit est très autobiographique et s’inspire de la vie de l’auteir.

Les situations drôles s’enchaînent. Maliki analyse son quotidien avec beaucoup d’humour. Néanmoins, certains strips sont de vrais coups de gueule qui nous prouvent qu’elle a aussi un sacré caractère. Ces moments un peu moins drôles confèrent un certain caractère à l’ensemble et donnent de la crédibilité.

Franchement, j’ai adoré lire ce tome. C’est rafraîchissant et très agréable.

L’esthétique se rapproche de celle du manga. J’aime particulièrement le côté kawaï. L’ensemble est très coloré et donne vraiment du peps.

Bref:

Une vraie lecture détente.

Si je devais le noter:

4-plumes

Un petit aperçu: