Feel Good·Roman·Service Presse

Arrête, Margaret!

Arrête, Margaret! d’Adeline Russier, Editions L ‘Alchimiste

Pour résumer:

Margaret est une jeune femme comme beaucoup d’autres. Et, comme tout le monde, elle râle. La météo, ses deux enfants, son travail, son mari, les malheurs du monde, sa vie. Tout y passe.

Mais à force de jérémiades, elle a attiré sur elle une terrible malédiction : elle est vouée à un avenir plein d’aigreur et de solitude.
Sa seule chance de se libérer du mauvais sort : cesser complètement de se plaindre pendant vingt-huit jours consécutifs. Et elle n’a que trois mois pour réussir !
Margaret arrivera-t-elle à remplacer ses paroles noires par des mots arc-en-ciel ? Quand elle accepte de relever le défi, la jeune femme ne se doute pas à quel point cette expérience va changer sa vie, et peut-être même changer le monde.

Ce que j’en pense:

C’est en lisant le résumé de ce roman feel good que je me suis laissée tenter par cette lecture. En effet, je suis une grosse râleuse et comme de nombreuses femmes de ma génération, je jongle entre la maison, les repas, les enfants, le boulot et tant d’autres choses… Alors forcément, dès fois, je pète les plombs et surtout, je râle, je râle, je râle!

Alors, j’avoue que jusqu’à ce que je lise ce roman, pour moi râler me permettait d’évacuer. Mais en suivant les aventures de Margaret, je me suis posée de nombreuses questions.

Margaret est au pied du mur, elle n’a pas d’autre choix que d’arrêter de pester contre tout le monde. Le défi est de taille, elle ne doit pas râler pendant 28 jours consécutifs. La jeune femme emporte le lecteur dans son sillage. Au fil des pages, on suit sa réflexion. Qu’est-ce que râler? Pourquoi est- ce qu’on râle? Est- ce que râler m’apporte quelque chose ou a une influence sur ma vie? Bref, le cerveau de Margaret tourne à plein régime et le mien aussi. Et soudain, elle s’y met, elle tâtonne, cherche des techniques et au fur et à mesure des jours, elle transforme les mots noirs en mots arc-en ciel.

C’est donc une véritable leçon de vie qui nous est donnée et cela donne envie de nous aussi passer le cap.

Je me suis énormément identifiée au personnage principal qu’est Margaret. J’ai vécu son challenge à 100% et sa détermination m’a épatée. Ce roman met donc du baume au cœur et donne envie de changer les choses.

Le tout est bien écrit et est très agréable à lire.

Bref:

J’arrête de râler!

Si je devais le noter:

Merci qui?

Un grand merci aux Éditions l’Alchimiste pour leur confiance!

Publicités
Feel Good·Roman

Mémé dans les orties

Mémé dans les orties d’Aurélie Valognes, Livre de Poche

Pour résumer:

Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s’ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d’escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie… jusqu’au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.

Ce que j’en pense:

Ferdinand est un vieil homme qui vit tout seul. D’humeur acariâtre, il n’a de cesse d’agacer son ennemi juré Mme Suarez la concierge de son immeuble. Lorsque sa chienne Daisy meurt et que sa fille lui propose une maison de retraite, Ferdinand décide de reprendre son destin en main.

L’intrigue de ce roman est terriblement prenante. Elle est remplie de vérité et d’humanité ce qui la rend d’autant plus touchante. J’ai adoré suivre l’évolution de Ferdinand et de Juliette (sa petite voisine). D’ailleurs, cette dernière me rappelle un peu la Matilda de Roald Dahl.

Certains moments sont vraiment rocambolesques et j’ai souri très souvent en lisant ce roman. Plus que l’évolution des personnages, c’est l’évolution de leurs relations qui m’a fasciné. J’ai aimé voir comment leurs vies se mêlent et s’enchevêtrent.

Le style d’Aurélie Valognes fait du bien. C’est simple, efficace et terriblement agréable à lire. Je me suis laissée emportée par sa plume. J’ai particulièrement apprécié sa façon de dépeindre les atmosphères, rendant les situations plus réalistes.

 

Bref:

Une belle découverte.

Si je devais le noter:

5-plumes

Feel Good

Quand est-ce qu’on arrive?

Quand est-ce qu’on arrive? de Papa Chouch, Jungle!

Pour résumer:

Après des semaines d’angoisse, le moment tant redouté est arrivé: tes enfants sont en vacances. A toi les réveils qui piquent, les looongs trajets rythmés par le sempiternel « Quand est-ce qu’on arrive? ». A toi le sable giclant dans tes yeux fatigués et les mojitos tracés dans le sable comme un SOS de parent en détresse. Allons, allons, sèche tes larmes et dévore vite ce nouvel opus de Papa Chouch, à défaut du beignet que ton enfant vient juste de dérober sous ton nez. Courage, c’est bientôt la rentrée.

Ce que j’en pense:

La semaine dernière, je vous faisais découvrir le tome 1 de Papa Chouch titré On ne choisit pas ses enfants. Et… J’avais adoré.

Cette fois, Papa Chouch nous parle des vacances en famille. Quel plaisir de partir en voyage avec ses enfants… N’est-ce pas… Le papa décide donc de nous proposer plusieurs idées d’activités et met en lumière des situations que nous avons tous connu voire souffert.

Alors forcément j’ai souri mais je n’ai pas autant ri que pour le premier tome. Allez savoir pourquoi, je ne suis pas sortie complètement satisfaite de cette lecture. Pas assez de citation selon moi et un humour un peu tiré par les cheveux qui ne m’ont donc pas conquise. J’ai passé un agréable moment mais sans réel plus. Peut- être que j’en attendais trop de ce deuxième opus après le premier tome qui m’avait vraiment séduit…

Bref:

Distrayant mais sans plus.

Si je devais le noter:

3-plumes

Mais encore?

Vous trouverez la page Facebook de Papa Chouch ici.

Résultat de recherche d'images pour "citation papa chouch"

Feel Good

On ne choisit pas ses enfants

On ne choisit pas ses enfants de Papa Chouch, Jungle!

Pour résumer:

Comment replier un lit bébé sans s’énerver, préparer un anniversaire sans frôler la crise de nerfs, ou entraîner son enfant à attraper la queue du Mickey. Un livre humoristique sur la relation qu’entretient un parent avec ses enfants.

Ce que j’en pense:

Si comme moi, tu ne sais toujours pas monter un lit parapluie, si tu as des cernes parce que ton enfant t’appelle trois fois par nuit pour lui remonter la couverture ou que tu connais les numéros de tous les pédiatres des alentours par cœur, ce livre est pour toi!

Je suis maman de deux petites filles de 6 et 3 ans et autant vous dire que mon quotidien est plutôt rythmé. Entre les réveils en fanfare, le petit déjeuner sur le bout de la table, le boulot et le soir les douches, le repas, les jeux, bref… Je n’ai pas vraiment le temps de m’ennuyer. De plus, comme de nombreux parents, je suis pleine de contradictions. Je veux avoir du temps pour moi mais aussi profiter de mes enfants. Je veux qu’elles aient une alimentation équilibrée mais je cède à la junk food au moindre coup de mou. Je suis anti- écran mais quand j’en peux plus, je mets un dessin animé. Je me trouve trop sévère, puis pas assez… Bref, je me sens dépassée.

Avec ce petit livre, vous allez déculpabiliser! Papa Chouch décrit des situations que tout parents a connu mais en le tournant à la rigolade. Il nous montre que rien n’est grave et que nous faisons tous de notre mieux. Il met en avant des choses que nous avons tous plus ou moins vécu. Je me suis totalement reconnue dans ce livre. Mais surtout, qu’est-ce que j’ai ri! J’ai ri de lire des anecdotes. J’ai ri de lire des conseils abracadabrants mais parfois bien pensés. J’ai ri à gorge déployé parce que être parents, c’est tout ce que montre ce livre mais aussi tout ce qui se cache derrière. Je pense à la culpabilité quasi permanente de ne pas faire comme il le faudrait dans mon cas. Je me suis vraiment sentie moins seule en lisant ce petit bouquin car je me suis vue entrain de vivre certaines situations. Bref, ce livre est une bouffée d’oxygène que je me suis empressée de prêter à ma belle sœur, qui elle aussi a beaucoup ri.

Et pourtant, Papa Chouch est l’un des rares père de famille à tenir une page Facebook et nous parler de ses déboires, de ses joies et surtout de ses enfants. Il montre ce qu’est la parentalité et nous montre que ce n’est pas simple mais qu’il vaut mieux en rire. Avec ce roman, Papa Chouch réussi son pari et fait du bien aux parents.

Bref:

Si vous êtes parents, je vous le conseille vivement!

Si je devais le noter

5-plumes

Mais encore?

Vous trouverez ici, le lien vers la page Facebook de Papa Chouch.

À consommer sans modération!

L’image contient peut-être : texte