Album Jeunesse·Littérature de Jeunesse·Service Presse

Idylle

Idylle de Agnès Domergue et Valérie Linder, CotCotCot Éditions, 56 pages

« IL a une île.ELLE a deux ailes. »Ainsi débute une idylle de pluie et de soleil, menant IL et ELLE sur les chemins de miel, de mousse et de ronces. 

Ouvrir ce petit album jeunesse, c’est se plonger dans un monde de poésie et de rêverie. L’histoire ressemble presque à des haïkus, les sonorités sont sublimes. Le récit est rempli de poésie.

Pour accompagner la douceur des mots, les illustrations de Valérie Linder sont parfaitement adaptées. L’ensemble est un vrai délice pour les yeux. Les couleurs sont pleines de nuances pastels. J’ai passé plusieurs minutes à détailler chaque pages pour m’emplir de tous les détails.

Grâce aux Éditions CotCotCot, j’ai pu découvrir ce petit bijou.https://www.cotcotcot-editions.com/

bd·Mercredi BD

Anaïs Nin

Anaïs Nin, sur la mer des mensonges, Casterman, 192 pages

Le parcours d’une femme qui s’émancipe par l’écriture et l’exploration de sa sensualité.
Début des années 30. Anaïs Nin vit en banlieue parisienne et lutte contre l’angoisse de sa vie d’épouse de banquier. Plusieurs fois déracinée, elle a grandi entre 2 continents, 3 langues, et peine à trouver sa place dans une société qui relègue les femmes à des seconds rôles. Elle veut être écrivain, et s’est inventé, depuis l’enfance, une échappatoire : son journal. Il est sa drogue, son compagnon, son double, celui qui lui permet d’explorer la complexité de ses sentiments et de percevoir la sensualité qui couve en elle. C’est alors qu’elle rencontre Henry Miller, une révélation qui s’avère la 1re étape vers de grands bouleversements.

J’avais déjà vu passer cette BD sur beaucoup de blogs. Je connaissais Anaïs Nin de nom mais sans réel plus. Grâce à ce superbe roman graphique, j’ai pu découvrir la vie de cette femme extrêmement fascinante. Le scénario nous narre donc la vie de cette femme. Au fil des pages, elle se découvre et explore sa sensualité. J’ai lu d’une traite ce roman graphique et j’ai adoré découvrir la vie d’Anaïs Nin.

Cette femme exceptionnelle, à eu un destin exceptionnel et a su s’émanciper. Sa façon de penser et avant-gardiste pour l’époque. Lire ce roman graphique, c’est aussi découvrir une partie de l’histoire pour l’égalité des sexes.

Esthétiquement parlant, c’est juste sublime. Les couleurs sont pastels, très douces. Les visages sont remplis de douceur et de poésie. J’ai particulièrement été fascinée par les regards des personnages, si grands, si expressifs. L’ambiance générale est vraiment envoûtante et l’on ne peut qu’être séduit par l’ensemble.

Je vous conseille donc fortement cette lecture.

Cette semaine chez Moka.
Roman·Service Presse

Les cendres du temps

Les cendres du temps de Elisabeth Thouvenin, Les éditions l’Alchimiste, 290 pages

Séraphine est la fille d’une grande brûlée. Dotée d’une sensibilité à fleur de peau qu’elle dissimule derrière un caractère revêche, elle cumule une vie étudiante bien remplie avec la prise en charge de sa mère, Dolores. Cette dernière, victime d’un tragique accident lorsqu’elle était lycéenne, végète depuis lors dans un état dépressif dont elle ne semble pas pouvoir s’échapper.

L’existence de Séraphine est alors bouleversée par la rencontre étrange d’un certain Nemo, un jeune homme qui prétend venir du futur. Lorsqu’il lui propose de remonter le temps, sa décision est sans appel. Elle sait où et quand : vingt-trois ans en arrière pour empêcher l’accident qui a détruit la vie de sa mère autant que la sienne.

Mais si le futur regorge de mystères attirants, le passé, quant à lui, dissimule des secrets qu’elle pourrait bien ne jamais vouloir entendre…

Je tiens à remercier les éditions l’Alchimiste pour leur confiance.

Le résumé est alléchant et croyez moi, dès les premières pages, j’ai compris que j’allais adorer ce que j’allais lire. Je me suis complètement faite prendre dans l’histoire. Le récit de Séraphine est tout simplement passionnante. Cette dernière est une jeune femme qui suit des études d’arts et dont la mère est victime de grosses brûlures. Face au mal être de sa mère et lorsqu’elle a la possibilité de retourner dans le passé, Séraphine n’hésite pas et décide de tout faire pour tout changer.

L’intrigue est vraiment très prenante. Il y a de nombreux rebondissements et jusqu’aux dernières lignes, l’autrice arrive à surprendre son lecteur.

Les personnages sont également un véritable point fort de ce récit. Séraphine campe une jeune femme au caractère affirmé mais également très généreuse. Elle est attachante.

L’histoire et les personnages sont servis par un style vraiment agréable. C’est un vrai plaisir de lecture. Le texte est construit de façon très intelligente et permet de tenir le lecteur en haleine. J’ai également beaucoup apprécié les pointes d’humour qui laissent un sourire aux lèvres mais également les moments un peu plus émouvants qui m’ont mis les larmes aux yeux.

Pour conclure, cette lecture est un véritable coup de coeur. J’ai littéralement dévoré ce roman dont je ne peux que vous conseiller la lecture.

Roman

Les secrets

Les Secrets d’Amélie Antoine, Livre de Poche, 360 pages

Vous l’aimez plus que tout au monde.

Vous lui faites aveuglément confiance.

Vous ne rêvez que d’une chose : fonder une famille ensemble.

Mais rien ne se passe comme prévu.

Et si le mensonge, parfois, était une ultime preuve d’amour ?

Une histoire racontée à rebours, car c’est en démêlant les fils du passé qu’on peut comprendre le présent.

Avec Les Secrets Amélie Antoine nous raconte l’histoire de Mathilde et Adrien qui essaient désespérément d’avoir un enfant. On découvre alors la vie de ce couple qui tente depuis cinq ans de faire un bébé. Alors que Adrien opterait pour une adoption, Mathilde quant à elle, décide de ne rien lâcher. Au fil des pages, nous allons découvrir la vie de ces deux personnages mais également de Yasha qui va jouer un rôle primordial sans vraiment le savoir.

L’histoire s’ouvre en fait sur l’annonce de la grossesse de Mathilde. Le livre est raconté à rebours ce qui en fait un texte très original. Ainsi, nous remontons aux origines. L’intrigue est construite de façon très intelligente et nous avons désespérément envie de savoir comment Mathilde est arrivée à tomber enceinte. Très vite, le lecteur comprend qu’elle ne reculera devant rien. La pagination est également faite à rebours ce qui m’a beaucoup surprise mais qui est plutôt logique finalement.
Les personnages sont au nombre de trois principaux personnages mais au centre de tout se trouve Mathilde. C’est elle qui tisse les liens entre chaque protagoniste. C’est elle qui tire les ficelles. Pour ma part, je n’ai pas particulièrement apprécié ce personnage que j’ai trouvé très égocentré.
L’intrigue, bien que alléchante, n’a pas su m’emporter. Je me suis ennuyée lors de certains passages et j’ai trouvé l’ensemble plutôt inégal. D’un point de vue stylistique, le texte reste agréable à lire mais manque de relief selon moi point.

Ce n’est donc pas une réussite pour ma part.

bd·Mercredi BD·Service Presse

Notre guerre contre le sexisme ordinaire

de Katia Vecchio, Kev Sherry et Helen Mullane, Les Humanoïdes Associés, 112 pages

Elles se battent pour l’égalité des sexes, mais jusqu’où sont-elles prêtes à aller ?

À seize ans, Sélène est une féministe militante admirée de ses amis. Elle ne craint pas les petits caïds, ni même les professeurs, et n’hésite pas à leur tenir tête. Mais un jour la provocation va trop loin, et Sélène est humiliée publiquement. Désormais, la jeune fille n’a plus qu’une idée en tête : dénoncer les comportements sexistes, à la manière forte s’il le faut.

Dans un premier temps, je tiens à remercier les éditions des Humanoides Associés pour cet envoi.

Avec Notre guerre contre le sexisme ordinaire, les auteurs se penchent sur un véritable problème de société. Il met en scène une bande d’adolescentes qui décident de se rebeller contre le sexisme. La petite bande, est menée par Sélène qui est une jeune fille en grande souffrance. Élevée par ses grands-parents, abandonnée par sa mère, elle tente de s’affirmer tant bien que mal. Ses deux copines la suivent mais, parfois, Sélène va trop loin. La BD s’ouvre d’ailleurs sur l’annonce de la mort de cette dernière a Sophie son amie. Sophie est devenue mannequin et elle est victime des diktats de son travail. Les allers-retours entre son adolescence et sa vie actuelle mettent en lumière de vrais problèmes de société autour du sexisme.
Au-delà de tout cela, Sélène est également victime de brimades de la part de ses camarades sans que rien ne soit fait par ses professeurs. Elle vit une situation révoltante et n’a malheureusement personne pour l’aider.
J’ai trouvé le scénario très prenant, bien écrit, intelligemment construit. Néanmoins, j’ai trouvé que le personnage de Sélène était vraiment extrême. Certes, il pousse à nous interroger sur ce sexisme latent dans notre société. Mais, je trouve que les auteurs sont allés vraiment loin dans la démarche, quitte à choquer. Néanmoins, je ne peux que adhérer à ce message.
D’un point de vue esthétique, j’ai trouvé que les traits et les couleurs se rapprochaient du style du comics. D’ailleurs, il est dit à la fin de la BD que celle-ci était prévu sous forme de petits épisodes. Les traits sont fins mais les expressions des personnages restent un peu trop figées à mon goût et l’ensemble manque de contraste.
Pour conclure, j’ai vraiment apprécié cette lecture, j’ai apprécié le message qu’elle tente de délivrer. Néanmoins, je trouve que certaines choses sont un peu trop poussées à l’extrême. De plus, j’ai moyennement adhéré à l’esthétique.

Cette semaine chez Stephie.