bd·Manga·Service Presse

Les Carnets de l’Apothicaire

Les Carnets de l’Apothicaire, Volume 1 de Itsuki Nanao et Nekokurage, Ki-oon, 178 pages

À 17 ans, Mao Mao a une vie compliquée. Formée dès son jeune âge par un apothicaire du quartier des plaisirs, elle se retrouve enlevée et vendue comme servante dans le quartier des femmes du palais impérial ! Entouré de hauts murs, il est coupé du monde extérieur. Afin de survivre dans cette prison de luxe grouillant de complots et de basses manœuvres, la jeune fille tente de cacher ses connaissances pour se fondre dans la masse.

Mais, quand les morts suspectes de princes nouveau-nés mettent la cour en émoi, sa passion pour les poisons prend le dessus. Elle observe, enquête… et trouve la solution ! En voulant bien faire, la voilà repérée… Jinshi, haut fonctionnaire aussi beau que calculateur, devine son talent et la promeut goûteuse personnelle d’une des favorites de l’empereur. Au beau milieu de ce nid de serpents, le moindre faux pas peut lui être fatal !

Découvrez la face cachée du lieu le plus secret de la cité impériale ! Dans ce monde de femmes régi par les hommes, Mao Mao aura besoin de toute son intelligence et de tout son savoir pour démêler les intrigues de la cour… Avec son héroïne hors norme et ses décors magnifiques, ce manga événement adapté d’un roman à succès a tout pour plaire ! Et vous, aurez-vous le courage de goûter à ses délices ?

Avant toute chose, un grand merci aux Éditions Ki-oon pour cet envoi.

logo editions ki-oon

Bienvenue dans le quartier des femmes en pleine cité impériale! Avec ce manga, le dépaysement est garanti. Nous suivons donc Mao Mao qui est une jeune femme qui travaillait dans le quartier des plaisirs et s’est faite enlever pour aller travailler dans le quartier des femmes. On découvre donc sa vie dans ce palais aux décors sublimes. Anciennement au service d’un apothicaire, Mao Mao va se démarquer et être promue.

J’ai adoré ce scénario qui est inspiré d’un roman de Natsu Hyuga qui a connu un vrai succès au Japon. Le premier volume pose parfaitement l’intrigue de fond et installe cette atmosphère si spécifique à ce manga. Ce tome un nous livre de beaux rebondissements et nous présente des personnages qui seront présents dans les futurs volumes. Des pointes d’humour jalonnent le récit ce qui rend l’ensemble d’autant plus agréable.

Mao Mao qui est le personnage principal est une protagoniste très intéressante. On la découvre ainsi qu’un pan de son passé. Cette jeune fille a un fort tempérament et a une intelligence d’une réelle finesse.  Très attachante, son caractère affirmé a su me séduire dès les premières pages.

L’esthétique est très caractéristique des mangas. Les personnages sont élancés. Leurs traits sont fins. Les yeux sont très expressifs. J’ai particulièrement apprécié le travail de l’illustrateur sur les cheveux, les détails des tenus et des décors. Le quartier des femmes de la cité impériale nous apparaît merveilleux. Bien que l’esthétique soit en noir et blanc, les illustrations ne nous laissent aucun doute sur la splendeur des lieux. J’ai également particulièrement apprécié les drapées des tenus. On découvre alors une multitude de tissus plus riches les uns que les autres.

Bref, Les Carnets de l’Apothicaire sont un véritable enchantement tant pour son récit que pour ses illustrations. C’est un dépaysement délicieux.

20210415_170346_0000

S

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s