Roman·Service Presse

Le bureau des défunts

Le bureau des défunts, Tome 1: Votre mort nous appartient d’Antoine Lencou, L’Alchimiste Editions

Pour résumer:

Roïn Venkoo veut en finir avec sa vie qu’il juge absurde. Sauf que dans ce monde parfait, au bonheur obligatoire et policé, tout est réglementé. Pour mourir, il lui faut demander l’autorisation… qu’on tarde à lui donner. Les machines sont formelles : il faut attendre. Alors, Roïn craque et passe outre. Il se jette du haut d’un immeuble et… est ressuscité. De force, puisqu’il n’avait pas obtenu la permission. Les mâchoires de la société se referment sur lui.

S’ensuivent un procès et une sentence : l’interdiction de mourir pour un minimum de cent sept ans adjointe d’une obligation de travailler dans une officine d’état. Au désespoir, Roïn choisit le Bureau des Défunts, l’administration qui veille sur la mort des citoyens… Son choix est-il un hasard ? Car dès lors, Roïn va faire d’incroyables découvertes…

Ce que j’en pense:

Avec ce roman, Antoine Lencou nous plonge dans un monde ultra maîtrisé, où les machines sont omniprésentes et tout vos faits et gestes observés.

Alors quand Roïn Venkoo décide de n’en faire qu’à sa tête en se suicidant, le système le remet dans le droit chemin. Il devra désormais travailler pour l’état. Il jette donc son dévolu sur le Bureau des Défunts qui traite la mort des gens. Mais en mettant un pied dans cette administration, il va découvrir de noirs secrets…

Il n’y a pas à dire, Antoine Lencou a l’art de raconter des histoires. Je me suis laissée prendre d’emblée à son histoire. J’ai été fascinée par le monde qu’il nous décrit (j’ai aussi été un peu effrayée). Cette dystopie nous dépeint donc un Monde dans lequel nous ne sommes plus maître de rien. L’intrigue est donc très prenante et a su éveiller ma curiosité. Les rebondissements sont maîtrisés et la fin laisse place à de multiples questions qui je l’espère, trouveront des réponses dans le tome 2.

Outre une histoire bien ficelée, la force du roman repose sur le personnage de Roïn. Personnage principal, il apparaît désabusé et dépressif au début du roman. Il s’avère qu’au fil de la lecture, il prend en épaisseur et se montre pertinent voire percutant. Curieux, il fait avancer l’intrigue et se montre tout en nuance.

Le style de l’auteur est agréable. J’ai apprécié les quelques touches d’humour qui égaient un ensemble plutôt grave.

Bref:

Une affaire à suivre.

Si je devais le noter:

4-plumes

Merci aux éditions L’Alchimiste pour leur confiance renouvelée.Les éditions l'Alchimiste

2 commentaires sur “Le bureau des défunts

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s