Prix des Lectrices Elle 2020·Roman·Service Presse

10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange

10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange d’Elif Shafak, Flammarion

Pour résumer:

Et si notre esprit fonctionnait encore quelques instants après notre mort biologique ? 10 minutes et 38 secondes exactement. C’est ce qui arrive à Tequila Leila, prostituée brutalement assassinée dans une rue d’Istanbul. Du fond de la benne à ordures dans laquelle on l’a jetée, elle entreprend alors un voyage vertigineux au gré de ses souvenirs, d’Anatolie jusqu’aux quartiers les plus mal famés de la ville.

Ce que j’en pense:

Il faut l’avouer, la première chose qui m’a séduite dans ce roman, c’est cette magnifique couverture dans des nuances de bleues. Et puis, les premières lignes m’ont de suite emportée. Je me suis retrouvée envoûtée par l’atmosphère si spéciale de la Turquie et au travers de l’histoire de Leyla, le lecteur se retrouve plongé en pleine culture turque. Et alors que Leyla est morte, elle découvre que son cerveau a un sursis. Un sursis qui dure exactement 10 minutes et 38 secondes et qui nous permet ainsi de découvrir le passé de Leyla. Chaque minute éveille un souvenir différent. Et au fil de ces derniers, la vie de la douce jeune femme se tisse sous nos yeux. Alors que nous savons dès le départ qu’elle va mourir, le lecteur découvre subjugué ce personnage si attachant. Leyla grandit et évolue sous nos yeux. L’intrigue est tout simplement superbe. C’est une vraie ode à la vie mais également la dénonciation d’une société turque qui est très à cheval sur ses valeurs notamment en ce qui concerne l’éducation des filles. Tout au long du roman j’ai alterné entre colère, tristesse et émotion. Il faut dire que l’empathie avec les personnages est très forte. La force de ce roman est clairement dans  ses protagonistes. Tout ce petit monde prend vie sous nos yeux et nous touche par leurs différences, leurs vécus, leurs blessures…

Le tout est servie par une écriture superbe et tout en finesse. Le style est définitivement moderne. Le tout sonne juste. Avec une vraie délicatesse, Elif Shafak nous livre une histoire poignante qui nous laisse tremblant d’émotion. On ne dit aurevoir à Leyla et à sa bande d’amis qu’avec grand regret.

Bref:

Une vraie claque.

Si je devais le noter:

5-plumes

3 commentaires sur “10 minutes et 38 secondes dans ce monde étrange

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s