Policier/ Thriller·Prix des Lectrices Elle 2020·Roman·Service Presse

Dans la gueule de l'ours

Dans la gueule de l’ours de James A.McLaughlin, Rue de l’échiquier

Pour résumer:

Criminel en cavale, Rice Moore trouve refuge dans une réserve des Appalaches, au fin fond de la Virginie. Employé comme garde forestier, il cherche à se faire oublier du puissant cartel de drogues mexicain qu’il a trahi. Mais la découverte de la carcasse d’un ours abattu vient chambouler son quotidien : s’agit-il d’un acte isolé ou d’un braconnage organisé ? L’affaire prend une tout autre tournure quand de nouveaux ours sont retrouvés morts. Alors que la police ouvre une enquête, Rice décide de faire équipe avec Sara Birkeland, une scientifique qui a occupé le poste de garde forestier avant lui. Ensemble, ils mettent au point un plan pour piéger les coupables. Un plan qui risque bien d’exposer le passé de Rice.

Ce que j’en pense:

Rice est un homme au passé trouble qui a décidé de s’éloigner de la société afin de se cacher des cartels mexicains. Malheureusement, le destin en décidera autrement. C’est un cadavre d’ours qui va le mettre en avant et mettre à mal sa couverture.

De prime abord, l’intrigue pourrait se montrer intéressante mais…Je n’ai pas du tout accroché. La lecture de ce roman s’est donc avérée pénible. J’ai trouvé l’histoire inintéressante et décousue. J’ai vraiment eu du mal à suivre et cela dès les premières pages.

Le personnage de Rice qui a pourtant réussi à m’intéresser au début du roman m’est très vite devenu antipathique. C’est donc avec beaucoup d’espoir que j’ai vu apparaître le personnage de Sara. Mais là aussi, le bas blesse et je n’ai pas accroché au personnage. L’auteur aura au moins eu le mérite de construire une vraie histoire personnelle à ses protagonistes. Néanmoins, cela ne suffit pas à leur donner une réelle épaisseur.

Le style de l’auteur est également particulier. Je n’ai pas particulièrement accroché à son écriture que j’ai parfois trouvé un peu alambiqué. En revanche, il faut avouer que James A.McLaughlin a le mérite d’avoir créer une véritable atmosphère. Cette dernière est presque étouffante avec l’omniprésence de la forêt. J’ai également trouvé original le fait de changer de typographie selon les moments du récit. Malheureusement, cela n’a pas suffit à me séduire et c’est véritablement avec soulagement que j’ai vu arriver la fin de ce roman.

Bref:

Un énorme flop!

giphy1

Si je devais le noter:

1-plume

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s