essai·Lectures Inavouables·Prix des Lectrices Elle 2020·Service Presse

Jouir, En quête de l'orgasme féminin

Jouir, En quête de l’orgasme féminin de Sarah Barmak, Zones

Pour résumer:

Libérée, la sexualité des femmes d’aujourd’hui ? On serait tenté de croire que oui. Pourtant, plus de 50 % d’entre elles se disent insatisfaites, que ce soit à cause d’un manque de désir ou de difficultés à atteindre l’orgasme. Si tant de femmes ordinaires sont concernées, peut-être qu’elles n’ont rien d’anormal et que ce n’est pas à la pharmacie qu’il faut aller chercher la solution. Le remède dont elles ont besoin est plus certainement culturel, et passe par une réorientation de notre approche androcentrée du sexe et du plaisir.
Tour à tour reportage, essai et recueil de réflexions à la première personne, cet ouvrage enquête sur les dernières découvertes scientifiques ayant trait à l’orgasme féminin. On y apprend ainsi qu’une chercheuse en psychologie clinique a recours à la méditation de pleine conscience pour traiter les troubles à caractère sexuel. On y découvre aussi diverses façons dont les femmes choisissent de redéfinir leur sexualité. Cette aventure aux confins de la jouissance nous emmène jusqu’au festival Burning Man, où l’orgasme féminin est donné à voir sur scène, ou encore dans le cabinet feutré d’une thérapeute qui propose de soigner les traumatismes liés au viol à l’aide de massages sensuels.

Ce que j’en pense:

Dans cet essai, Sarah Barmak n’y va pas avec le dos de la cuillère et nous parle de l’orgasme avec un grand O. D’emblée, elle fait un constat : « 57% des femmes âgées de dix-huit à quarante ans jouissent la plupart du temps lorsqu’elles couchent avec un homme, tandis que leurs partenaires jouissent 95% du temps. » Et pourtant, les scientifiques se sont penchés avec émois sur les troubles érectiles de ces messieurs sans s’inquiéter outre mesure du plaisir de ces dames.

Sarah Barmak réfléchit donc au plaisir féminin. Pour cela, elle décrit l’appareil génital féminin avec au centre de celui-ci le clitoris. En effet, ce dernier est au centre de l’essai et la source principale du plaisir chez la femme. L’auteure s’applique donc à nous présenter ce que beaucoup de femmes ne connaissent pas ou n’osent pas nommer. Elle décrit son fonctionnement, son anatomie et s’étonne que le clitoris ne soit pas tout le temps présent dans les coupes d’appareils génitaux alors que le pénis est au centre de tout. En effet, selon elle, ce tabou autour de l’orgasme féminin serait en partie dû à la peur du plaisir.

Elle revient également sur la vision de plaisir au fil du temps, et c’est avec une certaine stupéfaction que j’ai découvert que les Hommes étaient bien plus ouverts d’esprit à l’Antiquité que nous actuellement. À l’heure où le porno est très présent, le plaisir de la femme passe au second plan.

Enfin, elle suggère des solutions afin d’atteindre le graal. Elle décrit des séances de méditations orgasmiques où des hommes apprennent à masturber des femmes et où des femmes découvrent tout simplement leur propre corps et comment se procurer du plaisir. Elle déculpabilise les femmes en leur affirmant que se faire du bien n’est pas honteux et que savoir comment stimuler son clitoris n’est pas un acte diabolique.

Finalement, Sarah Barmak se questionne : Et si l’orgasme passait aussi par l’acceptation de soi ? En effet, comment atteindre les sommets du plaisir lorsque l’on ne s’aime pas soi-même. Peu importe, la vulve, le vagin, le clitoris ou les poils pubiens, toutes les femmes méritent de connaître le plaisir. L’auteure nous incite donc à nous observer de façon intime et à nous regarder avec indulgence.

Sarah Barmak fait donc une analyse fine de la sexualité des femmes du 21ème siècle. Son message de tolérance envers chacune fait beaucoup de bien. L’ensemble est instructif et agréable à lire. Le regard que jette l’auteure sur la jouissance est dans l’air du temps. Elle s’exprime sans tabou et ne fait pas de détour. Un texte à mettre dans les mains de toutes les femmes mais aussi des hommes.

Bref:

tv show monica GIF

Si je devais le noter:

4-plumes

SI les lectures inavouables vous tentent, je vous conseille de vous rendre sur le blog de Stephie.

5 commentaires sur “Jouir, En quête de l'orgasme féminin

  1. J’ai très envie de le lire, même si je pense sincèrement que je n’y apprendrai pas grand chose. Mais je pense que cela me permettrait de lancer un débat qui m’intéresse. Notamment sur le fait que les femmes ont encore tendance à imputer aux hommes le fait de ne pas les mener à l’orgasme. Alors que souvent, elles ne savent pas elles mêmes ce qui les fait jouir.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s