bd

Profession du père

Profession du père de Sébastien Gnaedig, Futuropolis

Pour résumer:

Émile pourrait être un enfant comme un autre… s’il n’y avait pas son père. Nous sommes au début des années soixante, la guerre d’Algérie fait rage, et des putschistes tentent de renverser la République. Le père tente d’enrôler son fils dans l’organisation secrète O. A. S. qui a pour but d’assassiner le général de Gaulle, ce « salaud qui brade la France aux Russes et aux cochons ». Lever en pleine nuit, coups de ceinturon et de poing, punitions, enfermement dans l’armoire (« la maison de correction ») : Émile subit la violence de ce père qui n’en finit pas de l’entraîner dans ses délires mensongers et paranoïaques. La mère, elle, s’efface dans un consentement subi : « Tu connais ton père ? » Comment fait-on pour résister, à douze ans, à un tel déchaînement de brutalité paternelle?

Ce que j’en pense:

Adaptation d’un roman de Sorj Chalandon, cette BD est une véritable claque.

Le lecteur suit le petit Émile qui, de son regard d’enfant, observe son père. Ce père qu’il idolâtre, ce père qui le tyrannise, ce père que l’on pardonne. C’est donc avec l’enfance du personnage principal que tout débute. Émile est un petit garçon comme les autres. Mais, lorsqu’on lui demande quelle est la profession de son père, il ne sait que répondre. En effet, la figure paternelle que nous apercevons est trouble, difficile à saisir. Les seuls moments où elle se laisse entrevoir, c’est à travers une certaine violence physique et verbale. L’enfant qu’est Émile, n’aura de cesse de vouloir plaire à son père. Il adoptera son discours haineux et se calquera sur l’attitude de l’adulte qui lui sert de référent. Mais comme tout enfant, Émile grandit. Bientôt, c’est son regard d’adolescent qui nous est livré et enfin son regard d’adulte sur ce père tyrannique.

Le scénario est donc très émouvant et parfois très difficile émotionnellement. Cet enfant en souffrance m’ a vraiment bouleversé. Certaines vignettes m’ont retourné l’estomac. Au- delà de cette violence quasi permanente, c’est également la figure de la mère qui m’a émue.

Certes, le père envahit tout l’espace, il est partout et omniprésent. Mais, dans l’ombre, se cache la mère. Cette dernière est elle aussi en souffrance. Le Émile jeune, porte un regard à la fois tendre et dur sur cette mère qui, comme lui, est victime mais laisse également faire les choses sans bouger. Les sentiments du fils envers la mère sont très complexes. Émile veut la protéger mais il lui en veut également de cet immobilisme qui les tue à petit feu. Au fil du récit, la mère s’efface, victime de sa peur et de son déni.

Avec un sujet aussi douloureux, difficile de faire le bon choix en ce qui concerne l’esthétique. Néanmoins, Sébastien Gnaedig a fait le choix judicieux du noir et blanc. Son trait est sobre et élégant. Les visages sont très peu expressifs et laissent toutes leur place aux mots qui nous percutent de plein fouet. Il a su jouer la simplicité et la sobriété, mettant ainsi en valeur la gravité du sujet.

Bref:

Une lecture qui prend aux tripes et dont vous ne ressortirez pas indemne.

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s