bd·Mercredi BD

Ce qu’il faut de terre à l’homme de Martin Veyron

ce-qu-il-faut-de-terre-a-l-homme

Ce qu’il faut de terre à l’homme de Martin Veyron, Dargaud

Pour résumer:

Sur son lopin de terre de Sibérie, le paysan Pacôme vit avec sa femme et son fils. Il n’est pas riche mais il subvient aux besoins de sa famille. Cependant, Pacôme se sent à l’étroit. « Si seulement j’avais plus de terres, soupire-t-il en regardant par-delà la clôture, je pourrais être tout à fait heureux. » Un appétit, tant pour les terres que pour ce qu’elles rapportent, qui va aller grandissant… D’après une nouvelle de Léon Tolstoï.

Ce que j’en pense:

Cette BD était depuis longtemps sur ma liste. Et là, soudain, je suis tombée dessus à ma médiathèque. Ni une, ni deux, j’ai foncé tête baissée.

Le scénario de ce roman graphique traite de l’ambition des Hommes, de leur cupidité, de leur égoïsme. La BD nous montre clairement la noirceur de l’âme lorsqu’il s’agit de territoire ou d’argent. Franchement, c’est pas beau à voir! Je n’ai pas complètement adhéré à l’histoire. J’ai été rebuté par ce constat négatif et sans appel. Aucune clarté, pas de rédemption, seulement des Hommes…

Les personnages sont antipathiques, colériques et vraiment pas attachants. Violents, ripailleurs, ambitieux, méchants, saoulards… Bref… Cette BD c’est un condensé du pire de l’humanité. Et surtout, dans ce livre, pas de place pour les femmes qui sont reléguées au second plan, un peu comme de la déco Ikea mais en plus méprisé.

Alors soyons franc, Martin Veyron n’est en rien responsable du côté histoire et personnage puisqu’il s’agit en fait de l’adaptation d’une nouvelle de Tolstoï (que je ne lirai pas sous peine de faire une dépression par la suite). Par contre, il est entièrement responsable de l’esthétique de cette BD. Je ne sais pas si c’est le fait que je n’ai pas aimé tout le reste, mais l’esthétique un peu trop classique ne m’a pas plu. Les couleurs sont ternes. Les traits sont épais et peu séduisants.

Bref:

Si tu crois un minimum en la bonté de l’âme, passe ton chemin brave lecteur.

Si je devais le noter:

1-plume

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Un amour de BD

Mo

Le blog du petit carré jaune

21 commentaires sur “Ce qu’il faut de terre à l’homme de Martin Veyron

  1. Comme Jérôme, j’ai adoré cet album, chroniqué pour la revue BD pour laquelle je travaille. C’est terriblement sombre et la fin est glaçante. Mais comme Jérôme, aussi je crois avoir eu mon lot de désillusions pour me sentir vraiment happée et saisie par une BD comme celle-ci.Le seul bémol est peut-être ce graphisme qui peut rebuter un peu. Mais Veyron – à mon sens – sert à merveille le texte initial du grand Tolstoï.

    Aimé par 1 personne

  2. « […] pas de place pour les femmes qui sont reléguées au second plan, un peu comme de la déco Ikea mais en plus méprisé ».
    J’adore ta formule !

    J'aime

  3. Ah mince ! J’avais trouvé que c’était rondement mené (par contre, je n’ai pas lu la nouvelle originelle, pas moyen pour moi d’apprécier la fidélité de cette adaptation). Mais je comprends ton ressenti, il y a beaucoup de cynisme dans ce récit

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s