La guerre d’Alan, Tome 1 d’Emmanuel Guibert

guerredalan1

La guerre d’Alan, Tome 1 d’Emmanuel Guibert, L’Association

Pour résumer:

« Quand j’ai eu dix-huit ans, Uncle Sam m’a dit qu’il aimerait bien mettre un uniforme sur mon dos pour aller combattre un gars qui s’appelait Adolf. Ce que j’ai fait. » Les souvenirs d’Alan Ingram Cope retranscrits en BD nous montrent une guerre à mille lieux des images hollywoodiennes : entre réalisme scrupuleux et abstraction graphique, Emmanuel Guibert dépeint dans toute sa matérialité et sa véracité cette guerre qu’il n’a pas vécu. Dans le second des trois volets qui composeront « La Guerre d’Alan », Alan débarque en Normandie le 19 février 1945, le jour de ses vingt ans. Avec son unité de chars, il va traverser l’Allemagne dévastée et ira jusqu’en Tchécoslovaquie en mission semi-secrète d’éclaireur.

Ce que j’en pense:

Cette BD nous relate donc les mémoires d’Alan Cope durant la Seconde Guerre Mondiale.

Tout commence avec une préface magnifique. Emmanuel Guibert explique pourquoi et comment il a travaillé sur cette BD. D’emblée, j’ai compris tout la portée de ce livre qui n’invente rien mais relate des faits.

Le tome 1  se consacre à l’entraînement d’Alan avant qu’il soit envoyé au front. Autant vous dire qu’Alan ne s’est pas ennuyé dans sa vie. Sa vie est tout simplement fascinante et pleines de rebondissements. C’est incroyable car j’ai eu l’impression que cet homme avait eu plusieurs vies en une. Le récit est particulièrement touchant. Il y a très peu de dialogues et beaucoup de descriptions de situations qui sont tout simplement illustrées. C’est un véritable journal intime, très bien construit et qui semble plutôt fidèle au dialogue qui s’est tissé entre l’écrivain et le vrai Alan.

Alan… J’ai éprouvé beaucoup de tendresse pour ce personnage. Tout au long de ma lecture. Je me le suis imaginée sous les traits de mon grand- père entrain de me narrer sa vie. Alan est attachant et profondément humain. C’est un amoureux de musique et un vrai positiviste. Je ne suis pas prête d’oublier ce personnage.

Au niveau esthétique, j’avoue avoir eu plus de mal. Au départ, j’ai même été carrément rebutée. Et puis, petit à petit, au fil de ma lecture, la magie a opéré. Le dessin colle parfaitement au récit. Le côté un peu flou renforce l’ambiance brumeuse. Le noir et blanc souligne le côté dramatique. Le trait est simple et sûr. Alan était un homme simple et bon et le dessin colle parfaitement à l’image que je me fais de lui.

Bref:

Un premier tome qui m’a conquis. Vivement que je lise la suite.

Si je devais le noter:

5-plumes

Un petit aperçu:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Y a pas que moi qui en parle:

Véronique D

A propos de livres

Mo

 

Publicités

A propos Amandine Au Fil des Plumes

Blogueuse, instit, grande fan de livres, je vous fais partager mes humeurs sur mon blog: https://aufildesplumesblog.wordpress.com
Cet article, publié dans bd, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s