Groenland Manhattan de Chloé Cruchaudet

groenland-manhattan

Groenland Manhattan de Chloé Cruchaudet, Delcourt Mirages

Pour résumer:

Extrême Nord du Groenland, 1897. Une fois de plus, l’Américain Robert Perry n’a pas réussi à planter son drapeau au pôle Nord malgré l’aide de ceux qu’on appelle encore les Esquimaux. Mais pour l’explorateur, pas question de rentrer les mains vides. L’idée lui vient alors de ramener des souvenirs vivants, de vrais sauvages polaires en chair et en os. L’un d’entre eux, Minik, n’est encore qu’un enfant quand il embarque à destination de New York. Leur succès dès leur arrivée est immense. L’exotisme fascine. Muséum d’histoire naturelle, dont la cave sert d’hébergement de fortune aux hommes du Nord, sera quelques années plus tard le théâtre d’un drame qui trouvera un large écho dans la presse et dans la population. Car le destin de Minik est à bien égards symptomatique des cruels bouleversements du siècle qui commence.

Ce que j’en dis:

J’adore Chloé Cruchaudet et je suis rarement déçue par son travail. Pourtant, j’avoue que Groenland Manhattan m’a plutôt désarçonné.

L’histoire en elle même est simple. Il s’agit de Robert Perry qui ramène du Groenland des Esquimaux. La BD prend l’apparence d’un journal de bord. On suit donc Perry durant son expédition, puis les mésaventures de Minik le jeune Esquimaux. On ne va pas se mentir, le pauvre Minik va sérieusement en baver. Il sera d’abord étudié par des scientifiques et verra ensuite son père mourir. Son adaptation à la société américaine sera compliquée et il se verra totalement laissé tomber par Perry. Bref, c’est pas de la grande rigolade.

Le personnage principal qu’est Minik est très attachant. On le suit durant toute sa croissance et surtout on voit tout ce qu’il peut subir. Ce pauvre garçon ne trouve finalement sa place nulle part. On ressent très vite son malaise puis sa rancune envers Perry. Tous ces sentiments qui traversent Minik font de lui un personnage très émouvant.

Là où le bas blesse (en ce qui me concerne) c’est au niveau de l’esthétique. Je ne sais pas… Quelque chose m’a véritablement dérangé tout le long de ma lecture. Pourtant, les dessins comportent de multiples détails qui rendent le dessin d’une précision bluffante. Le choix des couleurs renvoie à une atmosphère lourde et sombre que j’apprécie beaucoup moins.

Bref:

Je me suis sentie quelque peu perdue…. Je suis ressortie de ma lecture avec une sensation mi-figue mi-raisin…Je vous livre donc un avis en demie- teinte.

Un petit aperçu:

Y a pas que moi qui en parle:

Le grenier à livres

Si je devais le noter:

3-plumes

bd-de-la-semaine-saumon-e1420582997574

Cette semaine chez

Publicités

A propos Amandine Au Fil des Plumes

Blogueuse, instit, grande fan de livres, je vous fais partager mes humeurs sur mon blog: https://aufildesplumesblog.wordpress.com
Cet article, publié dans bd, Mercredi BD, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s